3691

CHRONIQUE PAR ...

2
Cosmic Camel Clash
Cette chronique a été mise en ligne le 28 septembre 2009
Sa note : 14/20

LINE UP

divers

TRACKLIST

CD 1

1)SAMAEL - Black Hole
2)TREPALIUM - Daddy's Happy
3)HACRIDE - A World of Lies
4)MISTAKEN ELEMENT - Mind Over Matter

5)RECUEIL MORBIDE - My Worst Defeat
6)THE SEVEN GATES - Angel of Suffering
7)MINDLAG PROJECT - Jon De Grimpclat
8)BROKEN EDGE - Dead Again
9)HECTIC PATTERNS - Vaseline
10)F STANDS FOR FUCK YOU !!! - Cry and Pay
11)NEAR DEATH CONDITION - From the Refusal of God
to the Negation of Humanity
12)OZLOMOTH - The Inner Meaning
13)SOULLESS - Symbolic Immortality
14)ABSURDITY - Consumer Society
15)MALKAVIAN - Injection
16)JUMPING JACK RIOT - Jesus Fucks Kids
17)CADAVERIC HUNTER - Vikings Brau
18)ZA PIRATZ - Mobydark, La Baleine Noire
19)ADAMENTH - Mad Scene
20)ABYSSE – Déviance

CD 2

1)L'ESPRIT DU CLAN - L'avenir Sera
2)THE ARRS - Le Ciel Des Uns Est L’enfer Des Autres
3)EON - No Sacrifice

4)TRI[BALLES] - Submit Yourself (Or Die)
5)CRANKSET - Tesla's Rotating Magnetic Fields
6)WORN-OUT - Uglyland (Wolf Remix)
7)SILICIUM - My Choice
8)UNTIL THE UPRISING - Infected Blood
9)VIOLENCE FROM WITHIN - And She Stares Loss Her
Innocence

10)ASCARIS - Black Box
11)CRAWLING IN SLUDGE - Song for a Plate
12)NOTHINGNESS - Scarecrow
13)ANORAK - Some Skirts
14)KAY TON KAZE - Fight With a Smile
15)REMIND - Pulsions
16)8VISION - Confusion
17)KHAORAH - Breakin'In, Breakin'Out
18)HANATHEM - Animal's Pornstar
19)ANYTHING LEFT - Born in Blood
20)ASHES TO DUST - Monster

Etc...

DISCOGRAPHIE


Compil French Metal - A Tombeau Ouvert
(2009) - inclassable - Label : Autoproduction



« Alors CCC, je peux compter sur toi pour chroniquer la prochaine compil ?»
« Bien sûr Pete ! C'est toujours de la bonne came tes compils, et j'aime la démarche... bon, j'en chie toujours un peu pour y arriver mais maintenant j'ai pris le pli, chroniquer quarante groupes différents ne me fait plus peur !»
« Cool ! Je t'envoie ça de suite. Par contre ce n'est plus quarante groupes hein... y'a trois cds sur la nouvelle fournée, donc ce sera soixante groupes à chroniquer !»
« QUOI ?»


Quelques constats pour commencer. Déjà, une compil French Metal est plus que jamais un bel objet. L'artwork signé Kaos DZN est superbe et le livret de la bête ne rigole pas : chaque groupe est présenté par un petit texte auto-rédigé, une illustration (photo ou artwork d'album) et la présence des contacts de booking et de management est une excellente idée, qui résume bien la démarche. N'importe quel directeur artistique ou tourneur peut utiliser la compil comme un vivier de talents, et s'il craque sur un groupe il n'a plus qu'à se mettre en rapport avec eux. C'est ce qu'on appelle du soutien pur, une approche de la promotion mettant l'artiste au centre du jeu, et c'est très bien. Deuxième constat : la scène francophone n'a décidément pas de limites. Sur les soixante groupes présents (on va de la grosse pointure à l'amateur, comme d'habitude) moins d'un tiers ont déjà fait l'objet d'une chronique chez nous ! On croit connaître une scène et on s'aperçoit qu'on n'apercevait que la face émergée de l'iceberg... et c'est rassurant. Dernier constat : sur ce petit tiers déjà connu, la moitié est composée de coups de coeur des Éternels. Et ce à tous les niveaux de professionalisme : même si ça fait forcément plaisir de retrouver des groupes établis tels que Hacride, Mistaken Element, Trepalium, L'Esprit Du Clan ou The ARRS, voir des formations moins exposées mais néanmoins géniales comme Mindlag Project, Hectic Patterns, Abysse ou eOn être mises à l'honneur fait toujours plaisir. French Metal a décidément bon goût !

Cette première édition 2009 présente une sacrée nouveauté : la classification par thèmes. Les trois cds suivent désormais chacun une orientation perceptible : le premier est gavé de métal extrême, le deuxième surfe plus sur une mouvance thrash / hardcore et le dernier est le plus mélodique, mêlant chant féminin, heavy et gros rock/stoner. La cohérence ainsi créée n'est pas forcément du meilleur effet, car le côté « bloc » déjà présent du fait de la démarche en est encore renforcé. Si le dernier cd est plus aéré car plus varié, le premier est vraiment difficile à digérer pour cause de blast omniprésent. Du coup la présence incongrue d'Adamenth y est salutaire : sans être vraiment génial, le métal symphonique des Toulousains se démarque car il offre une respiration, donc imaginez l'impact de l'instrumental mélodique fabuleux d'Abysse ! À l'inverse on peut dire que les morceaux extrêmes tirant leur épingle du jeu alors qu'ils auraient pu se noyer dans la masse sont particulièrement méritants. C'est le cas du brutal-death aux ambiances intéressantes de Recueil Morbide, du grind rigolo et au son énorme de F Stands For Fuck You (chapeau pour le nom !), et surtout du black ambitieux des Ozlomoth. C'est une des vraies bonnes surprises de cette compil : le mélange entre black-metal symphonique et breaks acoustiques à la Opeth fait plutôt mal, et on espère des nouvelles du groupe très bientôt. Malgré un nom ridicule, les Za Piratz se révèlent également très intéressants : leur fusion black / heavy avec des pointes de chant féminin est d'autant plus réussie qu'elle est pétrie de second degré.

Les vraies découvertes de ce genre ne sont malheureusement pas légion, en particulier quand on considère le nombre de groupes présents. Sorti des grosses pointures et des coups de cœur déjà cités (auxquels on ajoutera les très bons Crankset et un des meilleurs titres de Worn-Out) le deuxième cd n'en révèle pas des masses : le trashcore / death furieux des Tri[Balles] a beau être hyper carré et très efficace, il est également sans grande personnalité. Nothingness donne dans un core poussif sans relief, Remind voit son thrashcore gâché par un growl amateur, Until The Uprising (qui aurait pu se trouver sur le premier cd) présente un niveau de ouf mais pêche par trop de similitudes avec Cradle of Filth... etc, etc. On navigue entre des groupes franchement décevants et des formations qui doivent confirmer l'essai, comme Silicium qui commence très fort avec une intro thrash-indus malsaine à souhait mais se loupe sur un refrain heavy bébête ou Ascaris qui cogne très dur mais se contente de réutiliser des plans metalcore / thrash piqués à droite à gauche. On se rattrape avec les très bons Violence From Within dont la musique ambitieuse et déstructurée (que de plans !) a tout pour cartonner. Le reste est majoritairement composé de groupes qui glissent sur l'auditeur sans vraiment le marquer, et comme sur le premier cd certains groupes gagnent en intérêt uniquement parce qu'ils se démarquent de la masse stylistiquement parlant. C'est le cas de Khaorah, groupe de metalcore dont les leads mélodiques à la Angra font du bien, et de Ashes To Dust dont le chant en français estampillé Lofofora accroche automatiquement l'oreille.

Le troisième cd est donc de loin le plus agréable à l'écoute, tout simplement parce que c'est le plus varié. Les Mypollux n'en sont plus à leur coup d'essai et affichent une très bonne maîtrise de leur métal/pop à chant féminin même si les textes sont un peu cheap. Silt assure toujours aussi bien dans son style indéfinissable, à mi-chemin entre métal, pop et disco. On retrouve avec stupeur le son de la Team Nowhere avec le rap-néo de Smash Hit Combo (qui se révèle pas mauvais dans l'exercice), on saute partout avec la fusion hyper pêchue des Mamagreyo et l'indus/dancefloor des Systr, on headbangue avec le thrash/death hyper destructeur de MSD (mais quelle claque !), on se marre en entendant le chanteur de Maelström répéter 180 fois « sex drugs & rock'n roll », bref il se passe des choses. Par contre un aspect dont on se serait bien passé débarque : la rempompe éhontée. Le pire exemple est incarné par Markize qui tente visiblement à tous prix d'être la version française d'Evanescence : son, voix, riffs, claviers, TOUT y est. Un cauchemar. De la même manière, l'énorme stoner des God Damn passerait beaucoup mieux sans la similitude écrasante avec Anselmo au micro et l'application des Virgin Chapter à faire du Deftones est accablante. Pour finir, passage obligé avec les compils French Metal, on se tape les quelques groupes qui réussissent encore à puer l'amateurisme à plein nez en 2009, âge des home studios et du Cubase pour tous. Le pompon est décroché par Höly Ghözt : son de guitare en carton, riffs piochés chez Iron Maiden, chant féminin insupportable, c'est un carton plein. Le métal mélodique semble le genre le moins tolérant envers l'amateurisme de toutes façons : qu'il s'agisse des Black Horizon ou des Serments, le manque de maîtrise des vocaux bloque là où d'autres genres ne seraient pas forcément aussi handicapants.


Trop de compil tuerait-il la compil ? A Tombeau Ouvert garde toujours l'argument du rapport qualité-prix imbattable (soixante titres pour dix euros !), mais l'impact de cette nouvelle fournée est amoindri par la répartition des groupes et la proportion grandissante de formations quelconques. Les tueries y sont toujours, l'objet en lui-même reste ultra-cool... mais l'émerveillement est indéniablement moindre.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3