3391

CHRONIQUE PAR ...

2
Cosmic Camel Clash
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 13.5/20

LINE UP

-Benoît
(guitare+chant)

-Vinz
(basse)

-Olivier
(batterie)

TRACKLIST

1)The 666 X Murder Prologue
2)Kill Your Idols
3)Past Attraction
4)Burn The Cross Of Lie
5)No Heaven Beyond
6)The Project

DISCOGRAPHIE


Sinn - The 666 X Murder Project (Démo)
(2005) - thrash metal - Label : Autoproduction



Sinn est un groupe français qui sait faire sa promo. La démarche du groupe de ce point de vue est remarquable en soi: j'ai reçu ce CD cinq-titres suite à l'envoi d'un simple e-mail, et ils m'ont envoyé la totale (bio, stickers, affiche...) plus la recommandation de répandre leur musique sur le Net et par P2P si je le pouvais. C'est assez rare pour être souligné. De ma même manière, le packaging de ce CD est vraiment soigné, en particulier la superbe pochette: impossible de détecter qu'il s'agit d'une autoprod! Tout ça fait donc très pro vu de l'extérieur. Et la musique, donc? Voyons ça...

Sinn (prononcer "Chinne") fait du thrash. A première écoute, un thrash assez éloigné de ce que la Bay Area a su nous proposer dans les années 80 (ou de ce que Kreator and co. nous ont sorti récemment). Il s'agit plus d'un thrash moderne où les riffs de guitare savent laisser de temps en temps la place à un break bien senti, ou à des passages hardcore un peu bruitistes très réussis. L'intro mélodique de "Kill Your Idols" est un succès total, et le riff de "Past Attraction" est du genre brutal tout en étant mélodique. "Burn The Corss Of Life" nous propose des rythmiques très speed et assez old-school dans l'esprit, de même que "No Heaven Beyond" qui fleure bon le thrash old-school dans sa première partie, mais qui surprend l'auditeur par un pont hardcore mélodique inattendu et assez génial. Le dernier titre "The Project" s'inscrit lui totalement dans une démarche hybride entre thrash et hardcore mélodique, l'alternance de parties en son limite clair et de gros riffs saturés produisant son petit effet.

Il s'agit d'une autoprod, et en ce sens le son est très réussi. Le son est comme l'artwork: pro. Bien sûr on n'est pas dans du surproduit à la Rick Rubin, mais le son un tantinet cru des guitares est totalement approprié à la musique du groupe. La batterie ressort bien, et si la basse est en arrière ce n'est pas réellement un problème, tant cette caractéristique est commune à la plupart des groupes de thrash. Le niveau des musiciens est plus qu'honorable, le batteur gérant les rythmiques speed aussi bien que les rythmiques syncopées, et se permettant même quelques subtilités à la charley et aux cymbales. Les guitares sont maîtrisées et les riffs efficaces. On ne compte qu'un solo de guitare sur l'album, et s'il ne s'agit en aucun cas de shred le feeling est bien présent. Et la production du chant... ahem. On en arrive à la grande faiblesse du groupe, et si j'ai repoussé le moment d'évoquer le chant le plus possible dans cette chro ce n'est pas par hasard. Parlons peu, parlons bien: la prod est bonne, le chant mauvais.

La bio précise bien que le guitariste Benoît s'est retrouvé chanteur par défaut, faute de trouver un chanteur pour son groupe. Il exerce dans un style "hardcore" que je laisse entre guillemets car l'impression est bien que le brave homme crie dans un micro, basta. On ne sent pas vraiment de technique vocale, juste une voix poussée, et cet aspect ruine en partie la musique du groupe... Car Benoît n'est pas un chanteur, c'est l'évidence même. Bien sûr, le thrash comme le hardcore sont des genres dans lesquels oeuvrent bon nombre de "crieurs" de ce type, mais à ce niveau-là c'est le timbre des voix qui fait la différence, ce je-ne-sais-quoi qui différencie un Benoît d'un Tom Araya. Tous les gens à qui j'ai fait écouter cet album ont eu la même réaction: bonne musique (quoique les chansons s'arrêtent souvent abruptement), chant à revoir. C'est donc assez tristement que je ne peux pas faire atteindre à cet album la barre mythique des 14/20, car si la musique de Sinn est indéniablement porteuse d'un bon potentiel, le groupe ne pourra pas prétendre à un statut professionnel tant qu'il n'aura pas trouvé un chanteur digne de ce nom. Benoît doit trouver un chanteur, ou faire de sacrés progrès. La concurrence est rude dans le métal... Souhaitons-leur tout de même bonne chance.


Encouragements!


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6