3869

CHRONIQUE PAR ...

56
Dexxie
Cette chronique a été mise en ligne le 08 janvier 2010
Sa note : 14/20

LINE UP

-Kathi
(chant+basse)

-Devan
(guitare)

-Vinod
(guitare)

-Shiva
(batterie)

TRACKLIST

1)Bhagavadpada Namaskara
2)Ravens of Paradise
3)Amrtasyaputra
4)Hymns from the Blazing Chariot
5)Meditations at Dawn
6)Advaitamrta
7)Natural Born Ignorance
8)Immortality Roars
9)Reversing the Currents
10)Venerable Opposites
11)Avidya Nivrtti
12)Not the Seen but the Seer
13)Adiguru Namastubhyam
14)Majestic Ashtavakra

DISCOGRAPHIE


Rudra - Brahmavidya: Transcendental I.
(2009) - death metal Vedic Metal, folk hindou - Label : Vic Records



Rudra, groupe de Death / Black fondé en 1992. Jusque là rien qui ne fasse sursauter. À présent, l'aspect original de la chose : ces gars-là viennent de Singapour et leur Death est inspiré (très fortement) par la culture hindoue. Ça, ça peut être rigolo. Surtout qu'il paraît que les gens de là-bas utilisent des rythmes bien complexes dans leur musique folklorique. Le groupe n'en est pas à son premier essai, puisque nous chroniquons présentement son cinquième album, le deuxième de la trilogie Brahmavidya.

On commence avec "Bhagavatpada Namaskara" (parce que vous le valez bien), une introduction folklorique très sympathique d'une minute et demie comme on en retrouvera un peu plus loin de temps à autres sur la galette, puis on enchaîne sur le titre "Ravens of Paradise", un morceau de presque 6 minutes, avec des riffs qui accrochent dès les premières secondes et une ligne de percussions des plus efficaces. Certains riffs et solos peuvent rappeler par moment la culture influençant le groupe. On est notamment on présence de riffs à l'octave, une manière de faire qui met du piment à ce Metal-là. Le quatuor maîtrise sont sujet et l'exécution est chromée. Le batteur, pour ne citer que lui, ne fait pas semblant non plus, et l'utilisation des cymbales ainsi que leurs sonorités sont très plaisantes. Forcément, avec quatre bras, ça marche tout de suite mieux...

En ce qui concerne le chant, il n'est pas vraiment guttural. La sonorité de la voix, assez originale, pourra rappeler à certains les premières heures du Death sous-produit. Notons que la voix n'écrase pas les autres instruments, un plus pour le groupe, même si le chant pourrait être plus efficace. Par moment, on a droit à un chant clair féminin, dans des passages voire des morceaux traditionnels. C'est le cas de la mignonne piste "Meditations at Dawn", remplie d'inspiration et qui apporte encore plus d'originalité à l'album. Il en a besoin, car il faut finalement admettre que malgré tous les efforts réalisés par le groupe, cet album d'une heure et quatorze morceaux est finalement très répétitif. Précisons pour finir que l'artwork est quant à lui absolument magnifique.


Un album à classer au rayon des curiosités. Bien joué, bien composé, qui tourne un peu en rond mais qui est finalement très original, et c'est une qualité qui se fait rare ! Au fait, Rudra, chez les Hindous, c'est un des avatars (ou incarnations) de Shiva, pas le batteur du groupe, le Dieu, maître des larmes, Dieu des Orages. C'était la minute culturelle des Éternels. Merci.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3