3508

CHRONIQUE PAR ...

17
Lucificum
Cette chronique a été mise en ligne le 07 juillet 2009
Sa note : 14/20

LINE UP

-Nick Arthur
(chant)

-Robbie Pina
(guitare)

-Sims Collison
(guitare)

-Kevin Oakley
(basse)

-Jeremy Johnson
(batterie)

TRACKLIST

1)Warlords
2)Rule by Secrecy
3)Only the Dead
4)Atrum Inritus
5)Corpus Imperium
6)Monolithic Apparatus
7)The Harbinger
8)Enslaved
9)Awakening
10)Living Proof
11)The Dawn of Ascendancy

DISCOGRAPHIE

The Harbinger (2009)

Molotov Solution - The Harbinger



Molotov Solution agit un peu comme ces charmants cocktails tant prisés des CRS durant les fraternelles réunions de Black Blocks et autres révolutionnaires de tous poils. Pas besoin de le secouer ou de s’ennuyer avec des proportions mesurées au centième de décilitre près : il suffit de remplir une bouteille de suffisamment de liquides inflammables divers (essence ou alcool), de la fermer hermétiquement et d’enrouler autour un chiffon enflammé. D’un vigoureux jet de bras, vous la projetez vers votre cible et wrouf : un chaleureux feu de joie voit le jour. Les Américains dont il est question l’ont bien compris.

Molotov Solution, donc, c’est méchant, agressif et destructeur. Pratiquant un deathcore violent, incisif et tapageur, nos Américains présentent ici leur second album, maintenant signés chez Metal Blade qui ont du sentir en eux un potentiel. Et les recruteurs de Metal Blade n’ont pas le nez creux, tant The Harbinger est à la fois efficace et actuel. L’essor du deathcore ne s’essouffle pas, et il s’agit maintenant de séparer le bon grain de l’ivraie. Molotov Solution fait lui partie du bon grain, même si son millésime ne sera pas pour le moment classé grand cru. Néanmoins, l’amateur du genre ne devrait pas passer à côté. Au niveau du menu, tout est très clair : guitares désaccordées, voix hurlées et rythmes moshpitiens sont les trois ingrédients principaux de The Harbinger. Avec en plus une production sacrément puissante. Quelques influences du côté du death mélodique (In Flames ou At The Gates) mais rien qui ne soit envahissant : nous sommes plutôt du côté de la preuve de bon goût.

Molotov Solution ne s’embarrasse pas d’introduction et donne de la voix dès les premières secondes de "Warlords". Il n’y aura pas de répit durant les quarante minutes qui suivront. Malgré des variations de tempo fréquentes, jamais Molotov Solution ne tombe dans le pesant, même lors du lent "The Dawn of Ascendency" qui clôt l’album d’un pas mesuré. Entre les deux, il y a profusion de gros riffs et de moments dévastateurs, comme le riff en octave de "The Harbinger", le rapide "Corpus Imperium", le très headbanguant (et un peu plus death metal que le reste) "Only the Dead" ou encore l’excellent "Living Proof", l’un des titres les plus efficaces du lot. Alors bien sûr, les hurlements quasiment constants (mais infiniment plus variés qu’un Bloodjinn, par exemple) de Nick peuvent fatiguer les plus sensibles d’entre les auditeurs, mais Molotov Solution abat du décibel par paquets, et le font relativement bien.


Alors bien sûr, l’engouement du mouvement n’empêchera pas Molotov Solution d’être probablement noyé dans la masse, mais ça serait dommage. Et sans même tenir compte de leur dégaine de néo pré-pubères qui ne reflète que maladroitement le côté violent de leur musique, il serait dommage de se priver de cette galette efficace qui ne pêche que par son léger manque d’originalité. Wait and see, comme on dit.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7