384

CHRONIQUE PAR ...

7
Count D
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 14/20

LINE UP

-Khris Drochon
(chant+guitare)

-Seb Roldan
(guitare)

-Pascal Bironneau
(basse)

-Phil Geneste
(batterie)

TRACKLIST

1)Better Man
2)Courage, Serenity and Wisdom
3)Death, Live On TV
4)He Lives It
5)Walking Away
6)Born of Sorrow
7)Keeping the Power
8)Living For Nothing
9)Scars Inside
10)Pretend
11)Sublime

DISCOGRAPHIE


Oversoul - Me[n]tal Medication
(2004) - néo metal thrash metal - Label : Slalom Music



Trois ans après State Of Decadence, Oversoul se rapproche encore d’une belle place sur la scène « neo thrash » avec Me[n]tal Medication. Ce nouvel opus de treize titres fait mouche, pas d’ambiguïté la-dessus, surtout pour ceux qui ne jurent que par ce style de musique. Essentiellement, ce qui distingue cet album, ce sont d’abord les riffs de guitare très catchy, thrash et neo metal, en fusion ici pour le plaisir des oreilles.

Et même si la sauce est un peu toujours faite à partir des mêmes ingrédients, Oversoul manie bien la cuillère et propose des compositions vivantes et assez variées. Rythmiquement surtout, avec des structures découpées mais très propres ("He Lives It", "Walking Away", "Scars Inside"...), des mélodies metal (R"ude & Free"). Me[n]tal Medication offre aussi une certaine richesse instrumentale avec des parties acoustiques réussies comme sur "Sublime". Les structures rythmiques sont du coup très travaillées et précises. On retiendra le très court mais excellent "Scars Inside", pur produit de thrash, aidée par une production excellente. Laurent D’Eu se trouve en effet derrière les manettes et ça se sent. L’arrivée du nouveau guitariste Seb Roldan apporte une touche plus fine et puissante à la fois.

Ce qui distingue aussi ce Me[n]tal Medication, c’est son chant charismatique entre force et mélodie, dans un registre intermédiaire entre neo metal et thrash. Certes la tessiture ne varie pas énormément d’un titre à l’autre, pas de surprise à ce niveau. Donc si pour vous ce genre de voix ne passe pas, n’attendez pas grand chose de plus. Mais il faut reconnaître qu’un travail intéressant est réalisé au niveau de sa place, parfois doublée, parfois agressive et en d’autres moments mélodique. La seule chose à redire serait que le registre plus mélodique servant aux chorus se présente toujours de la même façon, uniformisant finalement ce qui pourrait différencier à la base un titre d’un autre. "Pretend" possède sa propre identité et ce n’est pas pour déplaire, tout comme le déjà remarqué "Sublime". Ce serait donc en majorité plus au niveau des riffs et des rythmiques qu’il faut s’accrocher pour distinguer la personnalité particulière d’un titre par rapport à un autre. Encore très peu de solos dans cet album, et cela ne manque pas, peut être une fois ici ou là pour aérer des compositions trop emprises dans une base rythmique écrasante.


L’ensemble est finalement très positif. Oversoul participe encore avec Me[n]tal Medication à la construction d’une scène française de plus en plus ambitieuse en y apportant (modestement mais sûrement) sa pierre. A remarquer que Oversoul se distingue aussi par ses prestations scéniques déjà reconnues (avec des groupes comme Pro Pain, Devin Townsend, Watcha, Loudblast) et compte bien tourner en France d’ici peu pour dévoiler son nouveau travail qui en séduira plus d’un.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2