3793

CHRONIQUE PAR ...

68
Ronnie
Cette chronique a été mise en ligne le 22 novembre 2009
Sa note : 15/20

LINE UP

-Jonnhy Plague
(chant)

-Nick Piunno
(guitare)

-Nick Eash
(guitare)

-Andrew Glover
(basse)

-Kristen Randall
(claviers)

-Art Cruz
(batterie)

TRACKLIST

1)Earth
2)Forged in Fire
3)Soldiers of Doomsday
4)Approach the Podium
5)Battle Scars
6)Chest and Horns
7)Creed of Tyrants
8)Our Requiem
9)Classic Struggle
10)The Great Stone War
11)Tides of Change

DISCOGRAPHIE


Winds Of Plague - The Great Stone War
(2009) - death metal Totalement core et symphonique - Label : Century Media



La différence entre le metal en Amérique et en Europe est immense. Alors que la vague USA déferle sur le Vieux Continent, avec des groupes tous plus techniques les uns que les autres, le metal d'ici a du mal à s'exporter outre-Atlantique. Winds Of Plague ne déroge pas à cette règle puisque ces derniers y ont un certain succès sur leur terre alors qu'en Europe c'est le quasi-anonymat. Ces derniers évoluent dans un deathcore symphonique à la fois novateur et varié qui ne se borne pas pour autant à cette étiquette.

The Great Stone War est le deuxième opus après un Decimate The Weak qui avait fait forte impression à la fois dans la qualité des compositions, ainsi que dans la versatilité du groupe, n'hésitant pas à toucher à de nombreux styles. Ce style commençons par le définir puisqu'il ne s'agit pas d'un vulgaire groupe de Deathcore Américain (pardon pour ce pléonasme), mais d'un groupe qui gère bien ses influences, sans vouloir s'éparpiller à droite à gauche pour jouer la carte du progressif afin de masquer un manque d'originalité; procédé hautement à la mode actuellement. Ici on est est sur une base à la fois core avec de nombreux éléments de death et des plans à faire pâlir beaucoup de musiciens, tout comme peuvent le faire leurs collègues, les excellents Born Of Osiris. Cela dit en passant, le chant a quelques fois de petites intonations très Jamey Jasta, lorsqu'il ne joue pas sur sa voix presque brutal death. Et pour couronner le tout y est ajouté le clavier avec quelques discrètes nappes, ainsi que du piano pour y dégager un aspect symphonique. À la fois discret et très enrichissant sur les morceaux leur donnant un côté grandiloquent, tout comme le fait Destinity par exemple, les orchestrations font vraiment penser à celles des Lyonnais, avec parfois un relent de Dimmu Borgir.

L'album court 38 minutes, passe donc à la vitesse éclair, mais la durée est parfaite afin de ne pas devenir rébarbatif, mais suffisamment pour faire le tour de la question, (Tout comme Panzer Division Marduk de Marduk ou un certain Reign In Blood de Slayer). Même si le groupe est bien moins diversifié que par le passé, il évolue tout en gardant son identité en touchant plusieurs styles dans ses morceaux avec certains passages qui font penser à tels ou tels groupes. Madball pour le refrain de "Forged in Fire". "Chest and Horns" et ses accents death metal avec une intonation très Hatebreed vers la fin (vous ne pouvez pas le louper). Mais aussi comme cela a été dit à Destinity dans beaucoup d'orchestrations. Tout n'est pas toujours uniquement lourd et rentre dedans, "Approach the Podium" est quant à elle très mélodique, surtout dans sa seconde partie. Les refrains sont eux aussi bien pensés et les riffs dans l'ensemble même s'ils sont techniques, ne sont pas simplement posés sur une suite de plans blindés de saccades, mais bien construits pour créer une bonne cohérence. Le tout se referme sur "Tides of Change", très belle outro qui fait écho à l'intro nommée "Earth". Les dernières notes de Kristen Randall avec eux (qui officiait aussi au sein de Abigail Williams), car elle a quitté le groupe début octobre 2009.


Cet album est donc très réussi même s'il s'aventure moins que le précédent. Il est bien ancré dans son genre et surtout se démarque du lot, c'est bien là l'essentiel. Il ne se contente pas d'être une synthèse de ce qui a déjà été fait, mais tente d'apporter sa pierre à l'édifice, en voilà un groupe qui mérite de s'exporter, maintenant ils n'ont plus qu'à se remettre à chercher une ou un remplaçant au poste de claviériste désormais vacant.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2