3380

CHRONIQUE PAR ...

2
Cosmic Camel Clash
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 14/20

LINE UP

-David Bunton
(chant)

-Josh Childers
(guitare+chant)

-Travis Bailey
(guitare)

-Eric Koruschak
(basse)

-AJ Barrett
(batterie)

TRACKLIST

1)Fanatics and Whores
2)Head Down
3)Six Feet Under
4)We Die Young
5)Breath of the Swamp
6)It Drinks from Me
7)Temptation Come My Way
8)Forget My Name
9)Spitting in the Wind
10)I, Victim (Here's to the Year)
11)Carry on Wayward Son
12)Death Finds Us Breathing

DISCOGRAPHIE


The Showdown - Temptation Come My Way
(2007) - rock heavy metal amerloc - Label : Mono vs Stereo



Il y a des changements d'orientation qui surprennent : alors que le premier album de The Showdown, A Chorus of Obliteration, était un crossover death/metalcore, voilà que le groupe du Tennessee revient avec un deuxième album de pur heavy-rock US à refrains! Temptation Come My Way est en effet un album presque dépourvu du moindre atome de violence, et qui pourrait très bien voir la formation accéder à une exposition médiatique bien supérieure à celle dont elle disposait jusqu'à présent. On laissera le débat de la légitimité de ce revirement aux théoriciens de ce qui est bien ou pas, et on se concentrera sur une musique plus intéressante que ce que l'on pourrait croire.

Ne croyez pas que The Showdown ait juste décidé de mettre de l'eau dans son vin : ils sont carrément passé au régime sec! Temptation Come My Way explore toutes les facettes du rock US avec délice, et se voit rehaussé dans cette quête par une production de type « modern rock surboosté » qu'on a déjà pu trouver chez Nickelback par exemple. Et je n'évoque pas la bande à Chad Kroeger par hasard : on retrouve beaucoup ce côté hard FM musclé chez The Showdown, bien que le groupe ne s'y limite pas... vu que la démarche adoptée est visiblement celle du passage en revue. Car si la semi-ballade "We Die Young" tape clairement de ce côté, l'opener "Fanatics & Whores" nous avait donné à entendre des harmonies de guitare heavy/metal typiques que Queensrÿche n'aurait sûrement pas reniées. Et ainsi de suite...

Le rock US est un genre large, et The Showdown fait preuve d'une pertinence assez remarquable dans chacun des exercices de style que sont les douze titres de l'album. Le thème d'ouverture de "Head Down" évoque les grandes années du hair metal alors que "Breath Of The Swamp" semble reprendre le propos du Metallica période «Load/Reload» en plus burné. Les nombreux soli de l'album sont tous basés sur le feeling et le côté bluesy et gras de la plupart des riffs est plaisant, surtout couplé à la voix râpeuse et hetfieldienne de David Bunton... qui renforce le parallèle avec Nickelback, Chad Kroeger étant lui-même très inspiré par Hetfield dans son phrasé et son timbre. Le title-track "Temptation Come My Way" évoque d'ailleurs tellement un Metallica qui serait tombé du côté bluesy de la Force que c'en est étonnant.

Mais The Showdown nouvelle cuvée, c'est surtout un sens du single et du refrain assez imposant. Chaque titre de cet album est un tube MTV en puissance, ce qui ne manquera pas d'horripiler les fans du passé brutal du groupe. Cette approche de l'efficacité avant tout fixe les limites de la démarche, mais force est de constater qu'il s'en tire vraiment bien dans ce domaine. Les refrains restent en tête, le tout se tient parfaitement, et ce cd est du genre qui fait hocher la tête ou taper du pied inconsciemment si on le met en fond sonore. Il y a des idées, des mélodies imparables à la pelle, et chaque titre présente son petit « gimmick » accrocheur comme le côté profondément sudiste de "We Die Young", le chant hurlé qui revient sans crier gare sur "Forget My Name" ou les choeurs putassiers de "Spitting In The Wind".


Sans rien révolutionner The Showdown signe donc un bon disque de rock US tendance mainstream. On aurait aimé voir plus d'inventivité mais la recette du groupe est rodée et fonctionne parfaitement, donc on se contentera de profiter de ce plaisir mineur mais jamais désagréable et fondamentalement distrayant. On appelle ça un album sympatoche...


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4