3551

CHRONIQUE PAR ...

69
Pablo
Cette chronique a été mise en ligne le 27 juillet 2009
Sa note : 12/20

LINE UP

-Benjamin Hilleke
(chant)

-Stefan Keller
(guitare)

-Tobias Buck
(guitare)

-Benjamin Donath
(basse)

-Sebastian Heldt
(batterie)

TRACKLIST

1)I Loathe
2)Prey to Anguish
3)The Wretched of the Earth
4)Grave New World
5)Age of Hunger
6)Caesura
7)Omnicide
8)In Near Ruins
9)The Nothing Doctrine
10)I Am the Rape

DISCOGRAPHIE


Neaera - Omnicide : Creation Unleashed
(2009) - death metal hardcore - Label : Metal Blade Records



Le münster c’est bon. Pas seulement le fromage, mais aussi la ville en Allemagne. Pour preuve est Neaera qui en plus d’avoir un nom qu’il est ardu de prononcer sans avoir l’air d’un idiot (si si) fait du très bon son. Avec à son actif un quatrième album qui sort chez Metal Blade les Allemands peuvent se vanter d’avoir reçu les honneurs de la presse et de l'afficher sur leur myspace. On peut donc être curieux de voir ce que cela donne sur disque. Alors, ce succès est-il vraiment mérité ?

On peut dire dans un sens que oui. Le son de la production est de très bonne facture, tout comme la pochette somme toute assez classique, mais qui en jette. Musicalement c’est en fait quasiment le même constat : c’est bien, mais classique. On ne va pas dire qu’on s’ennuie, du moins pas à la première écoute. Les riffs du morceau d’ouverture "I Loathe" sont franchement bien trouvés, et on apprécie que la batterie aille de concert avec les bonnes trouvailles des guitaristes. "Age of Hunger" fait du 200 à l’heure et pas besoin de se faire prier pour taper du pied, d’autant plus qu’il comporte une moshpart énorme. Le chant est efficace que ce soit en growl ou en crié. Benjamin Hilleke remplit pleinement son rôle au micro. C’est très carré et tout les musicos tiennent leur poste avec mention. Et comme le dernier Arch Enemy on arrive à un disque assez froid au final. Car Neaera ne pêche absolument pas par un quelconque manque de maîtrise technique.

Non là où le bât blesse, c’est que finalement les morceaux s’enchaînent sans grande originalité. C’est lourd, ça blaste par moments, mais au final on ne sent pas « le truc » qui fait la différence. Neaera c’est le genre de groupe qui doit botter le cul sur scène, mais qui s’il laisse un bon souvenir après l’écoute d’Omnicide : Creation Unleashed ne laisse pas à l’auditeur un souvenir mémorable. Les riffs répétitifs de "Caesura" par exemple illustre à merveille le propos. Ca n’évolue quasiment pas durant plus de quatre minutes. Alors oui c’est lourd et sombre, l’esprit torturé est là, mais ça devient chiant au bout de la cinquième écoute. Le chant ne varie pas plus que les guitares dans l’ensemble. C’est d’autant plus dommage que tout est réuni pour faire un très bon disque. Seulement voilà, la sauce ne prend pas. Même les moshparts se ressemblent. Dans un genre semblable, on préférera le Heaven Shall Burn de leurs confrères teutons qui est sorti récemment.


Le deathcore a le vent en poupe, pas besoin d’être Nostradamus pour voir ça. Ici on est sur la bonne prévision puisque Neaera en plus de faire du bon son dans son genre, parvient à le faire mieux que pas mal de ses comparses. Même s’il ne sort pas des sentiers battus, le groupe allemand donne le sentiment qu’il est un cran au dessus de la masse. Omnicide : Creation Unleashed mérite donc d’y jeter une oreille attentive, ce n’est pas un mauvais disque. Juste que dernièrement dans le même style il est sorti des albums beaucoup plus ambitieux. Par exemple le dernier Whitechapel.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3