3772

CHRONIQUE PAR ...

29
Sebrouxx
Cette chronique a été mise en ligne le 08 novembre 2009
Sa note : 15/20

LINE UP

-Eric Martin
(chant)

-Paul Gilbert
(guitare)

-Billy Sheehan
(basse)

-Pat Torpey
(batterie)

TRACKLIST

CD1 :
1)Daddy, Brother, Lover, Little Boy
2)Take Cover
3)Green-Tinted Sixties Mind
4)Alive and Kickin'
5)Next Time Around
6)Hold Your Head Up
7)Just Take My Heart
8)Temperamental
9)It’s for You - Mars
10)Pat Torpey Drum Solo
11)Price You Gotta Pay
12)Stay Together
13)Wild World
14)Goin' Where the Wind Blows
15)Take a Walk

CD2 :
1)Paul Gilbert Guitar Solo
2)Paul Gilbert and Billy Sheehan Duo
3)Double Human Capo
4)The Whole World's Gonna Know
5)Promise Her the Moon
6)Rock N Roll Over
7)Billy Sheehan Bass Solo
8)Addicted to That Rush
9)Introducing the Band
10)To Be With You
11)Colorado Bulldog
12)Smoke on the Water
13)I Love You Japan
14)Baba O' Riley
15)Shy Boy
16)Next Time Around (Studio Version)
17)Hold Your Head Up (Studio Version)

DISCOGRAPHIE


Mr Big - Back to Budokan - Next Time Around Tour 2009
(2009) - hard rock - Label : Frontiers Records



Un p’tit Tour et puis s’en vont ? Oh non pas cette fois? Ca recommence pour de vrai, hein, promis ? De toute manière, chez Mr Big, un p’tit Tour (comme un grand, d’ailleurs), cela s’achève toujours de la même manière : par un CD et un DVD live. Chez Dream Theater, vous me direz, c’est un peu pareil. Sauf que contrairement à Petrucci et sa clique, Gilbert et ses ouailles se dispensent de sortir le moindre album studio pour reprendre le chemin des salles. Et les remplir partiellement comme lors de leur récent passage au Bataclan, à Paris (live report ici) ou totalement comme ce fut le cas ici, au Budokan, à Tokyo.

Qu’on se le dise, histoire d’éluder tout trait de mauvais esprit, ce Live at Budokan est le huitième album public du groupe… mais aussi leur cinquième captation nipponne. Et ce puisqu’au Pays du Soleil Levant, Billy Sheehan et consorts ont été élevés au rang de Divinités, soit au même niveau qu’Yngwie Malmsteen, Marty Friedman et Steve Lukather. Rien d’étonnant donc à ce que le groupe remette le couvert dans cette emblématique scène tokyoïte du Bodokan pour ce qu’il est bon de considérer comme le (presque) meilleur live de Mr Big. Pourquoi meilleur ? Parce que sur deux CD, remplis jusqu’à la lie, il y a réellement de quoi se faire une bonne idée sur le style et la discographie du line-up originel, réuni à nouveau. Ensuite parce que ce best of public offre un son bien équilibré, jamais agressif et donc saoulant comme cela se produit fréquemment sur ce type de galettes. Et alors, pourquoi presque meilleur ? Pour la même raison qu’à Paris. Le groupe, ou plutôt Paul Gilbert, fait totalement l’impasse sur toute la période où ce dernier fut remplacé par Richie Kotzen (autre demi-dieu en ces terres). Dommage : un peu de variétés ne nuit, en principe, jamais et il aurait été de bon aloi (pour le clin d’œil ? la confraternité ?) d’entendre le guitariste reprendre les "Electrified" ou "Superfantastic" de son collègue successeur/prédécesseur.

Il n’en demeure pas moins que les meilleurs titres sonnent toujours du feu de Dieu. Le mix proposé tient ses promesse dès l’entrée en scène. Le quatuor opener (soit "Daddy, Brother, Lover, Little Boy" / "Take Cover" / "Green-Tinted Sixties Mind" / "Alive and Kickin'") s’avère en effet toujours aussi efficace, d’autant que Gilbert manie toujours aussi bien la perceuse (et elle s’entend comme jamais) sur le premier de ces titres. Vivement d’ailleurs la vision du double DVD (ou Blu-ray pour les riches) de ce même concert pour en profiter pleinement. Certes, les heureux présents à leur récent show ne découvriront rien de bien neuf, si ce n’est la possibilité de mieux réentendre les deux inédits “Next Time Around” et “Hold Your Head Up” aussi bien dans cette configuration publique que, en fin du second disque, dans leur version studio. Ce nouveau Live se destine-t-il pour autant aux seuls fans inconditionnels de Monsieur Gros ? La réponse est non, même si les sceptiques en doutent d’autant plus qu’ils possèdent éventuellement déjà un enregistrement public du groupe. Abstraction faite de l’absence suscitée de l’ère Kotzen, aucun des grands titres ne manque et à la limite ce sont les unplugged - et poussifs au bout d’un moment - “To Be With You” et “Wild World” qui ne semblent même plus dispensables.

À la limite, et disposés tels qu’ils le sont dans la setlist, ce sont que des respirations (des silences ?) entre les titres les plus heavy. C’est d’autant plus exact pour “To Be…” qui s’intercale entre un mons-tru-eux “Addicted to That Rush” et l’explosif final constitué de “Colorado Bulldog / Smoke on the Water / Baba O' Riley”. Le même souci, si tant que le terme soit le plus approprié, concerne les nombreuses parties instrumentales. Si leur rendu sur DVD ne fait aucun doute (allusion faite au duel Gilbert vs. Sheehan, que Torpey et Martin vont finir par rejoindre), il n’en est indubitablement pas de même pour la version sonore. Disons que le second disque comprend majoritairement des pistes instrumentales, entre Gilbert tout seul (et dès le démarrage du CD), puis Sheehan tout seul, puis Gilbert et Sheehan, puis tous ensemble sur “Double Human Capo”… où se sont Martin et Torpey qui jouent le rôle à Oscar de capodastre humain. Un sacré rôle de composition qui va séduire les amateurs de guitare shred et de basse haute voltige, alors que les autres risquent de passer directement à la piste 4. Bien leur en prenne puisqu’il s’agit du fabuleux comme toujours “The Whole World's Gonna Know.”


Le Monde entier doit le savoir, t’entends ? Si votre discothèque ne comprend aucun scud public de Mr Big, ce Back To Budokan doit absolument figurer sur vos listes de Noël. Déjà ça mettra de l’ambiance dans vos chaumières. Ensuite, il ne fera pas pâle figure entre le double-live d’AC/DC à Donington, le Metallica symphonique à San Francisco et le double de Guns n’Roses période Use Your Illusion.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6