330

CHRONIQUE PAR ...

5
Fishbowlman
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 15/20

LINE UP

-Peter Gabriel
(chant+claviers)

-Jerry Marotta
(batterie)

-Tony Levin
(basse)

-Larry Fast
(claviers)

-David Rhodes
(guitare)

TRACKLIST

1)The Rhythm of the Heat
2)San Jacinto
3)I Have the Touch
4)The Family and the Fishing Net
5)Shock the Monkey
6)Lay Your Hands on Me
7)Wallflower
8)Kiss of Life

DISCOGRAPHIE

1 (Car) (1977)
2 (Scratch) (1978)
3 (Melt) (1980)
4 (Security) (1982)
Plays Live (1983)
So (1986)
Us (1992)
Secret World Live (1994)
Secret World Live (VHS ou DVD) (1994)
Big Blue Ball (2008)

Gabriel, Peter - 4 (Security)
(1982) - rock pop rock - Label : Geffen Records



Ce disque avait été nommé Security à sa sortie, on pouvait le voir avec les autocollants qui figuraient sur les pochettes des vinyles. Finalement, il deviendra comme les autres, c'est-à-dire sans nom. Dernier chapitre de la première saga de Peter Gabriel, Security est grossièrement la suite logique de l'album précédent, tout en étant plus accessible. Poussant encore plus loin l'utilisation du drum électronique et de sonorités tribales (comme sur la fin de l'inquiétant "Rhythm Of The Heat"), on peut soupçonner Peter Gabriel de commencer à se laisser aller à quelques velléités commerciales, qui bien entendu, éclateront au grand jour avec So.

Beaucoup de personnes affirment que la carrière de Peter Gabriel a pris un virage commercial à 180° avec So, mais je pense que dès cet album, ce virage était déjà partiellement négocié. Évidemment, on ne pouvait pas prévoir non plus quel serait le contenu de So. L'album est divisé en deux faces : la première face, lugubre, pas si éloignée du contenu de l'album précédent, et la deuxième face, éclairée, annonciatrice d'un style pop et empreint de world-music. Si "Rhythm Of The Heat", "The Family And The Fishing Net" et "Lay Your Hands On Me" raviront les derniers progeux purs et durs, fidèles aux aventures de Peter Gabriel et à sa voix crispée et torturée, il est certain que les tubesques "I Have The Touch" (qui a mal vieilli d'ailleurs dans cette version à cause de ses sonorités synthétiques) et surtout "Shock The Monkey" s'adressent à un tout autre public.

"Rhythm Of The Heat" est superbement construit, il donne l'impression de monter progressivement en puissance alors qu'en fait, le morceau se base toujours sur les mêmes battements incessants (reproduits par les deux coups sur les toms). Bien que sa structure soit simple et dépouillée, les quelques notes de claviers suffisent à en faire un morceau progressif. Les guitares sont en retrait et l'aspect électro est davantage développé. On croit toujours que Peter Gabriel va exploser à un moment ou à un autre, sur quelques refrains ("The Family And The Fishing Net", "Lay Your Hands On Me"), mais finalement non, sa fureur reste contenue et enfouie la plupart du temps, à part quelques fois où il chante comme un psychopathe.

Au rayon people-jack, "Shock The Monkey" me rappelle un peu du Johnny Clegg (comparaison bidon mais bon), assez entraînant et léger, ça passe plutôt bien. "I Have The Touch" sonne également très années 80, un p'tit peu New Wave et prise de tête pour sa mélodie à force. Le joyeux "Kiss Of Life" évoquent même fortement le Genesis des années 80, surtout à cause de ses synthés très proches de ceux de Tony Banks à la même époque, c'est le seul morceau mauvais de cet album. Curieusement placé à la fin de l'album, "Kiss Of Life" représente comme une passerelle entre Security et l'album suivant, So, dont il annonce la couleur. Les moments les plus doux sont pour moi les plus expressifs : le féerique San Jacinto (dont la version est ici écourtée il me semble par rapport à sa version live) et le magnifique "Wallflower", ce dernier contenant juste quelques notes de piano et la voix de Peter, suffisant à procurer des sensations dont lui seul a le secret. "Wallflower" est son premier morceau aussi intimiste et à fleur de peau, il en fera bien d'autres à l'avenir, sur Us notamment.


Security, malgré quelques fautes de goût ("Kiss Of Life", les sonorités vieillottes de "Shock The Monkey" et de "I Have The Touch") et même s'il n'est pas aussi novateur qu'on a bien voulu le dire, il reste un album majeur de Peter Gabriel, à mi-chemin entre son prédécesseur et son successeur. C'est le dernier dans sa discographie à posséder pareille atmosphère.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7