3785

CHRONIQUE PAR ...

39
Pietro
Cette chronique a été mise en ligne le 10 novembre 2009
Sa note : 17/20

LINE UP

-Mikael Stanne
(chant)

-Niklas Sundin
(guitare)

-Martin Henriksson
(guitare)

-Martin Brändström
(claviers)

-Daniel Antonsson
(basse)

-Anders Jivarp
(batterie)

TRACKLIST

1)Intro
2)The Treason Wall
3)The New Build
4)Focus Shift
5)The Lesser Faith
6)The Wonders at Your Feet
7)Lost to Apathy
8)FreeCard
9)Inside the Particle Storm
10)Nothing to No One
11)Edenspring
12)Insanity's Crescendo
13)Lethe
14)Dreamlore Degenerate
15)Misery's Crown
16)ThereIn
17)My Negation
18)Yesterworld / Punish My Heaven
19)The Mundane And The Magic
20)Final Resistance
21)Terminus (Where Death Is Most Alive)

DISCOGRAPHIE

The Gallery (1995)
The Mind's I (1997)
Projector (1999)
Haven (2000)
Damage Done (2002)
Character (2005)
Fiction (2007)
Where Death is Most Alive (DVD) (2009)
We Are The Void (2010)
Construct (2013)
Atoma (2016)

Dark Tranquillity - Where Death is Most Alive (DVD)
(2009) - melodeath live ultime - Label : Century Media



Enfin! S’il y a bien un DVD qui était attendu c’est celui-là! Particulièrement par votre serviteur qui a eu la chance d’assister à ce concert (live report ici), mais plus généralement par l’ensemble des fans du combo de Göteborg qui désespéraient de voir le groupe donner un successeur au Live Damage de 2005. Car tous ceux qui ont eu la chance de voir le groupe en concert savaient que ce premier DVD ne rendait pas justice aux prestations scéniques des vétérans du melodeath.

Filmé en Pologne en 2005 sur la tournée Damage Done devant un public amorphe, avec un son et une réalisation qui laissaient à désirer, ce premier essai dans le domaine du disque versatile n’était pas particulièrement concluant. Le groupe savait qu’il devait remédier à ce problème en sortant un DVD digne de ce nom, mais pour cela il fallait tourner en tête d’affiche afin de proposer un set complet. Et Dark Tranquillity a pris le temps avant d’effectuer sa propre tournée, préférant la facilité des premières parties prestigieuses et autres affiches à plusieurs. Lorsqu’enfin fin 2008 la tournée Where Death Is Most Alive est montée afin de célébrer plus ou moins les vingt ans du groupe, les Suédois sautent sur l’occasion. La date de Milan est choisie, la chaleur du public italien y étant certainement pour beaucoup, l’ambiance électrique qui ressort bien du DVD en est la preuve. Au niveau technique le concert principal est magnifiquement filmé. L’image passe à travers un filtre assez classe, et les caméras sont assez nombreuses pour bien couvrir à la fois ce qui se passe sur scène et dans le public. Le montage n’est pas épileptique, prenant le temps de s’attarder sur chaque musicien même si le très charismatique Mikael Stanne est bien entendu à l’honneur. Tant dans son attitude chaleureuse que dans son chant, parfois légèrement différent des albums mais toujours intense et sincère, l’homme en impose.

La set list est à la hauteur de l’événement, se focalisant sur les trois derniers albums du groupe. À lui seul le dernier en date fournit rien de moins que sept titres sans que cela ne choque le moins du monde. On retient surtout un sublime "Inside the Particle Storm", encore plus poignant qu’en studio (quel chant!), ce "Misery's Crown" qui est déjà un classique ou encore "The Mundane and the Magic" interprété pour la première fois sur scène et sur lequel Nell Sigland de Theatre of Tragedy fait une apparition. Les tueries de Damage Done et Character sont à l’honneur dès le duo d’entrée "The Treason Wall" – "The New Build" qui ne laisse que peu de survivants dans la fosse. Il faudrait citer aussi le terrible "Lost to Apathy", ce "My Negation" tout en retenue, ou encore un "Final Resistance" débridé qui voit Stanne se jeter dans le public. Les amateurs de The Gallery et The Mind’s Eye sont quand même gâtés en milieu de concert par un enchainement "Edenspring" / "Insanity's Crescendo" (avec Nell Sigland) / "Lethe" / "Dreamlore Degenerate" absolument dévastateur, avant que "Punish My Heaven" ne s’impose une fois de plus comme le titre le plus intense du groupe. Projector est lui bien sur représenté par le tube (il n’y pas d’autre mot) "ThereIn" sur lequel le public Milanais donne magnifiquement de la voix, et de manière moins attendu par un "Freecard" étonnamment prog que l’on redécouvre totalement dans cette configuration. Quant à Haven, c’est logiquement l’efficace "Wonders at Your Feet" qui a été choisi (on aurait bien aimé un petit "Haven" en plus justement). Enfin, "Terminus" porte bien son nom et met un point final à ce show pas loin d’être parfait.

Le deuxième DVD, s’il est plus anecdotique comme c’est souvent le cas, n’en est pas moins intéressant. Out Of Nothing est un documentaire d’une cinquantaine de minutes dans lequel les membres du groupe retracent leur propre histoire en revenant sur les lieux de leurs premiers exploits. On y croise au détour d’une interview tous les anciens membres (sauf bizarrement Anders Friden), des musiciens les ayant côtoyés comme Tomas Lindberg (At The Gates) ainsi que divers acteurs de la fameuse scène de Göteborg. Tous les clips réalisés par le groupe sont également au programme, chronologiquement de "Therein" à "Misery’s Crown". Mais le morceau de choix réside dans les archives live. Vingt et un titres (oui, 21 !) couvrant toute l’histoire de Dark Tranquillity ont été exhumés. On part ainsi d’une répétition dans le garage des parents de Niklas Sundin par un groupe d’ados en 1991 jusqu’au groupe que l’on connaît aujourd’hui, écumant les scènes des festivals en 2007. Entre temps on aura passé en revu les différents line up qu’a connu le groupe. Le tout premier avec un Anders Friden juvénile au chant et un Mikael Stanne guitariste qui semble entravé dans ses mouvements par son instrument, brûlant déjà d’occuper le devant de la scène, vaut son pesant d’or. Certaines perles absentes du concert de Milan sont là pour notre plus grand plaisir : "Indifferent Suns", "Hours Passed in Exile", "Damage Done", "One Thought"…


Le moins que l’on puisse dire c’est que Dark Tranquillity a su rectifier le tir par rapport à son premier DVD en proposant à ses fans le produit qu’ils attendaient. Un concert presque parfait, une réalisation et un son excellents, un groupe charismatique, une performance énorme, des bonus intéressants… Ça valait le coup d’attendre !


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2