3297

CHRONIQUE PAR ...

3
TheDecline01
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 16/20

LINE UP

-Igor Cavalera
(Batterie)

-Andreas Kisser
(Guitare)

-Max Cavalera
(Guitare+Chant)

-Paulo Junior
(Basse)

TRACKLIST

1)Intro
2)From the Past Comes the Storms
3)To the Wall
4)Escape to the Void
5)Inquisition Symphony
6)Screams Behind the Shadows
7)Septic Schizo
8)Abyss
9)R.I.P. (Rest in Pain)
10)Troops of Doom

DISCOGRAPHIE

Morbid Visions (1986)
Schizophrenia (1987)
Beneath The Remains (1989)
Arise (1991)
Territory (1993)
Roots Bloody Roots (1996)
Attitude (1996)
Ratamahatta (1996)
Blood Rooted (1997)
Against (1998)
Nation (2001)
Roorback (2003)
Revolusongs (2003)
Kairos (2011)
Machine Messiah (2017)

Sepultura - Schizophrenia
(1987) - thrash metal - Label : Roadrunner Records



Une vieille intro aux claviers imitant les violons bien aigus dans le plus pur style des musiques de films d’horreur, la seule intro connue de Sepultura d’ailleurs. Voilà comment s’ouvre cet album, le deuxième de nos encore jeunes comparses de Sepultura. Et puis heureusement Sepultura n’est pas un groupe symphonique donc bien vite le premier riff de "From The Past Comes the Storms" arrive. Riff très simple, guitare seule, puis repris par la batterie et ensuite le Thrash peut exploser !

Premier point, le son est d’époque, à savoir que c’est celui qu’un groupe brésilien pas encore super connu peut s’offrir. Mais rassurez-vous, il tient bien la route. Les guitares sont bien baveuses, la batterie est correcte avec un son même plutôt cool pour ce qui concerne certaines caisses claires (est-ce que ça s’appelle comme ça au moins ?). Certes le mix manque clairement de puissance, mais c’est du bon passable. Par contre le chant de Max n’est pas du tout au point. Trop distant, il donne une impression bizarre, rien de méchant, mais étrange. Sinon, en lui-même, le chant est bon sans être exceptionnel.

Mais ceci n’est pas le plus important, loin de là. On parle de musique, et pour la musique Sepultura a plus d’un tour dans sa manche pour en produire de la bonne, garantie pas coupée. Ce sont des riffs de toute première qualité tout d’abord. Ceux de "Escape To The Void" sont à ce titre exemplaires puisqu’en 15 ans (déjà !) ils n’ont pas pris une ride. Et ils ne sont pas prêts d’en prendre. Et puis des soli particulièrement bien intégrés, ne souffrant pas du syndrome je-suis-là-parcequ’il-faut-mettre-un-solo, non, au contraire, celui de "To the Wall" (Ah ! Ce « To The Waaaaaaaaaaaaaaaaall !!!!!, qu’est-ce que c’est bon !) vient nous le prouver. Il est terriblement mélodique et vient se positionner parfaitement en opposition avec la musique, superbe.

Le groupe ne se contente pas de servir une recette unique. Au contraire, les changements de rythme bien sentis sont disséminés ci et là. Encore une fois, c’est "Escape To The Void" qui sert d’exemple. On passe du Thrash bien violent au mid tempo presque calme. Et ça passe bien ! C’est ça le meilleur dans l’affaire. Et puis il y a cet "Inquisition Symphony". Une instrumentale. Intro aux claviers inquiétants, accompagnement par une guitare acoustique du plus bel effet et ensuite un riff qui dégage une atmosphère tout simplement incroyable. Rarement je n’aurais entendu un riff aussi chargé en émotion. Il représente à la quasi perfection le titre de la chanson. Assez mortuaire en plus. Par la suite le morceau retourne sur du Thrash plus classique, mais rien que cette première minute vaut la peine d’acheter la galette. A noter que la guitare acoustique refait son apparition un peu plus loin dans la chanson. Et cette guitare acoustique est même toute seule comme une grande pendant la minute vingt de "The Abyss" en donnant une musique très mélodique, mélancolique.

Bref, tout ça pour dire que Sepultura livre une suite de bien grande qualité à son Morbid Visions, une suite qui trempe encore le noir, plus que ses successeurs. C’est la période sombre du groupe. Quoi qu’il en soit, Sepultura jouit d’une très forte personnalité musicale et produit des compositions que beaucoup devraient lui envier. C’est un sans faute tout au long du disque et chaque piste dispose de ses propres armes. Chacune à ses riffs à elle qui la rend si reconnaissable parmi toutes.

Un album qui se doit bien évidemment de figurer dans toute discothèque de thrasheur qui se respecte et de metalleux de tout bord qui apprécie les bonnes compo. Pour un deuxième album c’est en tout cas une sacrée réussite et Sepultura offre un Thrash de toute première qualité, bien véloce, bien hargneux comme il faut, supporté comme il se doit par des riffs fantastiques et une batterie qui cogne sec.


A noter le réenregistrement de "Troops of Doom", chanson du premier EP, Morbid Visions, pour ceux qui achèteront une version postérieure à 1991 (c’est-à-dire beaucoup de monde), moins bon à mon sens que la première version, mais c’est personnel.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6