353

CHRONIQUE PAR ...

10
Beren
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 9/20

LINE UP

-Bart Smits
(chant)

-Marike Groot
(chant)

-René Rutten
(guitare)

-Jelmer Wiersma
(guitare)

-Frank Boeijen
(claviers)

-Hans Rutten
(batterie)

-Hugo Prinsen Geerligs
(basse)

TRACKLIST

1)The Mirror Waters
2)Subzero
3)In Sickness and Health
4)King for a Day
5)Second Sunrise
6)Stonegarden
7)Always...
8)Gaya's Dream

DISCOGRAPHIE


The Gathering - Always...



L'autre jour, j'ai retrouvé au bas de ma pile de disques le premier album de The Gathering, Always... Quel choc auditif. Lorsqu'on voit ce qu'est devenue la musique des Hollandais aujourd'hui, on se dit que ce qu'ils proposaient à l'époque était d'une autre dimension. Always... est bien entendu un premier album, réalisé avec des moyens très faibles et issu d'un groupe qui balbutiait encore ses gammes: pas d'Anneke Van Giersbergen au chant et à l'écriture, plutôt Bart Smits et ses growls d'outre-tombe - effet renversant.

Always... regroupe une majorité de morceaux composés sur deux précédentes démos, An Imaginary Symphony et Moonlight Archer, autoproduits et sortis dans l'anonymat le plus total à l'époque (1990-1991). C'est ainsi que l'on retrouve des versions remaniées de "Second Sunrise", "Subzero" et "In Sickness And Health", morceaux de death/doom à tendance atmosphérique très basiques, ainsi que de nouvelles compositions, dont "Stonegarden", que le groupe a repris récemment lors de sa tournée semi-acoustique pour la sortie de Sleepy Buildings (2004).

Les rythmiques sont primaires, le growl est assez peu maîtrisé, mais les guitares grondent plus méchamment que sur le raté Almost A Dance. "The Mirror Waters" et "Stonegarden" sont ici les morceaux les plus réussis, avec l'introduction du chant féminin de Marike Groot sur ce dernier. Seul véritable point positif: une science de l'atmosphère très différente des groupes de l'époque, amenée par des claviers au son trèèèès cheap (on n'est parfois pas loin du clavier Bontempi des familles, comme sur l'intro de "King For A Day"), mais qui diffusaient déjà une ambiance étrange et il faut l'avouer, parfois envoûtante, surtout au cours des breaks claviers/guitare acoustique ("Second Sunrise").


Les débuts du groupe sont assez pauvres en originalité et surtout en qualité, la faute très certainement à une production anecdotique, manquant cruellement d'accroche et de pêche. Bon, les compositions sont aussi assez faiblardes, mais avec le recul des années, Always... mérite plus d'éloges que son successeur, car il invente un style là où Almost A Dance n'accumulait que des fautes de goût en reprenant le même schéma musical. Tout a véritablement commencé avec Mandylion, en 1995, et l'arrivée salvatrice de la jolie Anneke.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2