350

CHRONIQUE PAR ...

3
TheDecline01
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 15.5/20

LINE UP

-Shirley Manson
(chant)

-Steve Marks
(guitare+basse)

-Duke Eriksson
(guitare+claviers)

-Butch Vig
(batterie)

TRACKLIST

1)Supervixen
2)Queer
3)Only Happy When It Rains
4)As Heaven Is Wide
5)Not My Idea
6)A Stroke Of Luck
7)Vow
8)Stupid Girl
9)Dog New Tricks
10)My Lover's Box
11)Fix Me Now
12)Milk

DISCOGRAPHIE

Garbage (1995)

Garbage - Garbage
(1995) - pop rock - Label : Warner



Rappelez-vous en 1995, vous étiez beaucoup plus jeune, plus alerte, plus frais. Mais surtout, en cette époque là, sortait le premier album d’un groupe alors inconnu (enfin, pas tant que ça, puisque hormis la chanteuse, tous les membres du groupe sont de sérieux lascars du circuit). Garbage que ça s’appelait. Un nom étrange (poubelle/détritus pour les plus anglophobes) pour un nom de groupe et surtout pour un groupe de pop. A la limite, si ç'avait été du grind, on aurait compris, mais là, mystère. D’autres surprises nous attendent-elles donc au tournant?

J’ai déjà brisé la première surprise, il s’agit bien de pop/rock. L’inconnue au chant n’est plus inconnue maintenant puisqu’il s’agit de Shirley Manson. Les autres surprises maintenant. Tout d’abord, pour une inconnue, le chant de la Shirley est reconnaissable entre mille et colle magnifiquement bien avec la musique proposée. Premier bon point distribué. Elle possède un timbre caractéristique et pas désagréable pour un pet. Ensuite, on saute sur le son, les compositions du groupe qui ont indéniablement leur personnalité propre (je dirais même plus, leur propre personnalité!). Dans les déferlements de disques de pop auxquels nous sommes constamment soumis, il est rare et pour tout dire extrêmement appréciable d’avoir un groupe qui se distingue de la masse avec aisance. Deuxième bon point distribué.

Et puisqu’on parle compositions, autant rester dans le thème. Qui dit pop dit musique facile d’accès et très entraînante. C’est la condition sine qua non de la réussite dans le genre. Là encore le groupe ne faillit pas puisque avec des titres comme "Queer" ou "Stupid Girl" il accèdera rapidement à la notoriété internationale. Pas de soucis non plus de ce côté. Et ça nous donne un troisième bon point. C’est très bien tout ça. Pour contrecarrer cette avancée du positivisme, essayons donc de chercher ce qui ne tourne pas rond maintenant. Dure tâche pour tout vous dire. Le défaut majeur est à chercher du côté des baisses de régime coupable de l’album. En effet des chansons comme "Not My Idea" ou "Fix Me Now" peuvent prêter à l’ennui, tout du moins au zappage.

Certes, le défaut est inhérent à tout disque de pop, mais bon, c’est toujours agréable de ne pas avoir à le subir. Toutefois rien de bien grave puisque ce n’est clairement pas l’album d’un titre. Bien au contraire, il s’apprécie sur toute sa durée et c’est appréciable. Pourquoi on l’apprécie? Parce qu’il regorge de bonnes idées et des petites touches fraîcheurs qui ravissent le tympan. Cela s’entend dès le titre d’ouverture, "Supervixen" avec ses sons étranges et ses coupures impromptues. Cela continue sur un "As Heaven Is Wide" avec ses grosses guitares bien grasses et ça continue jusqu’à "Milk", la concluseuse.


En clair, un album qui possède de bonnes chansons de bout en bout et qui ne faiblit qu’à de rares moments, notamment sur la fin. En plus, il possède une espérance de vie remarquable pour un album de pop, donc pourquoi se priver? Personnellement, je ne me prive pas et je dis oui. Si possible avec les deux mains.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5