3446

CHRONIQUE PAR ...

60
Dizayeure
Cette chronique a été mise en ligne le 27 mai 2009
Sa note : 14/20

LINE UP

-KK
(chant)

-Harun Demiraslan
(guitare+claviers)

-Nicolas Amossé
(guitare)

-Ludovic Chauveau
(basse)

-Sylvain Bouvier
(batterie)

TRACKLIST

1)Daddy’s Happy
2)Glowing Cloud
3)Blink of Time
4)Addicted to Oblivion
5)Inner Hell
6)Unexpectable Lies
7)And Now
8)Usual Crap
9)Become
10)World Plague
11)Sadistik Peace
12)Fant-easy Reality

DISCOGRAPHIE

XIII (2009)
H.N.P (2012)
Voodoo Moonshine (2014)

Trepalium - XIII
(2009) - death metal - Label : Season Of Mist



Suites aux nombreuses chroniques élogieuses que j’ai pu lire ici et là sur les webzines métal à propos du dernier effort du groupe français Trepalium, j’ai fait la demande explicite auprès des instances supérieures du site, une fois n’est pas coutume, de chroniquer XIII. Hélas, cet album ne m’a pas entièrement emballé pour tout vous dire, et la chronique que je m’apprête à écrire va aller dans un sens sensiblement différent de la tendance générale, et sera un peu plus critique que toutes les autres que vous pourrez trouver. Eh bien, faut de tout pour faire un monde, comme on dit !

On nous avait promis un death qui groove, et sur ce point-là on ne nous aura pas menti sur la marchandise. En effet, s’il y a bien une qualité indéniable sur XIII, c’est que ça groove du début à la fin, en atteignant des pics de groovitude sur des titres comme "Addicted to Oblivion" et son introduction terriblement efficace, ou encore "And Now" et son refrain bulldozer. Ajoutez à cela une production en véritable béton armé, avec un mur de son que l’on se prend continuellement dans les oreilles, un growl puissant, burné, qui fait bien plaisir, ainsi qu’une partie rythmique diaboliquement entraînante (cette double qui vous suivra tout le long de l’album est magique !), et vous aurez, vous semble-t-il, à peu de choses près toutes les raisons de vous jeter sur cet album si vous êtes un tant soit peu amateur de death. Sans oublier d’excellents riffs ("World Plague", "Daddy’s Happy") et les incursions jazzy, trop peu nombreuses malheureusement, qui s’infiltreront par-ci par-là, comme par exemple "Usual Crap" ou encore le break de "Addicted to Oblivion", chanson qui est le tube en puissance incontestable de l’album, pour ne rien vous cacher.

Mais alors, me direz-vous, qu’ais-je donc à reprocher à XIII pour ne pas lui avoir mis une note autour des 17-18 ? Tout simplement des titres trop complexes ! XIII aurait grandement gagné à avoir des titres un poil plus directs, plus accessibles, plus efficaces. Au lieu de cela, on tourne un peu trop souvent autour du pot, on se perd parfois dans des structures inutilement complexes, avec des chansons à tiroirs et des plans qui n’en finissent plus de se succéder trop rapidement. On pensera notamment à "Blink of Time", "Fant-easy Reality" ou encore à "Sadistik Peace". Et tout cela au détriment, hélas, de la mélodie et du plaisir de l’auditeur, qui ne sait plus sur quel pied danser (comprendre : pogoter). Pourtant le talent du groupe est indéniable, et les ambiances sombres et oppressantes sont au rendez-vous, comme en témoigne "And Now", et les passages plus simples sont un pur régal. On en vient à déplorer qu’ils aient voulu complexifier à outrance des titres qui auraient pu devenir des tueries sinon. Enfin, dernier point noir : il est à reprocher que certains titres soient d’une qualité légèrement en-dessous du reste de l’album, comme par exemple "Unexpectable Lies" ou encore "Become", ce qui est bien dommage.


Ne vous détrompez pas : XIII est un très bon album. Mais Trepalium aurait grandement gagné en efficacité générale s’ils ne s’étaient pas perdus dans des tournures trop complexes sur certains titres. Des chansons plus directes, plus in your face auraient incontestablement fait de XIII un des albums essentiels à posséder par tout amateur de death, et même de métal en général.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2