3333

CHRONIQUE PAR ...

6
Lord Henry
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 7/20

LINE UP

-Jack Frost
(guitare)

-Alan Tecchio
(chant)

-Kevin Bolembach
(basse)

-Jeff Curenton
(batterie)

TRACKLIST

1)West Nile
2)Sunnydale High
3)Dishonour Killings
4)Gp Fix
5)Be
6)Fame Gets You Off
7)Flesh For Fantasy
8)Red
9)Widows and Orphans

DISCOGRAPHIE


Seven Witches - Amped
(2005) - heavy metal - Label : Regain Records



Jack Frost ne lâchera pas l'affaire. Dût-il changer le line-up de Seven Witches de fond en comble à chaque nouvel album. De toute manière, c'est sa musique et celle-ci n'évolue pas d'un iota : du heavy-metal, point barre. Très épuré, très brut, mais très rétrograde aussi. Amped s'inscrit tout-à-fait dans la veine d'un album comme Painkiller. C'est déjà un point qu'il faut accepter, mais on peut s'en accomoder. Là où ça ne va plus du tout, c'est que Amped est tout de même une belle flaque de guano. Explications ci-après.

Jack Frost n'est pas exactement un nouveau venu sur la scène. Son style de composition est déjà bien rôdé. Mais 2005 semble sonner le glas pour la routine musicale de Seven Witches. Si l'on fait l'impasse sur les riffs et les soli très semblables de tous les titres de Amped, il est une difficile vérité qu'à l'écoute de l'album il faut bien admettre pourtant: ce ne sont pas de bonnes chansons. C'est aussi simple que cela. D'aucuns voient en l'arrivée du vocaliste Alan Tecchio la raison de cet échec; ceci est partiellement vrai. Le bonhomme évolue dans un registre mi-agressif mi-aigu qui tape rapidement sur les nerfs: "West Nile" et "Dishonor Killings" ne se laissent pas écouter plus de deux fois sans grincement de dents de crispation. Mais c'est à la source qu'il faut chercher le principal problème: les compositions elles-mêmes sont ratées.

Bien peu subtils sont les bastonnages à outrance de Jeff Curenton à la batterie et les mélodies qui les accompagnent. Dieu que c'est plat! Du hurlement, de l'agressivité, et pas grand chose d'autre. Le pire étant tout de même l'extrême inaptitude du groupe à pondre des harmonies vocales. Pas la peine d'avoir suivi des cours de théorie musicale avancée: c'est faux, tout bêtement faux. Dissonant au possible. "GP Fix" ou "Fame Gets You Off" possèdent des riffs sur lesquels on peut chanter tout de même... Eh bien non. Jack Frost sape lui-même son boulot de guitariste en pondant des "mélodies" - peut-on encore parler de mélodies? - les plus plates et les plus décalées que j'ai entendues depuis belle lurette. "BE" est une ballade couillue qui aurait pu donner quelque chose... Mais entendre Tecchio se vautrer pareillement n'agace même plus. C'en devient pathétique.


"Flesh For Fantasy"... Tiens, ça s'améliore un tantinet dirait-on. Ben oui, c'est une reprise. Merci Billy Idol. Soyons honnêtes: reconnaissons tout de même que la fin - la toute fin - du disque réhausse un peu le ton. Le piano très Savatage donne une couleur particulière à "Widows And Orphans", mid-tempo plus recherché et dépareillant avec le reste de l'album. Ce dernier n'en est pas sauvé pour autant. Difficile de défendre Amped compte tenu de toutes les remarques précédentes, concernant des défauts tout-à-fait récurrents. Seven Witches nous fournit cette année l'un des disques de heavy-metal les plus inintéressants qui soient. Indigne du niveau de ce groupe. Il va falloir se reprendre sérieusement, Jack! Passez votre chemin, fous que vous êtes!


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2