3471

CHRONIQUE PAR ...

56
Dexxie
Cette chronique a été mise en ligne le 15 juin 2009
Sa note : 14/20

LINE UP

-Paul Zinay (aka Paul Ablaze)
(chant)

-Kim Gosselin
(guitare)

-Terry "Roadcase" Deschenes
(guitare)

-Jonathan Lefrancois-Leduc
(claviers)

-Étienne Mailloux
(basse)

-Justine Ethier
(batterie)

TRACKLIST

1)Scarlet to Snow
2)This Round's on Me
3)Allegiance
4)I Demon
5)The Sword
6)In Time
7)Cinder
8)Vain
9)The Last We Wage

DISCOGRAPHIE


Blackguard - Profugus Mortis
(2009) - metal symphonique black metal folk Taverne Metal - Label : Nuclear Blast



Ah, ma chère, oserais-je vous demander de vous hâter davantage, nous serons en retard au festoiement de notre fils. Que je suis fier de lui ! Lui et sa troupe de troubadours donnent ce soir un récital de leurs compositions, quelle joie que que notre postérité soit dotée du talent de l'obligeante symphonie. Nous y voilà ! Mais... mais que... fichtre ! Mais quel est cet endroit ? Que signifient ces vociférations et tout ce vacarme ? Comment ? Et il n'y a pas de sièges en velours ? Mais où est-ce qu'on s'assied ?

On commence sur l'intro "Scarlet to Snow", avec un début très metal symphonique, des claviers un peu baveux mais par moments une petite touche de flûte extrêmement sympathique. On s'approche ici du metal festif à la Finntroll, un côté un peu folk pagan avec une voix assez brutale, pas tout à fait gutturale, et une guitare lead accompagnant le chant, en faisant ainsi finalement des riffs aigus. Les solos sont très présents sur cette galette, qu'ils soient de claviers ou de guitare. La guitare lead est dotée d'un certain toucher qui la rend assez originale, il suffit d'écouter la piste "In Time" pour s'en rendre compte. C'est très bien exécuté, on pourra éventuellement regretter les claviers qui par moments sont un peu bruyants et pas toujours indispensables. Du côté de la rythmique, c'est du binaire assez rapide, des morceaux finalement assez rock 'n roll du point de vue de sa structure et de l'ambiance qu'ils dégagent, à l'image de l'album duquel on a finalement assez vite fait le tour. Mais certains diront qu'il s'agit d'une qualité, la bande allant ainsi à l'essentiel.

Citons la piste "I Demon" qui, sans changer complètement de style, bascule tout de même sévèrement dans un autre registre. La voix et la manière dont elle est produite, les riffs, la sonorité des claviers, tout ça donne à la musique de Blackguard un côté clairement black sympho, ce qui n'est pas sans montrer à l'auditeur que ces troubadours-là ont plus d'une corde à leur arc. C'est au final LA piste qui sort du lot, le reste étant en fait très linéaire, donnant ainsi un esprit global à l'album, même si par la même occasion on peut finir par s'ennuyer (surtout sans sièges de velours). On applaudit quand même la performance technique et l'esprit rock 'n roll de l'album, qui nous est confirmée par la photo arrière de la version promo de cet album : les membres du groupes festoyant joyeusement. Cela fait plaisir de voir des gens se gaver comme ça et réussir dans un style qui n'est pas sur-représenté dans l'Hexagone...


Certains n'aiment pas la saucisse au fromage, considérant que quand on veut manger du fromage, on mange du fromage, et quand on veut manger de la saucisse, on mange de la saucisse. De même, la générale faible variété des compositions des québécois de Blackguard sur ce qui est leur deuxième full-length album rend cet essai relativement monotone, ça manque de fromage diront quelques-uns. En bref, une galette à déguster de temps en temps, quand on veut entendre des hurlements assaisonnés de belles mélodies.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2