3382

CHRONIQUE PAR ...

2
Cosmic Camel Clash
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 15/20

LINE UP

-Lou Koller
(chant)

-Pete Koller
(guitare)

-Craig Setari
(basse)

-Armin Majidi
(batterie)

TRACKLIST

1)Take The Night Off
2)Machete
3)Preamble
4)Uprising Nation
5)Always War
6)Die Alone
7)Evil Schemer
8)Leader
9)Make A Mark
10)Forked Tongue
11)The Reason
12)Faithless
13)Fred Army
14)Thin Skin
15)Maria White Trash

DISCOGRAPHIE

Death To Tyrants (2006)
Nonstop (2011)

Sick Of It All - Death To Tyrants
(2006) - hardcore - Label : Century Media



Il y a les groupes de hardcore, et il y a Sick Of It All. La bande des frères Koller fait partie avec Agnostic Front et Madball des piliers du hardcore new-yorkais, le seul "vrai" hardcore pour un bon nombre de fans (hardcore également). Et à l'écoute de ce Death To Tyrants dont le titre fleure bon la référence à George W. Bush on peut se poser de sérieuses questions: comment un groupe formé au milieu des années quatre-vingt peut-il envoyer le bois à ce point vingt ans après? Car ne vous y trompez pas, le dernier Sick Of It All c'est du bonheur par brouettes, une vraie leçon de ce que le hardcore devrait être.

Décrire sa musique revient à bêtement décrire l'essence musicale du HxC: chant hurlé revendicatif (et on a rarement fait mieux que Lou Koller dans cet exercice), rythmiques souvent syncopées basées sur une tonalité unique ou presque, forte parenté avec le punk et le thrash quand le tempo s'accélère… Le vrai hardcore se reconnaît instantanément à l'écoute, et quand on met cette galette dans son lecteur il suffit d'une seconde pour savoir qu'on n'est pas face à un groupe de métal. Nenni! Ce son à la fois cru et puissant, cette guitare râpeuse, on est en terrain connu. Et les compos…

Pour résumer, Death To Tyrants a un gros défaut et une grosse qualité. Le gros défaut: rien de nouveau sous le soleil. Ce n'est pas sur cet album que vous trouverez du néo-post-harcore-hybride à tendance néoclassique, on est chez les purs. La grosse qualité: c'est une tuerie de bout en bout. Dès le titre d'intro, on sent cette énergie phénoménale, cette puissance portée à bout de bras, et qui ira sans faiblir d'un bout à l'autre du CD. Les riffs se répondent les uns aux autres, la production est sans faille, et surtout il y a ce souffle difficilement définissable mais qui fait les bons albums. De plus, tout en gardant une "patte" énorme, le tout reste relativement varié contrairement à un groupe comme Settle The Score où tous les riffs sont interchangeables.


Je pourrais vous faire un "track by track" mais ce serait inutile: il n'y a pas de chanson qui se détache réellement sur ce CD qui aligne en à peu près une demi-heure de musique seize plages destructrices et toutes d'un très bon niveau. C'est d'ailleurs cette caractéristique qui empêche l'album d'obtenir une encore meilleure note: il n'y a pas de chanson qui reste en tête plus que les autres, c'est plus une masse compacte de bonne musique agressive qu'on se prend dans la face avec joie. Donc les accros à l'innovation prog passeront leur chemin, mais les coreux purs et durs seront en joie. Sortir un tel album à ce point d'une si longue carrière est un exploit en soi, et Sick Of It All mérite donc cette valeur si chère au monde du hardcore: le respect.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2