3812

CHRONIQUE PAR ...

2
Cosmic Camel Clash
Cette chronique a été mise en ligne le 29 novembre 2009
Sa note : 14/20

LINE UP

-Adrien
(chant+guitare)

-Thierry
(guitare)

-Laurent
(basse)

-Christophe
(batterie)

TRACKLIST

1)D'eau claire et d'acier
2)The Least of Our Smiles
3)Tales of Vanity
4)The Exchequer
5)Halcyon Stream

DISCOGRAPHIE


Split - Tales Of Vanity (EP)
(2009) - thrash metal metalcore technique et mélodique - Label : Autoproduction



Split est un groupe qui met les petits plats dans les grands. En cinq ans d'exercice, votre serviteur n'avait en effet jamais reçu un pack promo aussi soigné provenant d'un groupe non signé. Livret de présentation luxueux en quadrichromie, digipak hyper classe, c'est un objet absolument magnifique qui témoigne de la volonté farouche du groupe de se hisser vers de nouvelles hauteurs. Après onze ans d'existence et des concerts en compagnie de Dagoba ou L'Esprit du Clan, on peut les comprendre...

Premier élément qui frappe, presque au sens propre : la prod de la batterie. Christophe bénéficie d'un son triggé à l'extrême qui en rebutera beaucoup tant la batterie - et notamment la grosse caisse - devient envahissante. On n'est pas au point d'Images & Words, mais presque... et comme la musique de Split se situe naturellement à mi-chemin entre thrash et metalcore, cette approche numérique fait pencher la balance du deuxième côté. On peut en dire autant des harmonies de guitare très fréquentes et d'un sens de la syncope qui ressurgit ici et là : la fin de l'opener "D'eau claire et d'acier" qui voit Adrien beugler de son grain death-core sur un gros beatdown des familles se rapproche très fortement de la scène française moderne. Et pourtant, sorti de ces moments précis, Split se définit avant tout comme un groupe de thrash technique, très porté sur la mélodie et les leads, et qui ne rechigne pas à embrasser quelques aspects progressifs en chemin. Preuve en est le très grand nombre de plans par morceaux, et on notera en particulier "The Exchequer", titre à tiroirs qui change sans cesse d'approche tout en restant relativement fluide.

Il faut dire que les Split sont des musiciens plutôt balaises, et que l'absence d'un frontman dans le groupe a pour conséquence naturelle de multiplier les plans purement instrumentaux dans leur musique. On en trouve ainsi des pans entiers (difficile de parler de break dans ce contexte) dans les morceaux chantés, qu'il s'agisse de gros riffs ou d'envolées mélodiques pures. Le point d'orgue se situe dans "The Least of Our Smiles", où un moment de respiration acoustique cède sa place à une progression aux frontières du métal prog où l'ajout de sonorités synthétiques est brillamment exploitée. L'instrumental "Tales of Vanity" est une bouffée d'air frais, avec une guitare sèche très jolie et des nappes de clavier apaisantes et même un petit côté folk à la Blind Gardian sur la fin. Ce genre de moment prouve que Split est à l'aise dans énormément de genres différents mais a les défauts de ses qualités : difficile de s'y retrouver dans tout ça ! On passe parfois d'un titre à l'autre sans le réaliser vraiment, et l'impression que tel ou tel plan alambiqué pourrait être coupé-collé dans la chanson d'avant est assez gênante. Pas assez gênante toutefois pour gâcher l'écoute d'un EP qui, sans être dénué de défauts, affiche un niveau clairement au-dessus de la mêlée.


L'avenir nous dira si les Split parviendront à atteindre les cimes qu'ils convoitent, mais cet EP prouve en tous cas qu'ils ne sont pas le premier groupe venu. Recommandé aux amateurs de métal complexe comme aux fans de claque directe, ce Tales of Vanity mérite qu'on lui donne sa chance.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4