3395

CHRONIQUE PAR ...

5
Fishbowlman
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 13/20

LINE UP

-Siouxsie Sioux
(chant)

-Jon Klein
(guitare)

-Martin Mccarrick
(claviers)

-Budgie
(batterie)

-Steven Severin
(basse)

TRACKLIST

1)Peek-A-Boo
2)Killing Jar
3)Scarecrow
4)Carousel
5)Burn-Up
6)Ornaments of Gold
7)Turn to Stone
8)Rawhead and Bloodybones
9)Last Beat of My Heart
10)Rhapsody

DISCOGRAPHIE

The Scream (1978)
Tinderbox (1986)
Peepshow (1988)
Superstition (1991)
The Rapture (1995)

(1988) - pop - Label : Polydor



Peepshow est le premier album de la trilogie pop des Banshees (composée de Peepshow, Superstition et The Rapture). Alors que Tinderbox contenait encore des réminiscences gothiques, Peepshow se veut beaucoup plus cool, décontracté, à l'image du morceau d'ouverture "Peek-A-Boo", un véritable hit en puissance. Les samples électro de "Peek-A-Boo" ont un peu vieilli, mais sinon, c'est le genre de morceau fun et léger, reposant sur les délires de Siouxsie Sioux. Un véritable condensé de bonne humeur et d'humour, un peu dans l'esprit Bananarama ou des Spice Girls. Inutile de dire qu'avec un single pareil, les Banshees cassent complètement leur image de groupe triste et gothique.

Le reste de l'album n'a rien à voir et est, comme toujours, d'une grande diversité. "The Killing Jar" est le second single, un morceau de rock parfait qui résume bien tout le talent des Banshees pour écrire des chansons simples, dans le bon sens du terme. Mais au fur et à mesure que l'album défile, une évidence s'impose: Peepshow ne fait pas partie des meilleurs albums des Banshees. Le milieu de l'album est assez creux, avec quelques titres pop de remplissage, pas mauvais en soi, mais d'une durée de vie limitée. "Ornaments Of Gold" et "Turn To Stone" sont de ceux-là, et en plus, ils s'enchaînent ce qui contribuent à abaisser l'intensité de l'album. Le country "Burn-Up" ne plaira pas à tout le monde, car encore une fois, on se retrouve avec un morceau joyeux. La caisse claire s'accélère de plus en plus, la basse "gothique" et les guitares "cowboys" en font un morceau délirant, menée de main de maître(sse) par les vocaux de Siouxsie Sioux, moins schizophréniques que d'habitude. Sur "Carousel", le groupe nous emmène sur son manège (dés)enchanté, une sorte de farandole si vous préférez.

Mais c'est surtout la fin de l'album qui est à la hauteur du talent des Banshees, avec trois compos ambitieuses qui s'éloignent de la pop attitude étudiée précédemment. Non pas que les Banshees soient mauvais pour écrire des chansons pop, bien au contraire, mais "Superstition", l'album suivant, sera nettement plus dense à ce niveau. "Rawhead And Bloodybones" contient un air connu pour ses guitares d'une douceur apocalyptique (une simple écoute du morceau permettra de mieux comprendre ce terme). En effet, si vous avez une excellente mémoire, vous vous souviendrez sans doute que Danone avait utilisé cette chanson pour la pub des yaourts Bio au début des années 90.

Du coup, Siouxsie Sioux retrouve tout son art pour des mélodies dissonantes. Les deux autres morceaux contiennent des arrangements orchestraux ce qui leur confère une dimension épique: "The Last Beat Of My Heart" a tout pour devenir un classique et "Rhapsody", pour moi le sommet de l'album, retrouve la grandeur des réalisations précédentes des Banshees, toujours aussi à l'aise pour composer dans ce style. Les vocaux de "cantatrice" collent à merveille à la progression du morceau, magnifiquement arrangé sans jamais trop en faire. C'est bien ce genre de morceaux ambitieux qui distingue définitivement les Banshees de The Cure, ces derniers étant beaucoup plus basiques dans leur approche.


Peepshow est finalement assez varié, plus en tout cas que son prédécesseur Tinderbox. On y retrouve des titres dignes de figurer parmi les classiques et aussi du remplissage, ce qui en fait un album un peu bancal que l'on mettra plus facilement de côté au profit des autres.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7