3796

CHRONIQUE PAR ...

17
Lucificum
Cette chronique a été mise en ligne le 23 novembre 2009
Sa note : 14/20

LINE UP

-Helmuth
(chant+guitare)

-Morluch
(guitare)

-Serpenth
(basse)

-Nefastus
(batterie)

TRACKLIST

1)Walpurgis Rites
2)Veneratio Diaboli - I Am Sin
3)Hail the New Flesh
4)Reichswehr in Blood
5)The Crosses Made of Bone
6)Der Geistertreiber
7)Destroyer Hekate
8)Enthralled Toxic Sabbath
9)Hexenwahn - Totenkult

DISCOGRAPHIE


Belphegor - Walpurgis Rites – Hexenwahn
(2009) - black metal - Label : Nuclear Blast



Belphegor est un vieux groupe (créé en 1991 tout de même) dont le succès n’a pas vraiment dépassé celui de l’estime de ses fans. Malgré des signatures avec des labels prestigieux (Napalm Records et Nuclear Blast de nos jours) et des tournées avec des gros noms de l’extrême (Nile, Grave, Kreator, Exodus…), Belphegor n’irradie pas d’aussi belle manière que les groupes de black metal ayant émergé pour la plupart en Europe du Nord au début des années 90. Pourtant, Belphegor mériterait, ne serait-ce que grâce à sa longévité, une exposition un peu plus intense sans non plus crier au génie à l’écoute de cet album.

Le titre l’évoque clairement, il sera question de sorcières, de rites et de sabbat dans ce huitième album studio des Autrichiens. Musicalement, et là encore sans grande surprise, Belphegor propose du black metal teinté de heavy, dans la veine d’un Siebenbürgen en moins symphonique. Pour autant, les mélodies ne sont pas absentes, même si le mot d’ordre de Walpurgis Rites – Hexenwahn semble être la violence et la noirceur. Heureusement, Helmut – leader/fondateur du groupe – n’a pas oublié de diversifier le propos et ne nous propose donc pas quarante minutes de blast intensifs, ceux-ci se faisant presque rares pour l’amateur d’extrême. Du coup, mid-tempos et mélodies prennent le pas sans sacrifier une seconde à l’ambiance sombre et vicieuse qui se doit d’être dégagée d’un disque de cet acabit.

En témoignent l’excellent "Veneratio Diaboli – I Am Sin", long titre varié ou le très heavy (avec une introduction très death metal et un développement inquiétant à la Bethlehem avec cette voix en allemand) "Der Geistertreiber" – qui a donné lieu à un clip ridicule avec forêt, têtes de bouc, sorcière à balai et un Helmut plus grimaçant que jamais. Pour autant, les titres ultra-violents ne sont pas en reste, avec l’opener "Walpurgis Rites", "Reichwehr in Blood" ou encore "Destroyer Hekate" dont les blast beats sans pitié mettent correctement en valeur Nefastus, batteur impressionnant de violence et de puissance. Les compositions sont bien amenées, parvenant à alterner blast et double pédale intelligemment ("Destroyer Hekate") et donc à varier le propos sans faire baisser l’intensité. L’album se termine de façon plus posée avec les sulfureux "Enthralled Toxic Sabbath" et ses voix envoûtantes et "Hexenwahn – Totenkult", basée sur le thème du titre précédent et qui clôt Walpurgis Rites – Hexenwahn sur une ambiance pesante et noire.

Heureusement, la production soutient efficacement cette débauche de ténèbres et de violence, en donnant aux guitares un cachet très black metal et à la batterie une approche plus heavy metal. Du coup l’ensemble respire agréablement et permet à la voix de Helmut de venir se poser là-dessus de façon naturelle. C’est sur, Helmut ne possède pas le charisme vocal d’un Ihsahn, d’un Attila Csihar ou d’un Shagrath, mais le bougre possède un timbre bien à lui, qui prend une efficacité maximale lorsque doublé par une voix death ("The Crosses Made of Bone"). Sur la longueur, Walpurgis Rites – Hexenwahn passe comme une lettre à la poste, mais en s’attardant sur le titre par titre, on pourra regretter un "Hail the New Flesh" pas passionnant et trop classique malgré de bons solos de guitare très « Slayeresques » ou un "Walpurgis Rites" en ouverture qui n’est pas le titre le plus percutant de la galette – on lui préfèrera le tout aussi bourrin "Reichwehr in Blood".


Bref, l’amateur de black sera sans doute rassasié par Walpurgis Rites – Hexenwahn qui s’offre en plus le luxe d’une chouette pochette, comme ce fut souvent le cas avec Belphegor. C’est violent, sulfureux, malsain, ça respire le démon et le rite occulte à chaque coin de note, bref, Belphegor fait du black metal dans la plus pure tradition même si les compositions ne sont pas heureusement bêtement coincées dans les canons du genre. Walpurgis Rites – Hexenwahn est un album efficace dont on sent qu’il a été réalisé par un artiste ayant une expérience certaine du milieu, de ses codes et de sa meilleure manière d’être efficace.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1