3810

CHRONIQUE PAR ...

39
Pietro
Cette chronique a été mise en ligne le 29 novembre 2009
Sa note : 17/20

LINE UP

-Mikael Stanne
(chant)

-Niklas Sundin
(guitare)

-Martin Henriksson
(guitare)

-Martin Brändström
(claviers)

-Michael Nicklasson
(basse)

-Anders Jivarp
(batterie)

TRACKLIST

1)The New Build
2)Through Smudged Lenses
3)Out of Nothing
4)The Endless Feed
5)Lost to Apathy
6)Mind Matters
7)One Thought
8)Dry Run
9)Am I 1?
10)Senses Tied
11)My Negation

DISCOGRAPHIE

The Gallery (1995)
The Mind's I (1997)
Projector (1999)
Haven (2000)
Damage Done (2002)
Character (2005)
Fiction (2007)
Where Death is Most Alive (DVD) (2009)
We Are The Void (2010)
Construct (2013)
Atoma (2016)

Dark Tranquillity - Character
(2005) - melodeath - Label : Century Media



L’évolution musicale de Dark Tranquillity est intéressante à plus d’un titre. Après avoir participé à la création d’un style à part entière le groupe a senti assez tôt le besoin d’évoluer et d’expérimenter, avant de fusionner tradition et nouveauté sur un Damage Done assez définitif qui a défini les grandes lignes d’un style personnel, riche et accrocheur à la fois. Comment évoluer après un tel album, comment lui donner un successeur digne de ce nom ?

Les premières écoutes de Character peuvent laisser l’auditeur légèrement sur sa faim. On peut en effet avoir comme première impression l’image d’un Damage Done bis, mais sans l’immédiateté et l’efficacité redoutable qui faisaient tout l’intérêt de cet album charnière. Les styles sont en effet assez voisins, avec des guitares au premier plan et des morceaux assez courts. Cependant il serait vraiment dommage de s’arrêter là, car Character a beaucoup plus à proposer si on prend la peine de s’y attarder. A y regarder de plus près, à côté des aspects proches de Damage Done déjà cités on trouve à la fois des nouveautés et une certaine forme de retour aux sources. Passé, présent et avenir sont ainsi conjugués par le combo de Göteborg sur cet album, ou plutôt sur chaque titre de cet album. Car le groupe semble avoir travaillé chaque morceau individuellement de manière à ce qu’il comporte tous les éléments qui font l’identité de Dark Tranquillity en 2005, et encore aujourd’hui. D’ailleurs c’est certainement là que réside à la fois tout l’intérêt de Character et son défaut, ce manque d’immédiateté. Les titres sont tous très riches et très profonds.

Dès le morceau d’ouverture, ce redoutable "The New Build" qui fera des dégâts en concert, on se prend en pleine face un blast beat auquel on ne s’attendait pas. Ceci annonce une tendance à la brutalité qui est montée d’un cran et qui sera confirmé sur tout l’album. Mais cet opener a beau remplir parfaitement la fonction qui est la sienne, notamment avec un excellent refrain parfaitement mémorisable, il est plus riche que la moyenne et sa structure n’est pas si simple que cela. Là encore, c’est une autre tendance générale de Character. "Through Smudged Lenses" enfonce le clou (ce « I want to hear you scream » répété encore et encore !) et surprend par sa fin electro. Car les claviers de Martin Brändström sont plus présents qu’auparavant, et même si contrairement à Haven ils ne constituent que rarement le cœur des compos au détriment des guitares, ils sont cette fois parfaitement intégrés au son du groupe, enrichissant et se mariant remarquablement aux six-cordes comme sur "The Endless Feed" ou sur le sublime "Am I 1?". Tous ces éléments se retrouvent donc dans tous les morceaux, ce qui nous donne un album extrêmement riche, copieux, et homogène. À ce petit jeu, certains titres se démarquent toutefois assez rapidement.

C’est le cas par exemple de "Lost to Apathy" choisi comme single pour un clip et un EP, ce n’est pas un hasard. Tout sur ce petit bijou fait mouche, du chant possédé de Stanne aux riffs démoniaques, en passant par le break qui calme le jeu et le refrain, modèle du genre. Les paroles de Stanne fustigeant l’apathie d’une génération blasée et sans passion sont une preuve supplémentaire de l’intelligence de ce groupe si spécial. Le légèrement plus posé "One Thought" mérite également d’être cité, tant il fait preuve d’une profondeur et d’une noirceur qui place Dark Tranquillity définitivement loin au-dessus de toute concurrence en matière de death metal mélodique. L’album s’achève sur un sublime "My Negation", lent, sombre, épique et mélancolique qui nous file d’exquis frissons en guise de conclusion. Au rayon technique, la production réalisée par le groupe lui-même (Fredrik Nordström s’étant occupé du mixage) est plus grosse et plus moderne que sur Damage Done, tout en gardant l’aspect sale et organique propre au groupe. Enfin, comment terminer cette chronique sans évoquer le chant de Mikael Stanne ? Plus présent que jamais, mixé bien en avant, le rouquin réalise ici une de ses meilleures performances, excellant même dans un registre de growl profond qu’on ne lui connaissait pas.


Character est donc particulièrement riche à défaut d’être immédiat. Au sein de cette succession de riffs, de mélodies, de breaks, de courts mais efficaces solos très mélodiques, l’auditeur peut se sentir quelque peu perdu. Quelques écoutes sont nécessaires pour apprivoiser la bête, mais le résultat est à la hauteur de l’effort consenti. Un album qui ne se dévoile pas tout de suite mais qui fait preuve de beaucoup de… caractère.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5