3738

CHRONIQUE PAR ...

59
Jal
Cette chronique a été mise en ligne le 24 octobre 2009
Sa note : 11.5/20

LINE UP

-Simon Beux
(chant)

-Benoît Lélias
(guitare)

-Sebastien Le Bellec
(guitare)

-Romain Buisson
(basse)

-Stephane Nestiri
(batterie)

TRACKLIST

1)The Saving Bite
2)Swapping Burdens
3)Inside the Grinding Mould
4)On Hollow Ground
5)Second Shackle
6)Out of Hand
7)The Plunder
8)Size of the Stain
9)The Bad Half

DISCOGRAPHIE


Talian - Scraps From The Mire



Taliandorogd est mort, vive Talian. C’est en effet avec un nom de moitié plus court et un line-up stabilisé comprenant deux anciens Taliandorogd, à savoir le chant et la guitare, que les Bretons nous sortent Scraps From The Mire. Changement de voie ? Confirmation du style choisi 5 ans plus tôt avec The Parting ? Il aura fallu 3 ans à Talian pour composer, enregistrer, produire et distribuer cet album. La durée aura-t-elle permis au groupe de fournir un objet de qualité et cohérent ? À voir.

Alors autant le dire tout de suite, Scraps From The Mire n’est pas un album facile. J’entends par là qu’il faut plusieurs écoutes attentives pour se faire une réelle idée de la chose. Avons-nous entre les mains un chef d’œuvre, un bon album ou un album passable ? Difficile à dire d’emblée. Les écoutes successives révéleront un niveau de composition plutôt élevé et un talent d’exécution certain mais quelque chose ne prend pas vraiment. Le souci c’est que c’est déjà entendu mille fois, alors même si le tout semble assez bon, un sentiment de déception prédomine sur le reste. Une touche suédoise très développée fait immédiatement penser à des groupes tels que Dark Tranquillity ou même In Flames (comment ne pas entendre le spectre Clayman sur "Inside the Grinding Mould" ?), mais en moins bien. La production quant à elle est bonne malgré un privilège trop prononcé pour la voix, ce qui peut par moment être lassant, mais le mix du reste est tout à fait convaincant.

Les morceaux se suivent et se ressemblent, niveau cohérence on se pose là. Un mid-tempo dominant, quelques accélérations par-ci par-là, des breaks à la voix claire (notamment sur le premier morceau "The Saving Bite") qui auraient franchement pu être évités car ils n’apportent rien, pire, ils coupent le morceau là où il aurait pu en ressortir quelque chose de mieux. Attention, je ne dis pas que c’est mauvais, ça tombe juste un peu comme un poil pubien sur une part de tarte aux pommes, ça la fout mal. Cette ressemblance entre les morceaux donne en fait l’impression d’écouter un gros bloc compact, ce qui n’est pas forcément agréable sur la durée, le tout s’essouffle un peu en milieu d’album et il faut s’accrocher pour rester à l’écoute attentivement mais d’autre part il y a des parties sacrément intéressantes et jouissives, comme l’intro rock’n’roll de "Second Shackle" rappelant des sonorités à la Lamb Of God voire Pantera par endroits, assez sympa donc.


En gros, nous avons là un album moyen qui ne tient pas sur la durée. Il est probable que son espérance de vie soit assez courte et il finira par pendre la poussière sur l’étagère même si par moments on entend des choses plus ou moins pertinentes. Il n’y a pas de morceau qui sorte réellement du lot et c’est dommage, ça partait bien. Ce n’est donc pas un album fondamental ni révolutionnaire mais ça se laisse écouter, en musique de fond…


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6