3868

CHRONIQUE PAR ...

56
Dexxie
Cette chronique a été mise en ligne le 08 janvier 2010
Sa note : 13.5/20

LINE UP

-Alena Pelevina
(chant)

-Alexei Soloviev
(chant+basse)

-Andrei Losev
(guitare)

-Dmitri Sokolov
(guitare)

-Almira Fatkullina
(claviers)

-Anton Tchepigin
(batterie)

TRACKLIST

1)Golos Lesov
2)Put' Neprojdennyj
3)Noch' Pered Bitvoj
4)Nivushka Niva
5)Temen'
6)More-Son
7)Dumy Moi-Zarnicy Dal Nie...

DISCOGRAPHIE


Alkonost - Put' Neprojdennyj
(2009) - folk metal à chanteuse - Label : Vic Records



L'alkonost, dans la mythologie Russe, c'est un genre de mélange entre une femme (encore elles) et un dindon. C'est aussi le nom d'un groupe de... Pagan Metal, officiellement, Russe lui aussi, fondé en 1995. À ce jour (2010), la bande a sorti pas moins de cinq albums, nous chroniquons présentement le quatrième, nommé Put' Neprojdennyj. Oui oui, vous avez bien lu, j'ai bien dit Put' Neprojdennyj. Hého, toi-même ! Un groupe pas très connu dans nos contrées, voyons voir ce que ça donne.

On commence sur pas moins que le titre "Golos Lesov", on comprend tout de suite que le son est excellent, que les compos sont simples, et pour le moment agréables à écouter. Une guitare saturée comme il faut mais audible, des claviers et un lead discrets, et c'est parti pour un petit growl, suivi de chant féminin. C'est un peu kitsch mais loin d'être désagréable à écouter. Rythmiquement, c'est binaire, binaire, binaire, binaire. À tel point que ce premier morceau, bien que pas mauvais, pourra être perçu selon les oreilles comme trop long ou pas assez varié. C'est en fait malgré cela le morceau le plus court (6 minutes), et le constat fait précédemment peut donc largement être étendu à l'album dans son intégralité.

Les mélodies, très simples, passent bien avec le décor. Certains seront toutefois en droit de penser que l'alternance omniprésente growl / chant féminin voire sa superposition est lourde au bout d'un moment, même si ici une voix est difficilement dissociable de l'autre et cette manière de faire rend les compositions de nos troubadours de l'est un peu moins monotones et pourtant pas moins digestes pour autant. À noter quelques belles harmonies, comme pendant l'introduction du titre "Noch' Pered Bitjov", un morceau qui semble d'ailleurs être supérieur à la qualité moyenne du disque. Moins monotone que les autres morceaux, les mélodies qu'il contient sont également bien meilleures qu'ailleurs, qu'il s'agisse de la guitare ou de la voix.

Mention spéciale pour le titre "Nivushka Niva", peut-être le point fort de l'album, de par l'atmosphère que dégage la voix de la (très belle) chanteuse Alena Pelevina. Pour être franc, les riffs et diverses mélodies (inspirées paraît-il du folklore russe elles aussi) sont, dans la majorité des morceaux, tout juste agréables sans casser des briques. Même constat pour la voix death, qui a toutefois le mérite de ne pas baver de partout, à l'instar des claviers, et c'est là tout à l'honneur de nos six Russes, surtout que la chose est bien produite ! Mais c'est bel et bien la voix féminine qui donne un tant soit peu d'intérêt artistique à cette galette.


Résumons simplement : l'instrumentation et le chant death sont bien, la voix féminine est charmante. À réserver aux gens qui aiment le métal léger superposé avec ce genre de timbres, donc, et qui savent apprécier un petit growl de temps en temps. À part ça, à l'Est, rien de nouveau.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3