3344

CHRONIQUE PAR ...

59
Jal
Cette chronique a été mise en ligne le 03 mai 2009
Sa note : 16/20

LINE UP

-Slagmark
(chant+guitare+basse)

-Fornjot
(chant+piano+claviers+basson)

-Tordenskrall
(batterie)

-Smaug
(textes)

TRACKLIST

1)Skogskvad
2)Ragnarok
3)Dødsmyr
4)Kronet til konge
5)Skumring
6)Hugin og munin
7)Slagmarkens falne sjeler
8)Jotneraid

DISCOGRAPHIE

Skogskvad (2006)

Galar - Skogskvad
(2006) - black metal folk - Label : HeavyHorses Records



Bergen, ville norvégienne connue comme étant l’origine de nombreux groupes, ville maîtresse du black metal, c’est aussi de là que nous vient Galar, jeune groupe ayant à son compteur une demo sobrement appelée Galar ainsi que ce premier album. Sortant à un moment où le folk en général et notamment dans le metal est à la mode, cet album se démarque pourtant de la masse de par sa qualité et flirte avec le black d’une manière très agréable. Mais la saveur originale que nous donne le groupe vient de ses parties folk en général fort bien trouvées et exécutées. Serait-ce un bijou caché du black/folk de ces dernières années ?

Depuis quelques temps on nous donne du folk à toutes les sauces, que ce soit dans le black, le heavy et même le death. Comment certains groupes parviennent à sortir leur épingle du jeu ? La réponse est évidente : la qualité. Et c’est ce que nous donne Galar avec cet album. Nous sommes bel et bien dans le folk black, certains diront « pagan » à la place mais tout ça reste un peu la même chose en fin de compte. C’est donc sur une petite intro orageuse qu’on entre dans ce CD, pas original du tout pour le style, mais on leur pardonne. S’en suit un petit passage basson/guitare sur fond de pluie avant de pleinement partir dans le black, ce qui fait de la chanson titre de l’album une des meilleurs de celui-ci. Le poids des Vikings repose sur la musique du groupe, l’ambiance est tribale, sauvage et guerrière. Le tout est soutenu par une production claire mais pas trop sobre non plus. Chacun des instruments est audible, particulièrement la basse, chose assez rare dans le black pour être signalée. En revanche on peut reprocher le son de la batterie qui, par moment n’est pas assez puissant, ce qui est dommageable pour le style. Les voix sont bien utilisées mais la voix clean est peut être un peu trop en avant.

Au niveau musical le groupe se défend très bien. Les musiciens sont talentueux et utilisent leur don à merveille. Commençons par les voix. Deux types de chants sont utilisés, comme souvent dans le genre, à savoir la voix claire et la voix black. Les parties les plus brutales usent du deuxième type de voix, et celle-ci est très bonne, mais le lien est parfait avec la voix claire (pouvant rappeler Heidevolk) pour les passages plus posés. Les riffs sont très souvent de grande qualité même si certains peuvent sembler déjà entendus. Le morceau "Dodsmyr" est d’ailleurs un des meilleurs exemples de la qualité du combo avec son début rentre-dedans suivi d’un petit riff bien sympa et épique agrémenté d’une voix puissante, sans oublier le petit passage solo de basse qui repart sur un riff qui peut faire penser à Suidakra (période black). La batterie est carrée, bien exécutée et pas trop envahissante, ce qui est un atout, même si comme dit précédemment on peut reprocher par moment son manque de punch. Aucun morceau n’est réellement en dessous des autres mais aucun ne se démarque considérablement non plus. Les influences se font souvent ressentir mais rien d’outrancier, on sait quel groupe on écoute et que ce n’est pas encore une copie.


Le groupe est tout jeune et doit encore se trouver, affirmer son identité dans la masse du folk actuel. Mais pour un premier album on sent déjà une maturité certaine et des perspectives musicales très réjouissantes. Ne reste plus qu’à voir si le talent du groupe est confirmé par la suite.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2