378

CHRONIQUE PAR ...

2
Cosmic Camel Clash
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 17/20

LINE UP

-Antoine Dib
(guitare+chant)

-Damien Guillon
(guitare+chant)

-Cédric Farges
(basse+chant)

-Alexandre Bouvet
(batterie)

TRACKLIST

1)In Times of War
2)Origin'Hell
3)Under
4)Cold and Inhuman
5)Testostrogènes
6)Uniformity Militia
7)Brutal Conditions
8)The Law of the Strongest
9)Bloodshed for my Dignity
10)The Path of the Lord
11)Irreligious Mind
12)Killed by...?

DISCOGRAPHIE


Origin'Hell - Still More Suffering



Sachez-le, artistes de tous bords : si vous envoyez votre démo ou votre EP à un membre de l'équipe des Eternels, on vous le chroniquera. Parce qu'il faut promouvoir les musiciens, parce que le métal c'est cool, parce que vous le valez bien... enfin bref on le fera. Regardez les Origin'Hell : ils nous ont envoyé un mail pour savoir si on voulait bien chroniquer leur premier album et ils ont eu raison. Parce que comme ça je vais pouvoir en dire du bien vu qu'Origin'Hell ça ne rigole pas... mais alors pas du tout... c'est même puissamment bon...

Parce qu'on a beau être habitué au coup du titre massif de début d'album qui déchausse les molaires, "In Times Of War" c'est quand même quelque chose. Après une intro mélodique sympathique sans être impérissable débarque soudainement un couplet en béton armé qui cueille au menton sans rémission possible, un death-metal aux riffs qui ressemblent à des coups de parpaing dans la gueule. C'est lourd, c'est lent, ça cogne, ça balance, en bref c'est incroyablement bon. Et le titre a ensuite l'insolence de se développer, d'aligner riff sur riff, de poser des breaks judicieux, de varier le chant, de reprendre le thème de l'intro là où on ne l'attend pas... la prise de chant a beau être crue et le son de grosse caisse ressembler au tapotement d'un doigt sur une table quand on écoute au casque, le tout est tellement compact et judicieux qu'on reste cloué. Les transitions sont parfaites, les riffs tranchants comme des rasoirs, et le son de guitare étant pour sa part très bon ça permet de vraiment profiter du tout.

Le chant est multiforme : au growl death du premier titre (qui était entrecoupé de cris hardcore) succède un chant black haineux et minimaliste dans le titre Origin'Hell qui va piocher dans le meilleur de Grip Inc. pour nous en mettre plein le cornet. La crudité du son s'avère rapidement un avantage car le côté profondément old school de la formation en ressort magnifié : "Under" nous ramène au thrash Bay Area de la grande époque et le côté underground du chant (y compris dans l'accent qui fleure bon le terroir) colle tout à fait au feeling général. Par contre un point s'est dégagé après seulement trois titres : le death caverneux et lourd du début dont en pensait qu'il serait la direction musicale privilégiée est bien loin... jusqu'au moment où il revient sans crier gare sur la bombe "Cold And Inhuman" aux plans tous aussi bluffants les uns que les autres. Origin'Hell est effectivement un groupe qui n'aime pas se laisser classifier et qui alterne death et thrash selon une logique toute personnelle.

Le triple chant death / thrash / hardcore aurait dû mettre la puce à l'oreille : le métal est vu ici comme un tout et il est impossible jusqu'à la fin de l'album de savoir quelle sera la part des trois courants cités dans tel ou tel titre. Cette approche permet au groupe d'être réellement imprévisible, en particulier au niveau la longueur des chansons qui dépassent presque toutes les quatre minutes et vont parfois jusqu'à six. Le chant peut parfois être quasiment absent : groupe sans frontman, Origin'Hell aime à enchaîner les plans instrumentaux et c'est d'ailleurs un exercice qui leur réussit particulièrement bien. Notons également la présence d'un seul titre en français sur le tout, le punkisant "Testostrogènes" qui ressemble plus à une grosse blague qu'autre chose tant le texte est nul. Mais s'il y a en tout cas une caractéristique qui revient sur l'album dans son ensemble, c'est avant tout une approche profondément old-school. Origin'Hell c'est aussi cette manière de plaquer 5 riffs juste pour une intro qui renvoie directement aux années 80, et ça c'est bon.

En plus de la pertinence, la variété et la puissance des riffs il y a un aspect qui rend cet album particulièrement attachant : son côté artisanal. On sent le groupe qui a répété inlassablement dans un garage putride rempli de cadavres de Kro et de cendriers pleins, on sent une rage de jouer et d'envoyer la sauce pour pouvoir donner un concert au festoche du coin. Les imperfections de ce disque le rendent dix fois plus vivant et « chaud » que je ne sais quel groupe à la mode au son énorme made in Tue Madsen. Enfin un album à l'ancienne, un qui sent la sueur et la colère et qui en plus propose une zique méchante et bien foutue !


Ce Still More Suffering à l'efficacité brute et aux nombreux instants d'inspiration saura réjouir les thrashers, les vrais, ceux pour qui Megadeth s'est vendu avec Countdown To Extinction. Origin'Hell signe avec cet album la grosse surprise de cette fin d'année, et franchement si vous avez du matos de ce niveau envoyez-nous vite vos cds vous aussi. Car chroniquer des bombes comme ça on le ferait tous les jours...


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1