3720

CHRONIQUE PAR ...

40
Joe Le Hareng
Cette chronique a été mise en ligne le 11 octobre 2009
Sa note : 15/20

LINE UP

-Scott Hill
(chant+guitare)

-Bob Balch
(guitare)

-Brad Davis
(basse)

-Scott Reeder
(batterie)

TRACKLIST

1)Bionic Astronautics
2)Steel.Beast.Defeated
3)Against the Ground
4)Webfoot Witch Hat
5)El Busta
6)Signs of Infinite Power
7)Eyes x 10
8)Gragantuan March
9)Take It Away
10)One Step Too Far

DISCOGRAPHIE


Fu Manchu - Signs Of Infinite Power
(2009) - rock stoner - Label : Century Media



Comme c'est étrange... Je pourrais presque réécrire mot à mot l'intro de la chronique de We Must Obey de mon confrère Alexis, tant elle semble parfaitement adaptée à ce Signs Of Infinite Power. Un artwork qui donne pas envie, à deux millions de kilomètres de l'univers haut en couleurs des Californiens, pour enrober un album rempli jusqu'à la gueule de graillon fuzzy, de phaser psyché et de quelques bonnes idées. Pas de quoi leur jeter des planches de surf, mais pas de quoi sauter de joie non plus... Mais peut être les choses ne sont pas simples.

Premier contact auditif : pas forcement agréable. Le son est gras, très gras. Mais pas dans le bon sens du terme, tel qu'il a été défini par les grands frères Kyuss. Non, là le son est serré, pas dynamique pour un rond et ne respire pas assez... Trop de fuzz tue la fuzz comme on dit... Bref, passée la première impression et après quelques écoutes (ne soyons pas mesquins, deux suffiront aux habitués), le potage boueux se désépaissit pour laisser entrevoir les riffs de nos joyeux lurons à cheveux longs. Rien de bien nouveau de ce côté : on écoute bien le nouvel album des Fu Manchu. Une grosse pelletée de rock, une louche d'énergie punk et une pincée de psyché pour lier la sauce. Heureusement que nos gaillards connaissent leur métier parce que malgré l'impression de déjà entendu qui effleure ça et là, on ne parvient pas à s'ennuyer et même, on prend du plaisir. Ils sont forts les bougres.

C'est vrai qu'ils sont forts ces Fu Manchu parce que sur les premières écoutes c'est carrément pas gagné et petit à petit, riff après riff, gimmick après gimmick, les Californiens parviennent à nous entrainer dans leur Univers. Les chansons se suivent, ne se ressemblent finalement pas tant que ça et surtout se révèlent salement efficaces et bandantes. Voire même carrément jouissives. "Steel.Beast.Defeated", "One Step Too Far" et "El Busta" déboulent à toute allure, tels des buggy dans les dunes. "Signs of Infinite Power" déroule son groove nonchalant, écrasant tout sur son passage. "Eyes x 10" est une petite bombe thermonucléaire (cette guitare sur le refrain, quoi !) et avec la très psyché "Take It Away" (encore cette science du refrain qui tue !), le tableau est complet. Au final, il n'y a bien que les poussives "Against the Ground" et "Gargantuan March" pour nous faire tirer la langue.


Un son particulièrement repoussant ? Une prise de risque quasiment nulle ? Certes... Pourtant, malgré ces deux lourds handicaps, les Fu Manchu parviennent à grands coups de riffs catchy, de gimmicks 70's et de refrains entêtants à nous faire prendre du plaisir. Pour cela il suffit de débrancher les fonctions cognitives, laisser faire le cervelet et prendre le plaisir là où il est.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5