3864

CHRONIQUE PAR ...

40
Joe Le Hareng
Cette chronique a été mise en ligne le 04 janvier 2010
Sa note : 14/20

LINE UP

-Ace Frehley
(chant+guitare+basse)

-Derrek Hawkins
(guitare)

-Anthony Esposito
(basse)

-Marti Frederiksen
(claviers+basse+guitare)

-Scot Coogan
(batterie)

-Anton Fig
(batterie)

TRACKLIST

1)Foxy & Free
2)Outer Space
3)Pain in the Neck
4)Fox on the Run
5)Genghis Khan
6)Too Many Faces
7)Change the World
8)Space Bear
9)A Little Below the Angels
10)Sister
11)It's a Great Life
12)Fractured Quantum

DISCOGRAPHIE

Anomaly (2009)

Ace Frehley - Anomaly
(2009) - hard rock - Label : Season Of Mist



Pour les anciens du wok n woll, Ace Frehley est indissociable de Kiss et un soliste hors pair, pour les petits jeunes... c'est personne! Il faut dire que ça fait une paye qu'il a quitté Kiss et que son dernier album studio date de 1997. Qu'à cela ne tienne, Ace reprend sa légendaire Les Paul et enregistre Anomaly. Tout seul comme un grand (ou presque) dans sa piaule, bien peinard. Alors nous du coup, on en veut pour notre argent : gros riffs et soli incandescents et tout...


De ce côté là, pas de déception, Ace n'a rien perdu de sa superbe guitaristique, les riffs hard-rock (plus rock que hard, en fait) déboulent de tous les côtés, les soli partent dans tout les sens et les hommages à Hendrix fusent! Malheureusement, si Frehley est un guitariste hors pair (rappelons pour mémoire que le regretté Dimebag Darrell était très fan du bonhomme, allant jusqu'à ce faire tatouer son portait sur la poitrine), il est un piètre chanteur... Il chante tout à fait juste, hein, rien à redire là-dessus, mais son chant manque cruellement d'émotion et d'énergie. Dommage car dans le registre hard rock, avec option gimmick bluesy, pentas et double bends le père Frehley connait son affaire et propose avec Anomaly un solide album. Les deux burners "Foxy & Free" et "Outer Space" sont là pour en témoigner! Idem pour la très burnée "Space Bear" qui balaie tout avec son passage avec son gros riff aux accents stoner et aussi pour la très musclée "Sister".

Avec un gros braillou derrière le micro, le père Frehley aurait pu en remontrer pas mal aux jeunes blancs becs... Malheureusement, avec son petit filet de voix, c'est pas très convaincant. Autre point noir d'Anomaly : la présence de ces interminables « ballades » glam-rock d'une mièvrerie tout droit sortie des 80's... Exemple? "Change the World", épouvantable et "A Little Below..." qui malgré des paroles touchantes reste trop convenue pour créer l'émotion. Allez Ace fait péter du rock n' roll! Tu veux du rock n' roll? Tiens prend toi "Fox on The Run" dans la face! Grosse intro, couplet solide, refrain entêtant (mention très bien au petit gimmick qui tourne derrière) et un enchainement pont/solo qui fait du bien dans le bas-ventre : bonne reprise!


Il est évident que Frehley est un guitariste/compositeur de talent, que l'on peut l'appeler  « Monsieur » sans hésiter et Anomaly est un album hétéroclite mais solide qui contentera les fans du bonhomme. Par contre votre serviteur est très déçu : pourquoi le gratteux ne s'est il pas offert un chanteur à la hauteur de son talent? Vouloir tout faire soi-même (ou presque), en voilà une entreprise louable... mais on ne peut s'empêcher d'imaginer ce qu'Anomaly aurait donné avec un « vrai » chanteur derrière le micro! Et avec le CV de « monsieur » Frehley, nul doute que les gars talentueux se bousculeraient au portillon!


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1