3530

CHRONIQUE PAR ...

69
Pablo
Cette chronique a été mise en ligne le 13 juillet 2009
Sa note : 14/20

LINE UP

-Sal Lococo
(chant)

-Lorenzo Antonucci
(guitare)

-Jamin Hunt
(guitare)

-Sid
(basse)

-Jerad Buckwalter
(batterie)

TRACKLIST

1)Sell My Soul
2)Aftermath
3)Run for Shelter
4)Still Hating
5)On the Outside
6)Lies
7)Ready to Fight
8)Disconnect
9)All Fucked Up (Blood For Blood Cover)
10)Step in the Ring
11)Home of the Brave

DISCOGRAPHIE


Sworn Enemy - Total World Domination
(2009) - thrash metal hardcore - Label : Century Media



Formé en 1997 à New York, Sworn Enemy est un groupe de cinq musiciens qui s’est fait une solide réputation de tueur sur scène. Pas étonnant de l’avoir vu tourner avec des groupes comme Hatebreed, Divine Heresy ou Agnostic Front ces dernières années. Il est par contre surprenant de voir débouler le nouvel album de Sworn Enemy sous un nom pareil : Total World Domination. Le nom du sixième album des gars du Queens montrerait-il une certaine crise d’ego ou bien une ambition justifiée ?

En réalité, c’est un peu les deux à la fois sur la galette. Effectivement les gars sont remontés et ont une bonne pêche mais il faut bien avouer que les trois premiers morceaux de Total World Domination tournent un peu en rond. Sympa, mais sans grande originalité. En fait il faut attendre "Still Hating" pour que les choses sérieuses commencent, et de fort belle manière. Ca speede sec avec une batterie galopante et des guitares acérées qui font bon ménage, tout comme les riffs groovy et une voix plus entraînante que jamais. C’est clairement la tuerie de l’album quand on entend le break monstrueux aidé par les « I Still Hate » vociférés par Sal Lococo (oui c’est bien son nom). Les titres puissants s’enchainent bien, entre autre "Lies" et sa moshpart très inspiré ainsi que "Ready to Fight" : un hymne intense qui fait la part belle aux deux grands styles qu’affectionne Sworn Enemy : le thrash et le hardcore. Ça se voit avec les solos bien sentis des guitaristes avec grand renfort de sweeping. Il a donc du très bon sur ce disque, qui est un peu entaché par une certaine auto-satisfaction étrange.

Si on peut faire gage d’une sacrée fraicheur de la part du groupe, il faut bien avouer que sa crise d’ego frise la balle à blanc. Oui cet album dépote et il est clair que sur scène cela ne laissera personne indifférent. Mais il y a de quoi être agacé quand un groupe assez jeune (douze ans avec seulement quatre albums) sort un disque qui se veut dominer le monde. Et Sworn Enemy se retrouve à ce stade au niveau de Minus et Cortex. Niveau thrashcore il est clair que les mecs du Queens ont encore des progrès à faire avant de se targuer d’avoir sorti LE disque. Il en faudra plus pour atteindre le niveau d’un With Triumph Comes Loss de Cataract. On notera quand même des pointes d’originalité avec la reprise de "All Fucked Up" (Blood For Blood) très punk hardcore qui n’est pas sans rappeler une piste punk après une avalanche thrash sur Beneath The Remains. Comme quoi Sworn Enemy peut faire du très bon en s’imprégnant de ses ainés. Tout comme avec le dernier titre de l’album, qui est d’une lourdeur irrésistible, et conclut en beauté un Total World Domination qui avait mis un peu de temps à se lancer.


Sworn Enemy a donc sorti un disque en demi-teinte. D’une part on a un disque de thrashcore entrainant et bien foutu qui sait placer des moshparts réussis et des riffs groovy à souhait. D’autre part le groupe se targue d’une satisfaction étrange car prématurée. Se dire qu’on va conquérir le monde c’est cool mais il faut encore le prouver. A moins de vouloir porter des fringues en peaux de léopards comme Manowar, les gars de NYC vont devoir arrêter de mettre la charrue avant les bœufs. Ready To Fight ? Show it first !


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4