3313

CHRONIQUE PAR ...

3
TheDecline01
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 6/20

LINE UP

-Derrick Green
(Chant)

-Andreas Kisser
(Guitare)

-Igor Cavalera
(Batterie)

-Paolo Junior
(Basse)

TRACKLIST

1)Sepulnation
2)Revolt
3)Border Wars
4)One Man Army
5)Vox Populi
6)Ways of Faith
7)Uma Cura
8)Who Must Die?
9)Saga
10)Tribe to a Nation
11)Politricks
12)Human Cause
13)Reject
14)Water
15)Valtio

DISCOGRAPHIE

Morbid Visions (1986)
Schizophrenia (1987)
Beneath The Remains (1989)
Arise (1991)
Territory (1993)
Roots Bloody Roots (1996)
Attitude (1996)
Ratamahatta (1996)
Blood Rooted (1997)
Against (1998)
Nation (2001)
Roorback (2003)
Revolusongs (2003)
Kairos (2011)
Machine Messiah (2017)

Sepultura - Nation
(2001) - thrash metal - Label : Roadrunner Records



En voilà un album qu’il était attendu au tournant par toute une horde de fans prêts à casser sur le dos du groupe pour tout faux-pas ! Oui, après un Against bancal (pas pour moi), les Sepulfans déçus de l’après Max se demandaient à quel vin allait tourner Sepultura ? Piquette ou Bourgogne ? Un début de réponse : cet album est relativement chiant malgré des passage biens trouvés. Vous commencez à entrevoir ? Et bien oui, Sepultura a pondu un album indigne de son talent.

Car certes il y a toujours des riffs bien trouvés, bien efficaces, mais les parties dont on se demande encore ce qu’elles font sur ce disque sont malheureusement en bien plus grand nombre. En plus, il est bougrement long cet album ! Pas le genre de réflexion qui rassure sur la qualité d’un disque. Sepultura, sur lequel Derrick Green semble avoir fait une OPA musicale, sonne terriblement hardcore en même temps qu’il garde cet aspect tribal qui lui est propre (en appelant son album Nation, et une de ses chansons "Sepulnation", on s’en serait douté) désormais.

En tout cas, ce disque manque cruellement de rythme, un défaut qui n’est point contrebalancé par des riffs de tueurs et encore moins par la production très sèche, donc très hardcore. En plus, il y a clairement un manque d’inspiration qui transpire de pas mal de pores tout au long de la galette. Et décidément le chant de Derrick, je ne l’aime pas. Il ne s’accorde vraiment pas avec le « thrash » (guillemets, car peut-on encore parler de thrash ?) de Sepultura alors que pourtant en concert il passe méchamment bien. Peut-être cherche-t-il trop à le travailler sur disque alors que le côté brut de décoffrage du concert le renforce ?

Enfin il y a quelques bons points tout de même, ne jouons pas à la langue de pute. La basse a un rôle plus important et le commencement de l’album met cela au clair, c’est de la basse toute seule. Certes, ça casse pas énormément de briques, mais c’est déjà ça de pris. D’ailleurs ce "Sepulnation" qui ouvre l’album est joué très mid tempo est… ennuyeux. Le riff n’est pas terrible, le chant, bon j’ai déjà dit ce que j’en pensais et on ne sent pas de génie fulgurant sortir de la musique. Un titre tout à fait moyen. Après, Sepultura nous sert un "Revolt" extrêmement … révolté justement. Du bourrinage en règle pendant une petite minute. Rien d’extraordinaire toutefois, mais bon, c’est un essai qu’il aurait été judicieux de transformer.

Enfin ne cherchez pas trop sur cet album, il n’existe pas de morceau génial. Il y a quelques mieux, comme "Saga" bien rythmée avec un riff convenable qui donne l’impression d’être coupé en plein milieu. C’est fait exprès, et c’est pas mal. Là encore une fois, ils auraient pu faire un peu moins long. Et un (très) bon riff pour "Reject" ! Soit après treize chansons d’écoulées tout de même… sans pour autant que toute la chanson soit à la hauteur, mais on prend ce qu’il y a à prendre. Néanmoins une surprise à la fin pour ce titre symphonique avec violon (!!), "Valtio", accompagnée d’un riff tout à fait correct. A côté de la plaque (du disque) et donc délectable.

Bon, vous l’aurez compris, je n’aime pas cet album bien trop pataud à mon goût. Rien ne ressort de ce méandre bien collant. Une grande déception pour moi, Sepulfan depuis mon enfance. Où est donc passé le grand Sepultura qu’on connaît ? Celui qui a réussi à faire des albums aussi variés et magnifiques que Arise, Beneath The Remains, Chaos A.D. ? Bien loin de cette galette en tout cas. Dommage dommage dommage dommage dommage…


Un album très faible, lent, long et sans rythme, malgré l’importance des percussions, et qui n’accrochera certainement que peu d’oreille(s). En aurait-on même parlé si il ne portait pas la mention Sepultura ? Non. Note pour ceux qui voudront quand même acheter cet album. Sachez que le digipack contient 5 titres bonus, et que parmi eux se trouve un "Roots Bloody Roots" live bien puissant. Le reste étant anecdotique, comme toujours avec les bonus.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6