3322

CHRONIQUE PAR ...

42
Wotan
Cette chronique a été mise en ligne le 02 mai 2009
Sa note : 8/20

LINE UP

-Carmen Susana Simões
(chant)

-Rune Eriksen
(guitare)

-Jaime S. Ferreira
(basse)

-João Samora
(batterie)

TRACKLIST

1)Truce
2)Last Signs of Summer
3)Colours of the Dark
4)Black Wings
5)Appeler les Loups
6)Be Damned
7)Tempestade
8)Blood of Bacchus
9)Memoirs

DISCOGRAPHIE


Ava Inferi - Blood of Bacchus
(2009) - doom metal gothique - Label : Season Of Mist



Aaaaah le Portugal, son Fado, sa morue, son équipe de footballeurs plongeurs ... « Hé, ce genre d’introduction éculée, tout le monde l’a fait avant toi. Aucune originalité là.» Ha ? Ha ! Pourquoi tout le monde utilise les bonnes idées avant moi, hein ? Je suis triste, très triste. Je vais aller me prostrer dans un coin, là, et pleurer en silence. Ah oui, et puis je vais mettre du Ava Inferi aussi, parce que, vraiment, je suis attristé de constater que mes collègues chroniqueurs ne me laissent pas les bonnes idées.

Le groupe de Rune Eriksen, ancien membre de Mayhem, continue son petit bonhomme de chemin depuis sa formation en 2005 et voilà donc que déboule le troisième album d’Ava Inferi. Un nouvel album qui semble être dans la directe continuation des deux précédents; mélange pas très subtil de doom metal et de metal gothique, avec une ambiance sombre et tristounette. Le résultat n’est pas glorieux, sans être une catastrophe complète. Alors certes, le chant surmixé va probablement vous faire saigner des oreilles. Nous aurions pu espérer une bonne performance de Carmen Susana Simões, après l’avoir entendue sur l’album Night Eternal de Moonspell. Cependant sa technique de chant étrange, tendant vers le lyrique sans jamais en être, accentue son manque de puissance. Sans modulation, son organe trop aigu domine l’ensemble pour un résultat crispant. La demoiselle possède du potentiel, mais ne le met pas au service d’Ava Inferi.

Derrière elle, le reste du groupe ne se démène pas trop: entre riffs d’une platitude confondante, lignes de basse inexistantes et un batteur faiblard, rien de franchement original, ou même d'intéressant ne transpire des compositions. Ce qui dérange le plus, ce n’est pas nécessairement les plans de guitare bateaux entendus des dizaines de fois, mais le manque de consistance de l’ensemble. Les morceaux sont vides: dénués de rythme (le doom/gothic metal n’est pas fait pour être groovy certes), pas de mélodies. Le manque de profondeur est accentué par la production faiblarde, c’est mou, très mou, trop de retenue et une musique trop en retrait. Le groupe a tout de même quelques sursauts d'inventivité, qui ne suffisent pas cependant à sortir cet album de la fange. Les onomatopées sur "Appeler les Loups", soutenus par des roulements de toms accentuant la lourdeur de ce passage doom en font partie. Dommage que certaines de ces bonnes idées ne soient pas développées, tel le blues d'entrée sur "Be Damned".


Je suis toujours triste, et ce n’est plus à cause de mes collègues. Ava Inferi en est la raison, un groupe si prometteur sur le papier pour un résultat aussi décevant. Plat, sans consistance, sans originalité excepté lors de rares moments, le troisième album du groupe fait pâle figure au milieu de tous ses concurrents.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2