3398

CHRONIQUE PAR ...

7
Count D
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 9/20

LINE UP

-Henriette Bordvik
(chant)

-Morten Veland
(chant+guitare)

-Kristian Gundersen
(chant+guitare)

-Jonathon Perez
(batterie)

TRACKLIST

1)Sirenian Shores
2)Save Me from Myself [Remix]
3)Meridian [Acoustic]
4)First We Take Manhattan
5)Obire Mortem

DISCOGRAPHIE


Sirenia - Sirenian Shores [EP]
(2004) - metal symphonique - Label : Napalm Records



Il n'a pas fallu bien longtemps à Sirenia pour proposer quelque chose de (pas) nouveau presque juste après An Elixir For Existence. Histoire d'attendre la suite, ni plus ni moins. Quitte au passage à se moquer un peu de ce que le public attend ou aimerait de la part de groupe et du sieur Morten. Un seul titre justifie la sortie de Sirenian Shores: "Sirenian Shores". Dans la pure tradition Sirenienne, ni plus ni moins...

Un bon titre cependant, montrant l'éternelle et inusable capacité de son géniteur à créer une musique à la fois dynamique et hautement portée sur les mélodies de chants, de claviers et de violons. Les vocaux extrêmes ajoutent à la force du titre. Bien sûr les histoires de sirènes sont toujours au rendez-vous. Certains effets subtils nous emmènent même dans une ambiance aquatique certaine. L'alliance claviers-chant féminin fait penser de manière assez évidente au travail de The Sins Of Thy Beloved toute époque confondue. Voilà en ce qui concerne l'attrait principal de ce EP. Les quatre titres suivants sont des remix en tout genre, faisant patienter l'auditeur jusqu'à la prochaine réalisation.

J'avoue que l'on peut se demander ce qu'il reste d'esprit créatif aujourd'hui dans la formation Tristania depuis le départ de Morten Veland. Toute le sens de la composition propre à ce groupe se trouve aujourd'hui dans Sirenia. On ne peut se tromper, toutes les composantes y sont: chant féminin doucereux, guitares saturées délicates et mélodiques, rythmiques simples et claviers calculateurs. Le feeling aussi ne trompe pas. C’est pourquoi ce mini CD aurait pu sortir il y a quatre ans déjà... Ou peut-être aurait-il été préférable qu'il ne voie pas le jour, à jouer ainsi son rôle de bouche-trou.

Pour continuer sur la musique, "First We Take Manhattan" (reprise de Leonard Cohen) semble assez aérien avec ses chœurs, son chant clair masculin et surtout ses composantes électro voir techno par moments. Ca sonne bien mais demeure trop "gothique metal" classique. Plus attractif, l'acoustique de "Meridian" vaut son pesant en atmosphère calme et nostalgique, atmosphère propre au monde Morten. "Obire Mortem" joue la carte de l'ambiance lourde et tragique type Dracula de Coppola, l'oppression en moins. Etrangement je ne cesse de penser aux claviers d'un titre de Cradle Of Filth sur Dusk And Her Embrace. Passé ce sentiment de plagiat certainement inconscient, la structure musicale du titre dénote tout de même une certaine expressivité très néoclassique et musique de film.


Bref, Sirenian Shores nous donne de la musique sympa, mais pas farouchement avant-gardiste. Juste une continuité musicale de plus après An Elixir For existence, limite opportuniste. Et faut-il encore savoir si l'on est ou non pour ce type d'album bourré de remix, d'acoustiques ou de reprises. Peut-être serait-il plus constructif de passer son temps à peaufiner l'originalité et l'approche du nouvel album...


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5