3859

CHRONIQUE PAR ...

39
Pietro
Cette chronique a été mise en ligne le 04 janvier 2010
Sa note : 14/20

LINE UP

-Jeff Scott Soto
(chant)

-Erik Martensson
(guitare+basse+claviers)

-Robert Säll
(guitare)

+

-Robban Back
(batterie)

-Magnus Henriksson
(guitare solo)

TRACKLIST

1)Invincible
2)One Love
3)Brothers in Arms
4)Comes Down Like Rain
5)Running from the Heartache
6)I'll Be There
7)Damage Is Done
8)Put Your Money Where Your Mouth Is
9)One Day at a Time
10)Just Go
11)My Everything
12)If I Fall

DISCOGRAPHIE

W.E.T. (2009)
Rise Up (2013)

W.E.T. - W.E.T.
(2009) - hard FM AOR - Label : Frontiers Records



Non ne partez pas! Je vous rassure tout de suite: Wet Wet Wet ne s’est pas reformé! Enfin pour être honnête je ne sais même pas si ce groupe existe toujours, mais ce qui est sûr c’est que cette chronique n’a rien à voir avec la soupe écossaise de Quatre Mariages Et Un Enterrement. Non ici il est plutôt question de hard FM très typé US, voire de ce que les américains appellent le AOR pour Adult Oriented Rock.



Mais qui se cache derrière ce nouveau projet mis sur pied par le label italien Frontiers Records, spécialiste de l’exploitation de grands noms sur des one shots montés de toutes pièces ? Facile, c’est marqué sur la pochette : W.E.T. est l’acronyme des noms des groupes dont font partie ses membres. Nous retrouvons donc ici Robert Säll de Work Of Art (combo d’AOR suédois), Erik Martensson d’Eclipse (hard FM suédois eux aussi) et enfin le beaucoup plus connu Jeff Scott Soto de Talisman (entre autres très nombreux groupes). Et oui, W.E.T. est encore un nouveau et énième projet de Soto ! Comment différencier alors cet album des autres sorties ou ressorties récentes du chanteur à la voix d’or ? Là aussi c’est facile, puisque Soto lui-même présente l’album de W.E.T. comme celui qu’il aurait fait avec Journey si ceux-ci ne l’avaient pas viré comme un malpropre après seulement une tournée. Un air de revanche semble flotter dans l’air, Soto n’ayant semble-t-il toujours pas digéré la fin en queue de poisson de son aventure avec la légende du hard commercial américain.

Pourtant le premier titre "Invincible" dépareillerait un peu sur un album de Journey avec ses grosses guitares, son énergie débordante et son solo de guitare totalement néoclassique que ne renierait pas Yngwie Malmsteen (tiens un autre ancien employeur de Soto). Mais en dehors des titres "Just Go" et "Put Your Money Where Your Mouth Is" qui se rapprochent de l’opener, le reste de l’album est légèrement plus soft, ce qui ne veut pas dire mou. On y retrouve toutes les caractéristiques du Hard Fm ou de l’AOR lorsque les guitares se font plus discrètes. "One Love", "Damage Is Done" ou encore le très positif et enjoué "I'll Be There" sont ainsi de bons morceaux de Hard FM mettant en avant de belles mélodies et un chant classieux. Au rayon des titres plus soft on retiendra surtout le très bon "Brothers in Arms" ou un "Running from the Heartache" très Journey. Mais c’est peut être sur les ballades que l’influence du combo de Neal Schon se fait la plus forte. Si on croit entendre Steve Perry lui-même sur "One Day at a Time", c’est surtout le titre final "If I Fall" qui ressemble à s’y méprendre à un classique du groupe de San Francisco.


Alors, W.E.T. aurait-il pu être un album de Journey ? En partie oui, certains titres (les plus soft) étant très proches, d’autres (les plus « heavy ») moins... Ou alors cela signifie que Journey aurait peut être sonné plus couillu avec JSS derrière le micro. Ce qui est sur en tout cas c’est que W.E.T. a sorti un album bien meilleur que la soupe commerciale du dernier opus solo de Soto, l’infâme Beautiful Mess. C’est toujours ça de pris !


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3