3353

CHRONIQUE PAR ...

5
Fishbowlman
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 9/20

LINE UP

-Attila Dorn
(chant)

-Matthew Greywolf
(guitare)

-Charles Greywolf
(basse)

-Stéfane Funèbre
(batterie)

-Falk Maria Schlegel
(claviers)

TRACKLIST

1)Lupus Demonae
2)We Take It From The Living
3)Prayer In The Dark
4)Saturday Satan
5)In Blood We Trust
6)Behind The Leathermask
7)Vampires Don't Die
8)When The Moon Shines Red
9)Mother Mary Is A Bird Of Prey
10)Tiger Of Sabrod
11)Lupus Dei

DISCOGRAPHIE


Powerwolf - Lupus Dei
(2007) - heavy metal - Label : Metal Blade Records



Les roumains de Powerwolf s'étaient illustrés (enfin, façon de parler !) en première partie de Gamma Ray grâce à leurs costumes ridicules et leur imagerie « satanique ». C'est bien la seule chose que Powerwolf eût trouvé pour se faire remarquer. Mais à part provoquer une franche hilarité dans le public, on ne peut pas dire que leur prestation ait convaincu grand monde.



Accompagné de claviers « vintage » et d'intro d'orgue (sur "Saturday Satan" par exemple), Powerwolf semble avoir fait des efforts pour rendre leur musique plus épique et ambitieuse, moins banale. Peine perdue, l'originalité n'est pas leur point fort, à commencer par le chant de Attila Dorn, très proche de Hansi Kürsch. Leur metal sonne comme un mélange entre Blind Guardian et Metalium, avec des chœurs musclés et des mélodies difficilement mémorisables, à mi-chemin entre du power-metal et du speed mélo gay. On rigolera devant les chœurs ridicules, exemple pris avec «Satan Satan» (sur "Saturday Satan") ou «Hey hey, hey ho» (sur "In Blood We Trust").

Autodérision ? Powerwolf n'a pas l'air de se prendre au sérieux en tout cas. On appréciera malgré tout les titres les plus speeds et accrocheurs ("Vampires Don't Lie", "Prayer In The Dark"), davantage que les titres plus complexes et surchargés inutilement. Si l'effort pour se démarquer des autres groupes est louable, il est cependant insuffisant, les ficelles sont trop grosses et les ressemblances avec Blind Guardian trop évidentes.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2