331

CHRONIQUE PAR ...

5
Fishbowlman
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 14/20

LINE UP

-Peter Gabriel
(chant)

-Jerry Marotta
(batterie)

-Tony Levin
(basse)

-David Rhodes
(guitare)

-Richard Tee
(claviers)

TRACKLIST

1)Red Rain
2)Sledgehammer
3)Don't Give Up
4)That Voice Again
5)In Your Eyes
6)Mercy Street
7)Big Time
8)We Do What We're Told (Milgram's 37)
9)This Is the Picture (Excellent Birds)

DISCOGRAPHIE

1 (Car) (1977)
2 (Scratch) (1978)
3 (Melt) (1980)
4 (Security) (1982)
Plays Live (1983)
So (1986)
Us (1992)
Secret World Live (1994)
Secret World Live (VHS ou DVD) (1994)
Big Blue Ball (2008)

(1986) - pop rock - Label : Geffen Records



Ah ben, ça y est, on le tient "enfin" notre album rempli de tubes. Peter Gabriel ne cachait pas ses intentions de toucher le "grand" public sur l'album précédent, on pouvait s'en rendre compte avec le hit (mineur tout de même comparé au raz-de-marée So) "Shock The Monkey". Et aussi des titres comme "Kiss Of Life" et "Wallflower" laissaient entrevoir ce à quoi ressemblerait Peter Gabriel quatre ans plus tard. Quatre ans oui, désormais Peter Gabriel aime se faire attendre pour ses livraisons, il le dit lui-même "foutez moi la paix, je mets le temps que je veux pour sortir un disque. On ne reprochera jamais à un écrivain de mettre sept ans à publier un nouveau livre !". Remarquez, les fans auront l'impression de tenir un chef-d'oeuvre à tous les coups maintenant parce que bon, quand on attend un album dix ans, ben le jour où il sort, on est tellement content que forcément, on va avoir du mal à être objectif.

Rien qu'avec la pochette, on voit tout de suite le changement : le visage de Peter y est enfin dévoilé dans toute sa splendeur, sur un fond blanc. Elle contraste énormément avec les pochettes précédentes où on voyait Peter généralement défiguré ou caché dans la pénombre. Et on peu transposer cette image des pochettes sur la voix de Peter, elle se fait plus "soul", plus décontractée, moins crispée. So est l'exemple même de l'amalgame que l'on peut faire entre succès commercial et réussite artistique. Oui, désormais, Peter Gabriel sera classé dans les rayons "variété internationale" et tout affiliation avec le progressif n'a plus lieu d'être. De là à crier au génie pour ce disque... ??? Non, So n'est pas un monument, une définition de ce qu'est la pop music "écoute petit, je vais t'apprendre ce qu'est la musique".

N'empêche, c'est de la bonne came, avec ses grands moments, tubesques à fond et qui atteignent des sommets au niveau émotion ("Red Rain" que l'on peut considérer comme une des plus belles mélodies qu'il ait écrite, et "In Your Eyes", avec Youssou N'Dour qui prendra toute sa dimension en live). Dans un registre plus doux et intimiste, les lignes de basse lancinantes de Tony Levin font des merveilles sur "Mercy Street" et "Don't Give Up", avec son célèbre duo avec Kate Bush. Reste qu'au niveau du son, So a pris un sacré coup de vieux pour l'utilisation du drum électronique, notamment sur "Red Rain" et "Big Time". Les versions live de So sur Secret World Live sont bien meilleures, avec Manu Katché à la batterie. Le batteur ici présent est très carré, son jeu manque vraiment de folie, une vraie machine (l'exemple parfait, c'est sur "Sledgehammer") ! Ce jeu mécanique collait très bien avec les albums 3 (Melt) et 4 (Security) puisqu'ils étaient très froids et cérébrales. Mais So est beaucoup plus fun et la présence d'un batteur groovy pour toutes les chansons aurait été plus adéquate, même si Stewart Copeland et Manu Katché jouent aussi sur l'album.

Peter Gabriel trouvait l'album précédent trop froid justement. Avec So, c'est tout le contraire, c'est vraiment "hot" : "Sledgehammer" (que celui qui ne l'a jamais entendu à la radio lève la main !) et "Big Time" enflammeront vos soirées d'été dans les campings aux côtés de Thierry Hazard et Carlos, à grands coups de "Yeah" et "Come on" ! Bon, c'est très "party" tout ça, ça ne vole pas bien haut non plus mais peu importe, c'est frais, léger, rigolo et on se laisse facilement emporter par les rythmes "move your body" et les cuivres d'Earth Wind And Fire (il les avait emprunté à Phil Collins pour "Sledgehammer", ce morceau me gonfle royalement en tout cas, on l'a tellement entendu !!!). "That Voice Again" est le seul morceau écrit avec son fidèle guitariste David Rhodes et ça s'entend, il y a davantage de guitares, ça me fait un peu penser à du Simple Minds d'ailleurs (en moins bien). Mais on ne sort pas vraiment des clichés pop commercial des années 80 là encore. Seul le dernier titre, "We Do What We're Told", rappellera vaguement l'atmosphère oppressante des albums précédents, parfait pour conclure l'album. Peter Gabriel peut se féliciter d'avoir réussi son virage commercial ; So surpasse largement Invisible Touch de Genesis ou les albums solos de Phil Collins. Mais il ne faut pas se leurrer, avec toute la bonne volonté de réaliser une oeuvre mémorable conciliant inspiration et succès à la clé, de grand album il ne s'agit point ici.




©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7