3384

CHRONIQUE PAR ...

5
Fishbowlman
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 16/20

LINE UP

-Terry Brock
(chant+guitare)

-Randy Jackson
(guitare+chant)

-Jon Bivona
(guitare+basse)

-Mark Hermann
(basse+guitare)

-Mark Mangold
(claviers+batterie+chant)

TRACKLIST

1)Aryon Overture
2)Stained (Gone)
3)Morning After (Time to Run)
4)Motorcycle Messiah
5)Shine
6)Bliss
7)If for One Moment (Aryon Sings)
8)Flame of the Oracle (To the Shaman of the Tribe)
9)Ooze
10)Inner Child (Exorcise) (Reprise of Bliss)
11)Black Mountain (Aryon's Vision Quest)
12)Keep on Breathin' (The Epiphany...a Message)
13)Shine (Finale)/Aryon Overture Reprise/Shine Delta
14)Rapture (Ode to Aryon)
15)Maniac (Dedicated to the Lokerse Feesten)

DISCOGRAPHIE


The Sign - The Second Coming
(2004) - rock mélodique hard rock opéra - Label : Frontiers Records



The Sign est un groupe de rock théâtral comme on n'en fait plus, proposant un opéra-rock qui évoquera tour à tour les belles heures de Meat Loaf, Queen ou Kansas. Le genre d'album qu'il ne faisait pas bon de sortir dans les années 90. Heureusement que Ayreon a été là pour remettre le concept au goût du jour. The Second Coming est le second album de ce groupe, formé par Mark Mangold, co-pilote du projet et claviériste réputé pour avoir été le compositeur de Cher et Michael Bolton.

Dès la superbe ouverture de "Aryon Overture", au piano et aux choeurs, les talents de compositeur de Mark Mangold ne sont plus à démontrer. Inutile de s'attendre à du progressif pur jus, The Sign se rapproche plus de l'AOR que du progressif. Les amateurs de musique barrée et complexe seront sûrement déçus.Sur les premières écoutes, la musique paraîtra "too much", mais ça fait souvent ça sur ce genre d'album (cf Bat Out Of Hell de Meat Loaf ou A Night At The Opera de Blind Guardian). Les chansons s'enchaînent comme une longue suite, avec une alternance bien pensée entre les ballades, parfois sublimes (surtout le final "Maniac", qui rappelle un peu ce qu'on trouvait sur Middle Earth de Bob Catley) et les morceaux rock ("Motorcycle Messiah", proche de Deep Purple période Slaves & Masters, un "Shine" sudiste et typiquement américain). Les choeurs apparaissent au centre des préoccupations, régulièrement rehaussés par des arpèges acoustiques ou du piano de premier choix, ce qui évite à l'album d'être linéaire. Les mélodies sont de toute façon omniprésentes et soignées. Un vrai régal pour les oreilles!

Toute cette grandiloquence, proche de la perfection, n'est pas exempte de défauts (le contraire aurait été trop beau). La production manque un peu de dynamisme, elle n'est pas tout à fait à la hauteur de la grandeur du projet. Quelques longueurs aussi au niveau des choeurs, à quelques reprises sur les ballades, on joue un peu trop sur le côté "émotionnel", sortez vos mouchoirs! Sur le premier album, la section rythmique était tenue par Bobby Rondinelli (batterie) et Billy Greer de Kansas à la basse. Dommage qu'ils n'aient pas pu participer à ce second album, cela aurait renforcé je pense l'impact de la cohésion rythmique. Au lieu ça, c'est Mark Mangold lui-même qui a assuré les parties de batterie. Non pas qu'il soit un manchot, bien au contraire, il se débrouille bien, en plus des claviers et du chant. Mais un "vrai" batteur aurait été préférable.


Cependant, ça n'empêche pas The Second Coming d'être une grande réussite. Dans le genre opera rock, je le trouve meilleur que le Nostradamus de Nikolo Kotzev (Brazen Abbot). Je précise que je n'ai jamais écouté le premier volet, Signs Of Life, qui fut plébiscité par les amateurs de rock mélodique. Peut être que ce premier album est encore meilleur, dans lequel cas ce serait top moumoute!


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7