3452

CHRONIQUE PAR ...

2
Cosmic Camel Clash
Cette chronique a été mise en ligne le 01 juin 2009
Sa note : 10.5/20

LINE UP

-Andre Moraweck
(chant)

-Sebastian Grund
(guitare)

-Sebastian Rieche
(guitare)

-Tom-Eric Moraweck
(basse)

-Nick Wachsmuth
(batterie)

TRACKLIST

1)Morin Heights
2)Erode
3)Stay Brutal
4)A New Order
5)Bleak
6)This Ship Is Sinking
7)Call of Telah
8)Leave You Scarred & Broken
9)Children of the Next Level
10)Bombs Over Ignorance
11)Wolves at the End of The Street
12)Schatten

DISCOGRAPHIE


Maroon - Order
(2009) - melodeath metalcore - Label : Century Media




Le destin est cruel. Saturé, cerné, que dis-je ! Etouffé sous le metalcore, votre serviteur avait décidé il y a deux ans de s'attribuer un promo de death histoire de varier un peu les plaisirs. Le groupe s'appelait Maroon, l'album s'intitulait Cold Heart Of The Sun et à défaut d'être génial tout ça était bien fichu en plus d'être violent à souhait. Du coup quand débarque le nouveau Maroon, ô joie, on le chope. On le met dans son lecteur. Et on s'aperçoit que le groupe s'est mis... au metalcore. Aaargh ?


Bon, on se reprend, on respire un grand coup, on se rappelle que l'orientation musicale d'un disque en elle-même n'est pas sujette à critique et on écoute le tout. Le passé death / melodeath du groupe n'a pas totalement disparu, loin s'en faut : le blast et les trilles de guitares ouvrant "Bombs Over Ignorance" font par exemple parfaitement illusion... mais ça ne dure pas. Quelques secondes plus tard le groupe part dans un riff de power metal Panterien avant de balancer du thrash mélodique, puis arrive l'indéboulonnable plan syncopé où une guitare joue une rythmique en salves faite pour headbanguer alors que l'autre donne dans la mélodie heavy. Tout ce qui fait le metalcore donc, avec des plans qui s'enchaînent avec fluidité... mais qui ne cassent rien pris individuellement. Ce genre de gros beatdowns hardcore n'est pas totalement nouveau dans la musique du groupe, mais leur platitude est assez inquiétante. Les plans estampillés Fear Factory de "Stay Brutal" ou "This Ship Is Sinking" n'apportent ainsi strictement rien par rapport aux milliards de breaks du même genre qu'on a entendus auparavant. Pire encore : la volonté de violence manifeste qui faisait la force de Cold Heart Of The Sun semble avoir laissé la place à un désir d'efficacité qui sied beaucoup moins au groupe. Ca pulse toujours mais ce n'est plus haineux, et le tout en devient d'un seul coup beaucoup plus quelconque.

Autre "nouveauté" : la présence de plans heavy-black rappelant fortement Cradle of Filth. Aux harmonies blastées ouvrant "Stay Brutal" suit un schéma bien trop similaire à ce que les Anglais ont pu nous proposer sur Cruelty and The Beast, et "Wolves at the End of the Street" souffre du même mal. Heureusement que le growl furieux d'Andre Moraweck est là pour nous rappeler l'identité du groupe ! Dans la série des emprunts, on peut noter l'étrange "Bleak" qui aurait presque pu être ambitieux : ce titre atmosphérique mid-tempo rehaussé de claviers et mêmes de violons par moments souffre d'une influence Metallica écrasante. Qu'il s'agisse des accords du début rappelant "Orion" ou du solo de thrash Bay Area, on évolue en terrain beaucoup trop connu. Dommage, car ce titre se détache avantageusement de chansons metalcore génériques à la "A New Order" ou "Leave You Scarred and Broken" qui cumulent tristement tous les clichés du genre : racines heavy apparentes liées à de la violence catchy, mélodies faciles, refrain bêta, beatdown gros comme une maison... même Moraweck se montre décevant en partant parfois taquiner une registre clair dans lequel il est loin d'assurer. Soyons clairs : le problème n'est absolument pas que le groupe fasse du metalcore, le problème est que leur metalcore est plat, clichesque et dénué d'intérêt par rapport à ce que d'autres groupes bien plus doués dans ce genre ont pu nous proposer.


Du coup l'intérêt d'Order devient plus que discutable : sans proposer un seul titre réellement pénible, l'album glisse complètement sur l'auditeur moyen et ne laisse aucune trace. Maroon a rétrogradé d'une catégorie, passant du statut de groupe de melodeath prometteur à celui de groupe de metalcore sans génie. Mal joué...


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1