3339

CHRONIQUE PAR ...

3
TheDecline01
Cette chronique a été mise en ligne le 03 mai 2009
Sa note : 16/20

LINE UP

-Kull
(chant)

-Morok
(guitare)

-Kholdogor
(basse)

-Izbor
(batterie)

TRACKLIST

1)Storm-Whip
2)Once I Moonlight
3)Cruel Black Dead
4)Bloodstained
5)Cold Twilight of the Worlds
6)Born in the Freezing Dark
7)Death Nord Kult
8)Cold Northern Order

DISCOGRAPHIE


Old Wainds - Death Nord Kult



Le feu brûle de mille éclats, l’odeur de chêne consumé se répand dans le sous-bois, le froid intense et vivifiant combattant toujours véhément la maigre chaleur dégagée. La neige immaculée entoure la boue fondue, des personnes crachent du feu, les pentacles surgissent et les églises s’enflamment. Souvenez-vous, nous sommes au début des années 90 et à cette époque Darkthrone était une référence du black metal. Enregistrement crasseux, riffs répétitifs, chant crade.

Old Wainds reprend là où Darkthrone s’est arrêté. Très précisément après Hate Them. Le son garde donc des traces de « modernité » dans le sens où la définition est meilleure que celle des enregistrements des années 90, mais sinon, c’est fait dans la cave, à côté de l’étendoir à linge. Magistral donc. Old Wainds ne reprend pas uniquement le son, mais aussi l’ambiance globale des riffs du Hate Them. N’y voyez pas là un plagiat, ce n’est absolument pas le cas, mais la ressemblance est évidente. Pourquoi pas de plagiat donc ? Simplement il faut se rendre à l’évidence, les riffs entendus sont du Old Wainds et pas du Darkthrone. Car si ressemblance il y a, le caractère des ambiances dégagées est bel et bien personnel. De plus Old Wainds varie un poil plus sa tambouille que son vénérable aîné.

Le résultat est pour le moins satisfaisant. L’ambiance froide et black metal est là, aucune discussion possible. Excellent premier point. Ensuite les compositions font plus que tenir la route. Les riffs sont tour à tour froids, accrocheurs, malsains voire pour certains thrashouillants. Vaguement. Et la batterie ... miam ! Vraiment c’est un jeu black metal. Outre un son sylvestre qui réjouira tout amateur de black normalement constitué, le batteur délivre des parties simples, rapides, incisives et mortuaires avec des breaks tout à la fois judicieux et inspirés. Difficile à expliquer sans avoir le son pour appuyer son raisonnement, mais l’instrument est ici merveilleusement utilisé dans un contexte black metal. Le parcours sans faute.

Reste qu’une batterie ne faisant pas tout dans une musique, il faut s’attarder sur les riffs qui sentent bon les fjords (russes cela va de soi, le groupe étant russe). Simples eux aussi, répétitifs ce qu’il faut et de haut vol pour la plupart. L’atmosphère est au glacial, un froid oppressant qui donne envie de se laisser aller ... vers sa propre perte. Le chant est assuré avec brio et un grain à la ... Nocturno Culto. Ça ne s’invente pas. C’est du black metal, pur, cru. La définition même du genre. Ce qui signifie que cet album sonnera comme un signal de rassemblement pour les fans d’autant plus heureux car ils savent pertinemment que le voisin ne comprendra rien à un tel engouement. Ici il n’est question que de black metal, et de black metal uniquement. Pas de fioriture, pas d’enrobage, le groupe va droit au but.


Old Wainds signe là un album de black metal exceptionnel, cru, froid, puisant dans les racines du genre pour les mettre au goût du jour et offrir une pépite. Les non-initiés passeront allègrement leur chemin tandis que les autres se feront grandement plaisir en se délectant d’un album en tout point remarquable.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4