3320

CHRONIQUE PAR ...

3
TheDecline01
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 10.5/20

LINE UP

-Vicomte Vampyr Arkames
(Chant)

-Heimoth
(Guitare)

-Alsvid
(Batterie)

-Faucon Noir
(Basse)

TRACKLIST

1)La Quintessence Du Mal
2)Hymne Au Vampire (Acte I)
3)Hymne Au Vampire (Acte II) ...Vers Une Nouvelle Ère
4)Le Cercle De La Renaissance
5)Les Silences d'Outre-Tombe
6)Dans Les Yeux Du Serpent
7)...À La Mémoire De Nos Frères

DISCOGRAPHIE


Seth - Les Blessures de l’Ame
(1998) - black metal - Label : Season Of Mist



Du black français en français, en voilà une bonne définition de la musique sethienne ! Malheureusement (ou plutôt heureusement) cela n’est point suffisant à décrire ce que nos grenouilles composent. Tout d’abord, il s’agit du premier album du groupe après quelques démos qui l’ont fait connaître (un peu). Il s’ouvre sur des claviers, claviers qui seront présent tout au long de l’album mais qui ne sont absolument pas une marque de fabrique du groupe. Mais il sont là et donnent une atmosphère plus romantique à l’ensemble. Le romantisme en tant que mouvement culturel hein ! Seth ne fait pas non plus de la musique de gonzesse oh !

Concernant le son, il se débrouille pas mal, même si la batterie est un peu ramassée. Par contre étonnamment on entend vraiment bien la basse (comparé à l’habitude bien sûr). Les guitares sont bien typées black, donc froides, un bon point. Même si la batterie aurait mérité un soupçon de moins bien enregistrée et de plus vivante. Le chant en français respecte les codes du genre, à savoir raclé et sans grande originalité, mais il passe bien, et c’est déjà ça. Au niveau des compositions, le groupe aime s’appesantir puisque celles-ci sont en moyenne pas mal longues (6-7 minutes) mais elles recèlent de suffisamment de bons riffs pour capter son auditeur.

Par contre, je parlais du romantisme apporté par le clavier, il est un poil trop exploité par moments, il conviendrait de laisser plus leurs places aux instruments de base et de ne l’utiliser que pour l’ambiance et non pour créer de la musique. Tout d’abord, je ne suis pas un fervent amateur de clavier dans le black, ensuite lorsqu’il sort de son rôle ambiant, il se plante un peu, donc à éviter. Ensuite le rythme que Seth imprime à son black est plutôt mid-tempo quant à lui. Non pas lent, mais c’est pas du blast beat frénétique. Il y en a bien sûr quelques uns, et des roulements de double pédale, mais ça reste tout à fait correct pour le non bourrin. Les riffs sont eux aussi rapides certes, mais pas excessivement, donc encore ça reste tranquille. D’autant plus tranquille que les passages carrément lents sont foisons et calme un jeu pas insupportable. Ce n’est pas chiant pour autant hein !

Et c’est marrant aussi car c’est derrière un passage lent que Seth nous colle un bon gros blast dans la gueule bien rapide dans "Hymne au Vampire (Acte II) … Vers une Nouvelle Ere". Chanson qui au passage nous gratifie d’un passage à la gratte sèche en guise d’intro. Une idée que Seth développera dans ses futurs albums avec plus de talent, même si le passage ci-présent n’est pas désagréable. Sans forcer l’admiration non plus. Il aurait gagné à atterrir après un bon gros blast pour aérer vraiment la musique. Là il ouvre, mais ne sert finalement pas à grand-chose d’autre. Enfin quand elle est là, la guitare sèche fait toujours son petit effet quand même, et ce n’est pas son apparition sur la chanson suivante, "Le Cercle de la Renaissance", beaucoup mieux placée cette fois, qui me contredira.

Enfin n’empêche, on m’enlèvera pas de la tête que cet album est un bon petit premier album, mais sans plus. Les riffs sont bons sans être extraordinaires, les chansons sont honnêtes sans tout casser et on sent clairement qu’à chaque fois le groupe aurait certainement pu trouver de meilleures idées de composition pour aboutir à un meilleur résultat. Alors il n’y a pas de super merde non plus, ce qui est un bon départ. L’autre gros problème, c’est que tout ce ressemble un peu dès que Seth fait dans le black pur jus, sans artifice. Et c’est dérangeant au final puisqu’on a l’impression d’écouter un peu toujours la même chanson … et donc on trouve le temps long.

A noter "Dans les Yeux du Serpent …", ouverture au clavier et guitare sèche sur deux minutes, puis apparition de l’électrique pour un slow … enfin une chanson au rythme bieeeeen lent. Le clavier est d’ailleurs particulièrement présent en tant que fond sonore, et ça marche assez bien. Même si on note un petit pain au beau milieu …. bref. Enfin tout cela mérite un peu plus de personnalité aussi. Car finalement, aussi bien le chant que le son sonne conventionnel et sans génie ailleurs, ça ne pardonne pas. Direct aux oubliettes … enfin quand même pas. On se souvient de deux-trois trucs pas mal, mais voilà. Y’a de bonnes idées c’est sûr, mais ça fait pas un grand disque.


Copie à améliorer donc. Ce qui sera fait pour l’Excellence.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6