3435

CHRONIQUE PAR ...

16
Kroboy
Cette chronique a été mise en ligne le 18 mai 2009
Sa note : 13/20

LINE UP

-Jonathan Schmid
(guitare+chant)

-Jonas Windwehr
(guitare)

-Alex Negret
(basse)

-Jan Vogelbacher
(batterie)

TRACKLIST

1)Medizin
2)Dein Paradies
3)24 Jahren
4)Warum Geht Es Mir So Dreckig
5)11 Minuten
6)Guten Appetit
7)Du Bist Nicht Allein
8)Wie Fühlt Sich Das An
9)Nur Für Dich
10)Zwiespalt
11)Die Letzte Stadt
12)Auf Wiedersehen

DISCOGRAPHIE

So Muss Es Sein (2008)
Medizin (2009)

Grantig - Medizin
(2009) - thrash metal power metal - Label : Drakkar Records



Grantig… Ah, ça me dit quelque chose ce nom là… Mais oui, Grantig, c'est le groupe que m'avait chèrement vendu mon bien-aimé rédacteur en chef l'année dernière : «Ouais, Grantig, tu vas voir, c'est taillé pour toi. C'est même carrément ton rêve : un groupe de thrash qui chante en allemand !» Résultat, un album très hésitant qui lorgnait plutôt sur le power US et le metalcore. Du coup, en voyant leur nouvel album arriver dans ma boîte aux lettres, l'heure était plutôt à la méfiance…

Bon, je ne vais même pas essayer de vous pipeauter, le premier album de Grantig ne m'avait pas franchement marqué. A peine un an après sa sortie, il ne me restait de So Muss Es Sein que le souvenir d'un album confus et sans relief. Une impression confirmée par une écoute rapide de la bête, sanction auto-infligée pour mieux juger les éventuels progrès accomplis sur Medizin. Bref, pas franchement de grandes attentes vis-à-vis de cet album, et c'est pourtant un petit miracle qui se produit : je ne sais pas à quel produit se sont shootés les Allemands, mais le premier titre est une petite bombe de thrash moderne, nerveuse, avec un refrain bien catchy. Exactement le genre de titre qui manquait désespérément sur leur première galette ! "Medizin" est en fait un bon indicateur de la tendance générale de l'album : des compos plus musclées, davantage portées vers le thrash, et surtout beaucoup mieux ficelées.

"Medizin" n'est en effet pas le seul témoin des progrès accomplis par Grantig. Il y a aussi "Warum Geht Es Mir So Dreckig" (à vos souhaits) par exemple. Les harmonies de guitare lentes et désabusées du début, qui ne sans pas sans rappeler l'album Outcast de Kreator, ne laissent en rien présager du déferlement de colère à suivre. Jonathan Schmid ferait presque peur sur ce titre ! Le frontman, avec sa voix grasse, fait parfois penser au Robb Flynn des débuts (en moins puissant toutefois), notamment lorsqu'il se risque à chanter de façon plus mélodique. On sent bien que ce n'est pas son registre et qu'il manque un peu d'assurance (pré-refrain de "11 Minuten"), mais le résultat final est presque plus touchant qu'une voix parfaite. Indéniablement, la facette thrash mélodique est la plus intéressante de cet album, comme "Du Bist Nicht Allein", qui allie couplet mid tempo rageur et refrain enlevé et mélodique.

A part ça, l'influence de Pantera, déjà présente sur So Muss Es Sein, s'est également renforcée sur ce nouvel album. Grantig nous propose une palanquée de titres mid tempo vaguement groovy… et c'est un peu le souci. Si les premières tentatives sont assez réussies ("Dein Paradies" ou "24 Jahren"), l'exercice finit par rapidement trouver ses limites. L'enchaînement "Wie Fühlt Sich Das An" – Nur Für Dich" – "Zwiespalt" nous présente trois titres trop proches les uns des autres, qui ne présentent pas d'intérêt particulier, et qui finissent par plomber un peu l'album. Comme quoi, l'agencement des titres, c'est important : si Grantig n'avait retenu que deux de ces titres en les répartissant sur tout l'album, ça aurait pu passer ; mais coller les trois à la suite, c'est se tirer une balle dans le pied, et même le musclé "Die Letzte Stadt" ne permet pas de relever complètement la tête. Dommage…


Que de progrès tout de même pour Grantig, en à peine un an ! Les Allemands ont su tirer les leçons d'un premier album très brouillon en réussissant à affiner leur sens de la composition en un temps record. Résultat, un album de power (au sens US du terme) / thrash de très bonne facture, surtout lorsqu'il met l'accent sur son côté le plus sauvage. Pas l'album de l'année évidemment, mais un disque qui vous fera passer un bon moment. Encourageant pour la suite.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2