3623

CHRONIQUE PAR ...

3
TheDecline01
Cette chronique a été mise en ligne le 10 septembre 2009
Sa note : 12/20

LINE UP

-AVI
(chant)

-RJ
(guitare)

-CHRIS
(batterie)

TRACKLIST

1)The Protocols of Anti-Sound
2)Pulverizing Hate Mongers
3)Rejecting the Militant Promise
4)Assimilated Pollutants
5)Abuse of Philanthropic Self Gain
6)Fools of Contradiction
7)Heretics
8)Bridge Burner
9)Cranial Media Parasite
10)Excommunicated
11)The Price of Living by Delinquent Ideals
12)Built to Blast
13)Lyrical Ammunition
14)Rise and Fall of Empires Past
15)Heavier Bombing
16)Martyrs of the Shoah
17)Sans titre

DISCOGRAPHIE

Magrudergrind (2009)

Magrudergrind - Magrudergrind
(2009) - grindcore - Label : Willowtip



Magrudergrind c’est un peu le genre de groupe qui existe depuis une plombe que personne ne peut connaître s’il ne s’intéresse pas de près au genre. En l’occurrence il s’agit de pur grindcore, genre éminemment populaire dans toutes les baraques à frites comme tout un chacun sait. Bref, un album pareil peut sembler, à juste titre, sorti de nulle part. Pourtant ce serait une erreur de le prendre comme un galop d’essai. En effet, en quelques 15 ans d’existence, le groupe a su acquérir de la bouteille (et sans doute en boire beaucoup).

Ce qui saute immédiatement aux oreilles, c’est que cela sonne comme un joyeux bordel organisé. Les touches de thrash de-ci et punk de-là confirment l’impression. Bref, loin d’être des amateurs les gars. Le chant hurlé au possible fait pencher plus pour l’amateur, même s’il demeure bon, mais le son met définitivement le groupe dans la catégorie si ce n’est pro, tout du moins expert. D’ailleurs, ce son parlons-en. Des grattes très grasses (étonnant ...) mais néanmoins plus punk très saturé que gros metal qui tâche et dans un registre que ne renierait pas ses compatriotes de Agoraphobic Nosebleed. Pour ceux qui n’y connaissent rien, qui dit gras et punk dit bon signe pour un groupe de grind. La batterie est lourde mais sans plus avec un son suffisamment propre pour ne pas sombrer dans la cacophonie la plus totale.

Le groupe évite de sombrer dans le piège notamment en se débarrassant de la basse aussi. Bon ... vous me direz, avec le grind on n’a cure des conventions, pour ce que ça sert de toute façon ... La sauce est évidemment balancée dans tous les sens avec force blasts, par-ci, par-là mais aussi ici et là-bas. Cependant, comme dit précédemment, le groupe a de la bouteille et sait qu’il va lasser en se limitant à ça. Il a donc agrémenté sa musique de nombreux samples (dialogues, sons, scratchs et même des passages hip hop) ainsi que de moments nettement plus calmes dans une veine thrash headbangant. Ce n’est pas idiot même si pas foncièrement révolutionnaire, ça permet de faire de l’écoute de l’album une tranche de vie agréable, épuisante par moments, on parle grind quand même les kevins, mais supportable très aisément.


Bref, pas grand chose de plus à dire sur un disque de grind fort bien fait, évidemment pas génial ou original à en crever. Toutefois sa qualité réside dans son écoutabilité, sa brutalité toujours présente et son groove qui n’a pas été oublié. En s’arrêtant avant les 30 minutes, sa durée est parfaite pour le genre. Du bon ouvrage, mais vraiment, à destination des fans de grind, pour les autres, la perte de temps est à prévoir.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3