3345

CHRONIQUE PAR ...

59
Jal
Cette chronique a été mise en ligne le 03 mai 2009
Sa note : 19/20

LINE UP

-Lembetu
(chant+guitare)

-Gates
(guitare)

-Karmo
(guitare)

-M. Divine
(basse)

-Karje
(claviers)

-Asto
(batterie)

TRACKLIST

Must Album

1)Emeraud
2)Soomusronglase silmis
3)Suudelda neidu
4)Kiri kaevikust
5)Ei kahetse midagi
6)Veealune valss
7)Peegli ees
8)Surmarestoran
9)Öölaul


Mustad Laulud EP

1)Haavad uulitsal
2)Haige
3)Tankisõidulaul
4)Roim Repelis

DISCOGRAPHIE

Must Album (2006)

Loits - Must Album
(2006) - rock black metal black 'n roll - Label : Nailboard Records



Nous venant d’Estonie, Loits est un groupe assimilé au courant black metal de par son premier album Ei Kahetse Midagi mais il faut bien dire que ce troisième opus du sextet n’a plus de black que le qualificatif, même si par moments on retrouve l’essence même de ce qui a fait connaître le groupe dans le passé. On reste donc proche du style que se sont trouvés les Estoniens depuis le précédent album Vere Kutse Kohustab, ce qui n’est sans doute pas pour déplaire aux plus posés et calmes des black metalleux que nous pouvons être. Tout cela n’enlève bien entendu rien à la brutalité de certains passages, au contraire.

Une fois n’est pas coutume, commençons par parler de ce qui entoure l’album. Il ne faut pas oublier qu’un CD est avant tout la galette elle-même mais la pochette, le packaging en général joue un rôle très important et notamment dans le cas présent. Cette édition spéciale compte une box en carton renfermant le bijou qu’est Must Album, mais ça ne s’arrête pas là : il y a un lot de six cartes représentant des personnages de l’histoire estonienne de la seconde guerre mondiale que chacun des membres incarne. Démarche très intéressante qui rabattra le caquet des détracteurs du groupe qui le considéraient comme lié au nazisme, on constatera donc que c’est moins la politique de l’époque qui les intéresse que l’histoire avec un grand H. Parmi les bonus notons un cd supplémentaire : l’EP Mustad Laulud offrant un contenu sympa dont des titres inédits des vidéos et une galerie photo. Les paroles en estonien sont également traduites en anglais pour que tout le monde soit en mesure de comprendre car l’album est un concept et tout y joue un rôle important.

Passons à présent au contenu musical qui est tout de même notre préoccupation principale. L’entrée en matière est directe avec "Emeraud" qui nous plonge dans un rock’n’roll extrême car oui, bien que le groupe soit estampillé black metal il faut bien dire que ce n’est plus réellement le domaine dans lequel il officie. On baigne quasi-continuellement dans un mid-tempo fort savoureux sans pour autant oublier les origines black que le groupe ne délaisse pas en faisant passer de manière pertinente quelques accélérations (le début de "Soomusrongla silmis" en est un bon exemple). Les riffs sont prenants et sont mémorisables dès la première écoute de par leur simplicité. Alors oui, les riffs sont simples mais pas simplistes pour autant, le travail de composition est bien présent et le tout forme une musique très agréable à l’écoute qui pourrait même séduire les plus réfractaires aux musiques extrêmes. L’ambiance générale de l’album est assez sombre et pesante sans pour autant aller dans la dépression à la Drudkh malgré des similitudes entre les deux formations, notamment au niveau rythmique.

Niveau musical plus précisément : l’utilisation régulière du chant clair donne un charme particulier au disque. Parlons de ce chant qui, à la première écoute, peut sembler inapproprié ou tout du moins inattendu, et qui se révèle à la longue très à propos et indissociable du reste de la musique. Et quand le chanteur s’envole dans des lignes vocales plus black on croit entendre une gargouille, sûr que si elles pouvaient parler c’est comme ça qu’on les entendrait. Les guitares sont toujours très entraînantes comme dans "Ei kahetse midagi", morceau qui coupe brutalement pour laisser place à l’intro planante de "Veealune valss" le bien-nommé (« valse sous-marine » en français). La basse quant à elle est tout à fait audible et joue un rôle très important dans la musique puisqu’elle soutient magistralement la batterie très carrée du groupe. C’est le lien logique entre une batterie plus martiale et militaire, sans pour autant tomber dans l’indus, et les guitares « black’n’roll ». Notons aussi l’utilisation non abusive du clavier, ce qui donne une puissance encore plus prenante aux morceaux. N’oublions pas non plus l’accordéon de "Surmarestoran" qui se marie à merveille à la basse pour nous donner une sorte de humppa en beaucoup plus lent.

Quant à l’EP Mustad Laulud, il est de très grande qualité également. Bien entendu on reste dans le même genre musical que l’album et on pourrait même le prendre comme suite logique de celui-ci, sans doute la raison pour laquelle il figure dans cette édition de l’album. On notera un interlude très sympa dans "Haavad Uulitsal" qui peut faire penser à un moment comique dans un vieux dessin-animé du genre « Tom et Jerry ». La voix, un peu plus violente que sur l’album lui-même, est toujours aussi intéressante. Nous serons même surpris par le morceau très punk "Haige" qui s’intercale parfaitement dans le reste. Les quatre morceaux de cet EP sont d’une très grande qualité et mériteraient sans conteste de figurer sur un full-length sans faire sourciller qui que ce soit. Peut-être est-ce envisagé … Le seul inconvénient est qu’on ne comprenne pas le sujet des chansons car les paroles ne figurent pas dans le livret, mais comment en vouloir à un groupe qui nous offre un tel objet. Enfin, l’EP comme l’album sont soutenus par une production d’excellente qualité, fluide et chaleureuse.


C’est donc un magnifique objet, très complet que nous a servi Loits comme troisième galette. Un album qui ravira les fans de musique en général mais plus particulièrement ceux friands de rythmiques rock’n’roll sur fond de black. Le packaging soigné et séduisant ravira les collectionneurs, voilà une manière sympa de faire un pied de nez au téléchargement illégal, que d’autres groupes en prennent de la graine.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2