3940

CHRONIQUE PAR ...

42
Wotan
Cette chronique a été mise en ligne le 20 février 2010
Sa note : 17/20

LINE UP

-Mikko Kotamäki
(chant)

-Markus Jämsen
(guitare)

-Juha Paivio
(guitare)

-Aleksi Munter
(claviers)

-Matti Honkonen
(basse)

-Kai Hahto
(batterie)

TRACKLIST

1)These Woods Breathe Evil
2)Falling World
3)Sleepless Swans
4)...and Heaven Cried Blood
5)Lights on the Lake (Horror Pt. III)
6)New Moon
7)Servant of Sorrow
8)Weight of the Dead

DISCOGRAPHIE


Swallow The Sun - New Moon
(2010) - mélodique doom metal - Label : Spinefarm



Les doomsters finlandais de Swallow The Sun ont donc décidé de nommer leur quatrième album du même nom qu’un film de vampires pour adolescents. Fort bien, nous espérons cependant que les deux ne peuvent être ni mis en parallèle, ni comparés, et que ce n’est pas le signal d’une nouvelle inspiration pour Swallow The Sun. Pour le moment, le groupe n’avait pas déçu, au contraire même, la palme d’or du meilleur groupe de death/doom contemporain lui semblait acquise. New Moon est-il à la hauteur des attentes ?

Les puristes du doom continueront de crier au blasphème, les autres crieront une fois de plus au génie. Sans être un renouveau, sans marquer d'évolution majeure, Swallow The Sun continue son petit bout de chemin avec un New Moon dans la directe continuité de Hope. Plutôt que de partir dans une nouvelle direction, les Finlandais renforcent leur jeu, utilisent leur expérience pour bâtir une oeuvre forte et cohérente. Nous sommes donc toujours en territoire connu: du doom/death mâtinée de mélodies, tout comme leurs camarades et concurrents directs Katatonia. Tout en restant proche stylistiquement de plusieurs groupes, Swallow The Sun n’en possède pas moins une marque personnelle claire: un son identifiable, aussi bien par les mélodies que par les capacités ahurissantes de son chanteur, et la solidité des compositions.

Nous allons de nouveau naviguer dans la froide beauté des mélodies, véritable concentré d'émotions. Grâce aux plans de claviers discrets mais donnant aux titres une véritable profondeur ("These Woods Breathe Evil", "Weight of the Dead"), aux lignes de guitare plaintives ("Sleepless Swans", "Servant of Sorrow"), New Moon nous entraîne dans la tristesse, la mélancolie le plus sombre, celle qui va de pair avec la folie. Point d’affiliation avec Twilight donc, mais nous trouverons une idée issue du petit écran avec "These Woods Breathe Evil", directement inspiré par la série Twin Peaks (« The Owls are not what they seem [...] Black lodge and red rooms of insanity ») qui nous plonge dans l’esprit d’un tueur. "Lights on the Lake", de la série des Horror , oscille entre le désespoir et la rage de ce père qui perd tout, et la lumineuse et douce mélancolie de sa fille qu’il vient de tuer.

Les contrastes sont forts, entre les mélodies légères et les riffs pachydermiques, jusqu'à la lourdeur d’une marche funéraire ("Servant of Sorrow", qui possède en outre une dimension mystique), servis par une section rythmique contrastée. La performance phénoménale de Mikko Kotamäki ajoute à ces contrastes: capable de passer du chant clair à l'interprétation parfaite au growl le plus profond, tout en ajoutant la haine du black metal dans son répertoire. Il nous fait passer des ténèbres à la lumière, sans transition. La violence des extrêmes n’empêchent pas le disque d’être cohérent, et parfaitement homogène, ce qui en fait une de ses forces. Swallow The Sun confirme son statut, et nous prouve que le niveau de sensibilité qu’il pouvait atteindre sur Hope n'était pas feint.


Poids lourd du doom/death metal mélodique, Swallow The Sun est en passe d’en devenir le leader. Non pas en longévité, mais grâce à ses talents de composition; New Moon est une confirmation de la richesse des émotions que les Finlandais délivrent au travers de la beauté de leur musique: peur, folie, profonde tristesse. Tout comme Hope, New Moon est un indispensable.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6