3742

CHRONIQUE PAR ...

40
Joe Le Hareng
Cette chronique a été mise en ligne le 25 octobre 2009
Sa note : 17/20

LINE UP

-Kelvin Swaby
(chant)

-Dan "T" Taylor
(guitare)

-Spencer "Big Daddy Spence" Page
(basse)

-Chris Ellul
(batterie)

TRACKLIST

1)The House That Dirt Built
2)Oh No! Not You Again!
3)How You Like Me Now
4)Sixteen
5)Short Change Hero
6)No Time
7)Long Way from Home
8)Cause for Alarm
9)Love Like That
10)What You Want Me to Do
11)Stuck

DISCOGRAPHIE


The Heavy - The House That Dirt Built
(2009) - rock Rock soul funky - Label : Ninja Tune



The Heavy, c'est avant tout l'histoire de deux garçons, Dan Taylor et Kelvin Swaby, qui semblent avoir en commun un bon paquet de références et un goût prononcé pour le RnB (le vieux, le vrai). Pour notre plus grand plaisir les deux gaillards forment The Heavy et s'entourent d'une section rythmique pour qui le groove n'a plus de secret afin d'exprimer en musique cet univers sorti tout droit des 50's. James Brown, la Motown, la surf music, Hendrix, Ennio Morricone, Screamin' Jay Hawkins, la soul music, les Beatles, le rock 'n' roll... Ça donne envie, non?

Car The Heavy c'est ca, un espèce de mélange de rock, de surf, de soul, d'ambiance electro, de Motown et de blues... Dit comme ça, ça paraît un peu indigeste. Pourtant il n'y a pas un seul moment où le mélange des genres reste sur l'estomac. Tout ce petit monde cohabite, s'invite les uns chez les autres, s'entremêle sans jamais se gêner. Tout se fait avec finesse, par petites touches, sans jamais tomber dans la caricature ou le cliché. Quelle maturité ! et quelle intelligence dans le propos ! Sans oublier une capacité à balancer des morceaux catchy qui confine au génie : quasiment tous les titres sont des singles en puissance. Parlons-en du single. S'inspirant de la mythique "I Put a Spell on You" du fracassant Screamin' Jay Hawkins, "Sixteen" réussit l'exploit de faire « penser à » sans jamais tomber dans la copie pure et simple. La ligne de chant colle à merveille à la musique de son illustre ainée, le refrain se fait accrocheur en diable et Swaby parvient à créer le frisson sans en faire trop : bel hommage.

Pour le reste, c'est du même tonneau. À commencer par le bondissant burner "Oh No! Not You Again" qui déballe son rock n roll tendance surf music à fond les gamelles avec option choriste sexy : quelle claque ! Et quelle intro pour la magnifique "How You Like Me Now". Les guitares se font funky, la batterie sonne comme il y a 50 ans et les cuivres groovent à mort... Et ce chanteur ! Ce chanteur ! Aussi à l'aise dans le rôle du rocker énervé, dans la peau du crooner fifties ou dans la veste de James Brown, Kelvin Swaby est un chanteur d'exception. Sa capacité à s'adapter au morceau et à le faire vivre frise le génie. Quelle justesse et quelle émotion dans l'interprétation. Il suffit de jeter une oreille à "Short Change Hero" pour s'en convaincre. Intro à la Ennio Morricone (superbe), petite guitare tarantinesque (ça ne veut rien dire mais tout le monde comprend) sur fond de batterie qui groove à bloc et chant à fleur de peau. Marvin Gaye n'est pas bien loin. Pas convaincus ? Remettez-en donc une couche avec "What You Want Me To Do". Sur fond de riff à la lourdeur toute Sabbathienne, Swaby la voix légèrement voilée nous donne une leçon de groove. Superbe.


Ajoutons à ce tableau déjà idyllique une sens aigu de la mélodie qui n'est pas sans rappeler les Beatles ("Stuck", "Long Way from Home"), une science du riff qui dénote le guitariste connaissant Hendrix sur le bout du médiator ("No Time", imparable) et on obtiendra The House That Dirt Built. Un édifice à première vue hétéroclite, aux pièces dissemblables et pourtant indissociables. La visite se fait sans heurt, avec douceur et plaisir. Nul doute qu'une fois le tour du propriétaire terminé, l'envie d'y retourner se fera irrépressible.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3