3654

CHRONIQUE PAR ...

15
Flower King
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 13/20

LINE UP

-Jeff Scott Soto
(chant)

-Fredrick Åkesson
(guitare)

-Marcel Jacob
(basse)

-Jamie Borger
(batterie)

TRACKLIST

1)Falling
2)Nowhere Fast
3)Rhyme Or Reason
4)End Of The Line
5)The 1 I'm Living 4
6)On My Way
7)Forevermore
8)Succumb 2 My Desire
9)Shed A Tear Goodbye
10)Troubled Water
11)Back 2 The Feeling

DISCOGRAPHIE

Five Men Live (2005)
7 (2006)

Talisman - 7
(2006) - hard rock Hard/Heavy/AOR - Label : Frontiers Records



Clint Eastwood l’a dit : «Dans la vie, il y a deux genres de groupes de hard rock : ceux qui font tout comme les autres et ceux qui ont un truc en plus.» Talisman fait partie de la bonne catégorie, et ce pour plusieurs raisons. Dans cette formation officie Jeff Scott Soto, nom qui parle même aux ignares de la scène hard tels que votre serviteur. Et le bougre sait y faire : sa voix puissante et sans faille, légèrement rocailleuse est un plaisir pour les oreilles, car elle a quelque chose à dire et ne donne que très rarement l’impression de forcer les émotions. Gorgée de feeling, elle convient parfaitement aux compositions plus portées sur l’assise rythmique que les soli.

C’est là la grande force du groupe : tout en se basant sur des structures carrées et qui ont maintes fois prouvé leur efficacité, il se permet de groover tout en décontraction, ce qui est très rafraîchissant. Comme pour mieux correspondre à cette orientation, le ton se fait parfois très salace, comme sur "Succumb 2 My Desire", dont le message n’est pas si différent d’un morceau de Tribal King ; mais allez savoir pourquoi, ça passe beaucoup mieux avec un bon riff rock & roll en diable et une rythmique quasi-funky. D’autant plus que cette recette sait s’accommoder de refrains accrocheurs et ceux qui en doutent n’ont qu’à écouter le très bon "Nowhere Fast", au chorus presque trop facile : sauf que ce presque fait toute la différence.

Mais c’est sur le titre "Troubled Water", qui n’a pourtant pas la place la plus avantageuse sur le disque (avant-dernière piste) que la formation atteint des sommets. Rarement aura-t-on entendu un refrain aussi sensationnellement conçu que sur cette petite pépite up-tempo, que ce soit la mélodie vocale, le riff de soutien, ou l’intervention des chœurs : une merveille qui symbolise parfaitement la frontière entre l’excellence et la facilité.

Cette frontière, hélas, est franchie à plusieurs reprises, et le sentiment de déjà-entendu prend parfois le dessus : ainsi, je crains que les deux morceaux d’ouverture, "Falling" et "On My Way", ne survivent à un nombre répété d’écoutes. De même, les ballades, heureusement peu nombreuses, se complaisent dans les clichés mielleux et ne parviennent qu’à agacer ; et on passera gentiment sur le ridicule "Shed A Tear Goodbye" et sa mélodie en carton. Ces titres, éparpillés sur ce 7, gâchent un peu le plaisir que l’on peut tirer de l’écoute de ce disque frais et coloré, qui reste néanmoins un achat conseillé pour les amateurs du genre.




©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7