3459

CHRONIQUE PAR ...

68
Ronnie
Cette chronique a été mise en ligne le 07 juin 2009
Sa note : 9.5/20

LINE UP

-Ben Hogg
(chant)

-Erik Larson
(guitare)

-Bo Leslie
(guitare)

-Summer Welch
(basse)

-Dave Witte
(batterie)

TRACKLIST

1)Momma
2)Juvie
3)As the Field Mice Play
4)Alive Inside!
5)Tempt the Disciples
6)Taking on Our Winter Blood
7)The Excavation
8)Blind Faith
9)False Prophet
10)The Owl Closes In
11)Warriors of Mud... The Hellfighters

DISCOGRAPHIE


Birds Of Prey - The Hell Preacher
(2009) - death metal rock/stoner - Label : Relapse Records



Birds Of Prey, c'est un comic relatant les aventures de super héroïnes. Seulement avec ce skeud nous ne sommes pas sur une BO ou quoi que ce soit. Il y a pas à dire en faisant des recherches sur un groupe on se cultive tout de même! En effet j'ai oublié de préciser que ce Birds Of Prey n'a tout naturellement rien à voir. Il s'agit d'une sorte de super groupe avec Erik Larson (Alabama Thunderpussy), Bo Leslie (The Last Van Zant), Summer Welch (Baroness), Ben Hogg (Beaten Back To Pure) et Dave Witte (Municipal Waste), sympa l'équipe quand même?

Au vu du CV de ses membres, on sait que l'on aura affaire à quelque chose de gras un poil plombé rythmiquement, voire stoner... mais en gardant un côté énervé. La musique est le parfait reflet des groupes principaux de ses membres, chacun semble apporter sa pierre à l'édifice et tous les éléments caractéristiques de leur musique se regroupent au sein de ce The Hell Preacher. En effet c'est le mix parfait entre Alabama Thunderpussy et Municipal Waste pour le côté agité et redneck des compositions, Baroness pour le côté un poil prog parfois (bien sûr je me suis focalisé sur les principaux). Sur le papier ça semble vraiment parfait, mais cette galette est atteinte du terrible syndrome de « l'album qui ne décolle jamais », peu rare certes; mais là on sent qu'il y a du potentiel. Des bons riffs par ci par là, de bonnes idées, mais ça ne prend pas. Cependant, tout n'est pas mauvais c'est juste la déception générale qui a pris le dessus. La raison est simple, il n'y a pas cette atmosphère lourde et enfumée typique du genre et même si le tempo et l'intensité sont plus élevés, l'on ne retrouve pas cette caractéristique.

C'est cela qui fait l'aspect presque mystique du stoner/metal avec son côté lancinant et planant, là il n'en est rien du coup. Rien d'headbangant ou de viscéral, seulement une suite de riffs construits mais froids. C'est dommage au vu de ses membres, cet album était assez attendu mais bon... sacrée déception. Pour faire simple ils ont le cul entre deux chaises ou plutôt: la dualité entre une musique plombée et celle d'une plus agitée flirtant avec le death! Quand au chant de Ben Hogg, bien qu'assez adapté, il n'est pas très plaisant, chose qui n'aide en rien à éventuellement remonter le niveau. Enfin la voix est un détail c'est certain, mais là le timbre est peu agréable. Il y a quand même de très bons titres: "Momma" est une pure tuerie, "Juvie" aussi, à la fois rapides, mélodiques et prenants, "False Prophet" fait figure de petit interlude, l'instant fraîcheur de l'album, ou encore "The Excavation" pour son côté ultra direct et sans concessions. Il est indéniable que le côté death de Entombed (autant musicalement que vocalement) est omniprésent avec un soupçon de Eyehategod. Tout ça pour souligner le côté assez versatile de leur musique malgré le manque de puissance, ou plutôt le manque d'impact aux oreilles de l'auditeur.


Ce n'est pas mauvais, ce n'est pas bon non plus, c'est insuffisant comparé à la masse de très bons groupes actuellement. Ça ressemble plus à un groupe de seconde zone, mais au vu de son line-up... c'est plus le plaisir de jouer entre potes pour se faire plaisir, sans réellement réfléchir à tous les détails. Le label a suivi ce qui leur a permis de faire un produit professionnel. Or, sans grand intérêt, et c'est bien dommage.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5