3358

CHRONIQUE PAR ...

17
Lucificum
Cette chronique a été mise en ligne le 04 mai 2009
Sa note : 12/20

LINE UP

-Rob Rock
(chant)

-Chris Impellitteri
(guitare)

-James Pulli
(basse)

-Brandon Wild
(batterie)

TRACKLIST

1)Wicked Maiden
2)Last of a Dying Breed
3)Weapons of Mass Destruction
4)Garden of Eden
5)The Vision
6)Eyes of an Angel
7)High-School Revolution
8)Wonderful Life
9)Holy Man
10)The Battle Rages On

DISCOGRAPHIE

Wicked Maiden (2009)

Impellitteri, Chris - Wicked Maiden
(2009) - heavy metal speed metal - Label : Metal Heaven



Impellitteri est un abonné des premières places des classements des shredders les plus monstrueux de la planète, avec quelques autres (Angelo Batio, Cooley ou encore l’inévitable Malmsteen). N’attendons donc pas de lui un album pétri de feeling et de phrasés subtils, et si vous avez jeté un œil au reste de sa discographie, ne vous attendez pas non plus à une œuvre expérimentale, originale et passionnante. Et le retour de Rob Rock au chant confirme que l’on peut savoir exactement à quoi s’attendre avant même d’avoir mis le CD dans le lecteur : du heavy/speed burné mâtiné de shred…

Eh bien, c’est exactement ce que nous avons eu. Reste maintenant à savoir s’il se situe dans la moyenne haute ou dans la basse. Parce que si l’on ne s’attend raisonnablement pas à du grand art, nous étions en droit de ne pas en attendre une bouze infâme. Et là encore, ça marche : Wicked Maiden est un album lisse, prévisible mais pas foncièrement mauvais. Nous ne saurions même pas le conseiller davantage aux guitaristes qu’aux autres, comme la facilité pouvait nous y avoir poussé, tant le côté passe-partout de l’album le destine à plaire autant aux shredders en herbe qu’aux simples amateurs de heavy/speed. Et ce malgré, comme toujours, la présence de solos tout à fait virtuoses, assurés par le maître en personne, mais qui n’apportent strictement rien de neuf au monde de la guitare. Et lesdits solos, rassurez-vous, ne sont même pas plus envahissants que ceux de n’importe quel album de speed allemand : il y en a un par chanson, point barre.

Le reste du temps se partage entre riffs bien gras ("Wicked Maiden", "Garden of Eden"), attaques plus speed metal ("Last of a Dying Breed", "Weapons of Mass Destruction") et hard-rock convenu ("Eyes of an Angel", "High-School Revolution"). On regrettera l’absence d’une instrumentale de folie comme Chris Impellitteri a su nous en offrir par le passé (le monstrueux "17 Century Chicken Pickin'", que tout shredder se doit d’avoir étudié au moins une fois). Le style d’Impellitteri, comme celui de Malmsteen, a le mérite de se reconnaitre à 50 kilomètres. Très legato, rapide (bien sûr) et maîtrisé, il faut admettre que l’américain a su apporter sa patte dans le monde impitoyable de la virtuosité guitaristique, et s’attirer ainsi le respect d’un certain nombre de fans. Quant aux autres faire-valoir musiciens, s’il n’y a rien à redire quant à la performance de Rob Rock, ils ne brillent que par leur discrète présence, en particulier Pulli (basse), que l’on devine plus que l’on entend. Seul le clavier (non crédité au line-up…) surnage et offre une palette de sons pas inintéressante, allant du kitsch ("The Vision", "Wonderful Life", "Holy Man") au néo-classique avec le piano de "Weapons of Mass Destruction".


Aucune révolution à l’horizon et ce malgré le fait que cinq bonnes années se soient écoulées depuis la dernière production d’Impellitteri, Pedal Of The Metal (a-t-on déjà eu un titre d’album aussi ridicule, du moins tel qu’il sonne en français ?). Wicked Maiden reste un bon petit album de heavy/speed bien burné, sans grande originalité mais avec un talent indéniable. Insuffisant, toutefois, pour en faire un futur classique.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7