3401

CHRONIQUE PAR ...

2
Cosmic Camel Clash
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 16/20

LINE UP

-Devin Townsend
(tout)

TRACKLIST

1)Zto
2)By Your Command
3)Ziltoidia Attaxx!
4)Solar Winds
5)Hyperdrive
6)N9
7)Planet Smasher
8)Omnidimensional Creator
9)Color Your World
10)The Greys
11)Tall Latté

DISCOGRAPHIE


Devin Townsend - Ziltoid The Omniscient
(2007) - barré metal prog - Label : Inside Out Music



C'est l'histoire d'un mec qui s'ennuie dans son canapé. Il n'a rien à faire pour une fois (c'est pas souvent), et comme il trouve le temps long il décide de réaliser un de ses rêves d'enfant : construire une marionnette. Une vraie, en plastique moulé et tout. Alors il s'installe dans son garage et il s'y met... sauf que comme c'est Devin Townsend, il ne peut pas créer une marionnette sans créer un personnage : Ziltoïd l'Omniscient. Et qui dit créer un personnage dit créer une histoire, forcément. Et quand on est Devin Townsend, on ne peut pas imaginer une histoire sans qu'une musique vienne se poser dessus. Et une fois qu'on a composé un album qui raconte l'histoire de Ziltoïd, presque par impératif, un album créé parce qu'on ne sait pas faire autre chose que créer... et bien on le sort. L'ennui est décidément un des meilleurs moteurs de l'art.

Le genèse de cet album détaillée dans l'intro est parfaitement authentique, et il faut y ajouter une annonce importante : Ziltoid est probablement le dernier disque que l'artiste sortira avant longtemps. Alors qu'en est-il de ce délire perso devenu cd? Pour la première fois Devin est totalement seul, encore plus qu'à l'époque d'Infinity où il s'était vu aidé par Gene Hoglan à la batterie (entre autres). Et quel résultat... le son Townsend restera une référence unique, et sûrement très recherchée maintenant que l'homme a annoncé vouloir se consacrer à la production. Seul lui arrive à donner cette fabuleuse impression de mur, de gigantesque bloc sonore dans lequel tout est massif et pourtant merveilleusement limpide... à noter que la boîte à rythmes utilisée en lieu et place d'un batteur sonne vraiment bien, et il est certain qu'elle pourra confondre pas mal de monde en blind-test.

Ziltoïd est donc un alien surpuissant ayant le pouvoir de courber la réalité, mais pour ce faire il a besoin d'un carburant : le café noir. Il se présente aux Terriens pour réclamer le meilleur café qu'ils ont à offrir, et comme ce qu'on lui offre est immonde il décide de détruire la planète. Les humains résistent, menés par le super-héros Captain Spectacular... Vous voyez l'idée : comme l'artwork signé par l'indéboulonnable Travis Smith, la tonalité du tout est très influencée par de nombreuses références S-F parodiques, Mars Attacks! en tête. Mais Devin reste profond même dans la dérision, et le résultat musical est saisissant. Sa musique est pensée comme une bande-son, et il en rajoute un maximum en multipliant bruitages, narrations et dialogues. Sa voix est évidemment parfaite pour ce genre d'exercice, et quand les premiers riffs de "ZTO" et "By Your Command" débarquent on reste scotché au mur.

Le dernier titre cité est d’une ampleur qui provoque le frisson : le Canadien génial y enchaîne tout ce qu’il sait faire de meilleur, de la violence à l’ambiance... et surtout on voit littéralement les énormes vaisseaux de la flotte de Ziltoïd, alors que des orchestrations martiales font le lien entres envolées lyriques et riffs ultralourd doublés d’un growl terrifiant. On se trouve évidemment en terrain connu, et c’est Infinity qui vient tout de suite en tête, en particulier lors des moments planants qui ponctuent l’album. La différence, c’est ce côté profondément visuel des compos du petit dernier. On retrouve avec délice le rythme twist maléfique de "Bad Devil" dans "Ziltoidia Attaxx", en une version beaucoup plus violente et noire... le tout restant diaboliquement accrocheur. C’est un des rares titres courts, l’autre étant l’éblouissant et très pop "Hyperdrive" qui place la barre très haut dans sa catégorie.

Ziltoïd, ayant échoué à détruire la Terre avec son Planet Smasher, se tourne vers une puissance supérieure pour connaître la vraie nature de sa réalité... et apprend qu’il est une marionnette. Cette mise en abyme - littéralement une destruction du quatrième mur - permet à Devin de finir son histoire sur une autre pirouette qu’on ne dévoilera pas... après avoir baladé son auditeur dans son univers musical comme il sait le faire. Forcément, il se répète à force : un titre comme "N9" n’apporte pas grand-chose à la sauce et la désagréable impression d’entendre du "Devin Towsnend générique" s’installe parfois quand la parodie s’éloigne. Parodie qui met Ziltoid The Omniscient à part dans la discographie du Canadien : malgré le côté pas sérieux d’un album comme SYL, ce dernier opus est le premier depuis Cooked On Phonics (1996 tout de même) à raconter une histoire stupide, ce qui fait sa force.


Ce dernier album de Devin Townsend est donc brillant tant qu’il reste cohérent avec son concept : mettre en scène les aventures de Ziltoïd permet à l’auteur / compositeur / interprète / producteur de s’éclater sans se prendre au sérieux, ce qu’il n’avait pas fait depuis très longtemps... et la fraîcheur comme la puissance et l’inventivité du tout donnent naissance à des moments de grâce véritable. Cette approche permet de renouveler en partie une formule dont on commençait à voir les limites avec Synchestra et The New Black (même si des longueurs et des gimmicks persistent), et réaffirme le talent brut comme le côté visionnaire d’un artiste inclassable qui restera pour beaucoup LA révélation musicale de la fin du vingtième siècle. À bientôt...


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7