3938

CHRONIQUE PAR ...

2
Cosmic Camel Clash
Cette chronique a été mise en ligne le 20 février 2010
Sa note : 17/20

LINE UP

-Cyril
(chant)

-Staz
(chant)

-Ludwig
(guitare)

-Matthieu
(guitare)

-Benoît
(guitare)

-Yorick
(basse)

-Marc
(batterie)

TRACKLIST

1)O.B.E
2)My Sweet Little Angel
3)Siamese
4)L(ea)ving room
5)Luminole
6)Oktober (Is Not a Sunday)
7)Sagawa's Son
8)Inhibitions
9)Twenty 7
10)Enjoy the Wheelchair
11)Göteborg

DISCOGRAPHIE


Klang !! - After The Silence...
(2009) - barré inclassable core extrême expérimental - Label : Season Of Mist



Bonjour, je m'appelle la scène française. On s'est pas mal foutu de moi il fut un temps, genre j'avais pas le niveau et tout. Il faut dire que pas mal de groupes me représentant il fut un temps faisaient du néo, et chacun sait que le néo c'est sale. Sauf que je commence à produire des trucs de fou. Des trucs comme Psykup, The ARRS, Hacride ou Gojira. On commence à parler de moi avec respect, mais je sens bien qu'il reste encore de la marge pour qu'on me considère comme mes grands frères américains et scandinaves. Sauf que là, je crois que je tiens un truc. Ça s'appelle Klang !!...

Ils sont Lillois, ils sortent de nulle part et ils démontent tout. Sévissant dans un nawak-core-metal barré bien connu de nos services, les six musiciens de Klang !! réalisent une double prouesse : non seulement ne pas sonner comme les ténors du genre - Psykup - mais en plus développer une identité forte sans recourir à l'application d'une recette quelconque. Et pourtant le risque était grand : ne serait-ce qu'aligner deux chanteurs virtuoses de l'alternance chant / hurlements aurait pu suffire à les faire comparer aux Toulousains fabuleux... sauf que non. Le seul point sur lequel Cyril et Staz sont similaires à la regrettée paire Ju / MiLKa, c'est en terme de niveau brut. Placement, harmonies, changements abrupts de registre, tout ça est vertigineux, à l'image de la maîtrise instrumentale de la totalité des musiciens d'ailleurs. Dès le pattern ultrarapide ouvrant "O.B.E" on comprend que Marc est un batteur d'exception, les guitares enchaînent tremolos black/death, riffs core groovy à l'extrême et arpèges sans forcer et la basse qui bastonne à l'arrière-plan force le respect. Tout ça étant perceptible grâce à un son totalement indécent de puissance et de clarté, le genre de prod dont tout groupe peut rêver. C'est énorme.

Du métal barré donc, passant avec une fluidité déconcertante de plans de brutalité pure sur lesquels Cyril et Staz hurlent comme des possédés à de soudains breaks ambiancés, ou encore décochant des riffs de néo à faire bondir un stade entier avant de balancer du postcore au détour d'un chemin. Typiquement de quoi faire fuir le néophyte... sauf que par un tour de passe-passe difficilement analysable, cette mixture n'est pratiquement jamais indigeste et parvient à rester fédératrice tout en étant cérébrale. "Siamese" débute avec un groove à la System Of A Down avant de poser des plans start-stop terrifiants qui rappellent Manimal ? On adhère et on headbangue."L(ea)ving you" met en valeur d'énormes accords à trois guitares avec des plans hardcore de type coup de pelle ? On prend une claque monumentale, car contempler une musique aussi directe tout en restant intelligente est rare. "My Sweet Little Angel" est une incroyable boucherie : le riff d'entrée death, le passage deathcore qui suit, le plan black tout en tremolo qui cueille au menton (sur lequel la double pédale est inhumaine), tout ça ne pourrait préparer aux notes aiguës balancées soudainement par un chant littéralement possédé au détour d'un plan. Car la mélodie, Klang !! connaît aussi...

...et pour le montrer ils ont composé un tube absolu : "Oktober (Is Not a Sunday)". Mélodie dans le riff principal rappelant la célébrissime outro de "On the Threshold of Death" d'Hacride, mélodie dans les lignes de chant magnifiques de la paire de vocalistes qu'il s'agisse des couplets énigmatiques, des décharges de puissance ou du break lumineux en falsetto où on perçoit l'ombre de Madder Mortem. Les breaks sont toujours là, les ruptures de ton abondent, mais on ressort de "Oktober" blindé de thèmes obsédants et on les fredonnera pendant des semaines. Idem pour "Sagawa's Son" : la présence de plans de mathcore extrême dissonant n'empêche pas Klang !! de nous incruster dans le crâne un nombre impressionnant de breaks hyper catchy. C'est dangereusement proche de l'alchimie parfaite... et la présence d'un ventre mou dans l'album est d'autant plus frustrante. Car si "Inhibition" maintient à peu près l'énergie avec ses riffs à mi-chemin entre le 1er Slipknot et Burn My Eyes en y ajoutant des ornements zarbis, "Twenty 7" et "Enjoy the Wheelchair" se perdent un peu. Trop expérimental, pas assez catchy, l'équilibre est brisé... heureusement que le très ambiancé "Götebörg" remet les pendules à l'heure.


C'est du lourd. Du très, très lourd. Le niveau invraisemblable affiché par ce premier album, la quantité d'énergie brute dégagée, la puissance de la plupart des compos, il y a là de quoi rester rêveur. After The Silence une des plus grosses baffes que la scène francophone avait assené depuis longtemps, et il est du devoir de tout le monde de se ruer dessus. Mais qu'est-ce que ça fait du bien, bon sang !


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4