3450

CHRONIQUE PAR ...

69
Pablo
Cette chronique a été mise en ligne le 01 juin 2009
Sa note : 14/20

LINE UP

-Damon Welch
(chant)

-Jeff Springs
(guitare)

-Richard Turbeville
(guitare)

-David Hasselbring
(basse)

-Dayton Cantley
(batterie)

TRACKLIST

1)Salarian Gate
2)Suffocation of the Last King
3)Pestilence
4)Bridles of Incitatus
5)Sic Semper Tyrannis
6)Letter on the Blind
7)To Breathe Blood
8)The Clever Ape
9)Diderot
10)Locusta
11)No Gods Left

DISCOGRAPHIE

Salarian Gate (2009)

Graves of Valor - Salarian Gate
(2009) - death metal - Label : Relapse Records



Graves of Valor a tout de ses confrères américains Job For A Cowboy et Black Dahlia Murder, les sweeps de guitares hallucinants en moins. Depuis leur intéressant EP de 2007 Famine, on attendait une suite avec tout autant de gouache. Pari réussi avec ce premier album du groupe, Salarian Gate. Ce n'est certes pas une révolution dans le monde du death metal, mais son efficaité fait du bien à entendre. L'affichage de diverses influences du styles se ressent clairement, mais sans faire office de plagiat.

L’artwork est somme toute assez « death classique » montrant des guerriers montés avides de meurtres (vous savez, les goths d’Alaric qui furent aidés par les esclaves romains traîtres à ouvrir cette fameuse porte Salarienne pour dévaster Rome). Par contre le concept n’est pas toujours assumé : pourquoi le nom du morceau "Diderot" ? Difficile de voir le rapport avec la Rome antique et son carnage. Ou alors nos amis américains (à répéter de nombreuses fois pour la diction) ont confondu le penseur de la révolution française avec le philosophe et politique Platon. Allez savoir. Le groupe parvient toutefois à créer une musique efficace à défaut d'être totalement originale et cohérente dans son ensemble. L'exemple parfait est le morceau précité "Diderot" où sa partie acoustique est certes très belle, mais arrive un peu comme un cheveu sur la soupe, sans réelles transistions. Heureusement ces cafoullages sont effacés devant toutes les autres qualités de ce bel album.

Salarian Gate se veut être une synthèse de plusieurs styles de death metal. À commencer par le lourd et mystique (le début du morceau To Breathe Blood) type Behemoth. C’est une partie intéressante de la formation et le break du morceau cité est franchement prenant. On a aussi le droit au death mélodique, plutôt celui d’At The Gates. C’est cela qui donne sans doute les solos vraiment bons du disque, surtout celui de Salarian Gate et de Locusta. La mélodie assumée donne des passages très réussis, et permet de respirer entre les salves rageuses de l’album. C’est l’autre grand point fort de Salarian Gate : des parties agressives intelligentes qui ne se laissent pas aller au blast tournant à vide. Elles sont bien accompagnées par une rythmique accrocheuse, souvent groovy et appelant au headbang sans qu’on s’y fasse prier. Le chant est toujours juste, qu’il soit proche de Tomas Lindberg (At The Gates) ou de Randy Blythe (Lamb of God). Damon Welch est un chanteur qui maîtrise pleinement son sujet.


Au final, Salarian Gate, s’il n’est pas « l’un des meilleurs albums de death metal de l’année 2009 » comme le dit la promo sur le cd, demeure une œuvre de très bonne facture et qui mérite d’être écoutée. On appréciera particulièrement les riffs groovy, les accélérations faisant honneur au death old school et une voix variée oscillant entre death mélodique et caverneux. Si vous ne connaissez pas Graves Of Valor et que vous êtes fan du death à l'ancienne, mais avec un pied dans la modernité du style avec toutes les variantes qu'on lui connait, alors cet album est fait pour vous.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5